Thé

Le THE
CAMELIA  SINENSIS

 

29 Septembre 2015

45159321_10218178756360048_2179933629159833600_n20080825_Viet_2318

Il est connu depuis 3000 ans en Chine par son effet stimulant dû à la caféine et il est considère par définition comme une boisson médicinale.

Bien que d’usage multiple, il n’a pas le statut des 50 grandes plantes majeures de la pharmacopée Chinoise.

Il n’a pas un statut d’immortalité mais son caractère lui confère un statut de durée dans l’usage, caractère dicté par l’empereur mythique Shen Nung ou Badhi Dharma, un moine

qui fit vœux de ne pas dormir pendant 7 ans pour convertir les Chinois aux bouddhismes en mâchant les feuilles de thé.

Sous les Tang au 8eme siècle le « classique du thé » de Lu Yu lie le thé à la pensée chinoise. Sous les Song, le thé change de mode de préparation, de poudre en galette ou en brique.

Les Ming le remettent au goût du jour en infusion.

Sous les Qing le thé est instrumentalisé par son mode de préparation et par les ustensiles utilisés.

La Chine est donc le berceau du thé ou 10 000 thé différents sont référencés.

En Chine, le thé vert et le thé bleu vert sont de consommation nationale, le thé noir est surtout produit pour l’exportation.

Le thé est importé au Japon au 8eme siècle oû il est décliné en poésie « le fou du thé », « la voie du thé », « la vie du thé et esprit du thé ».

Des écoles de thé s’érigent dont la plus célèbre faite par le maître incontesté Sen No Rikyu

.459216_10150721371405491_302369942_o

Le thé se repand en Europe au XVIIIeme siècle, il devient le monopole de la compagnie des Indes Orientales et sera les prémices de la guerre d’indépendance aux Amériques, le « Boston Tea Party » ou trois chargements de bateaux de thé furent jetés à la mer (1773).

Plus proche de nous, le cérémonial du thé à la menthe dans les cultures musulmanes est toujours appréciée, le samovar Russe la relique léguée des  générations aux  générations suivantes, enfin le thé en Angleterre jusqu’ au 2/3 du vingtième siècle le thé est synonyme du temps qui s’arrête entre 16 heures et 17 heures, l’heure sacrée de la pause de la prise du thé, le « Tea-time ».

Traditionnellement le thé est considéré comme ;

  • antitoxique

  • diurétique

  • expectorant

  • stimulant

  •  stomachique

Il est également considéré comme astringent ,d’ action neurotonique , d’ action sédative et utilisé fréquemment dans les maux de têtes.

Mais il doit être la cause ,en cas de surdosage ,de troubles nerveux et de troubles digestifs, cependant il est recommandé pour les migraines.

Il a été reporté que le thé a une action effective dans la dysenterie amibienne, les dysenteries bactériennes, les gastroentérites, et les hépatites.

On lui confère une action anti-athéromateuse et un effet de type vitamine P.

Mais bien qu’en infusion le thé est recommandée comme un traitement de fond de cure du cancer, il n’en demeure pas moins que certains tanins sont suspectés d’être carcinogénétique.

 Il semble bien que cet aspect délétère de cancérisation voire d’action hépatique anormale sont dû à des souillures entrant malencontreusement dans les procédés de fermentation du thé:

Spécialement des moisissures de type aspergillus niger; cause d’accident hépatique, voire de cancer hépatique.

Accidents qui ont étaient également reportés en Afrique de l’ouest avec le tourteau de soja.

Les indications thérapeutiques du thé sont aujourd’hui bien encadrées ;

  • diarrhée légère

  • asthme

  • adjuvant des régimes amaigrissements

  • diurétique

  • en local c’est un adjuvant des régimes amaigrissements et un protecteur contre les dermatoses prurigineuses, les crevasses et les piqûres d’insectes.vague

Les test de laboratoires sur les constituants du thé sont extrêmement nombreux. Des études ont été faites ;

  • sur la caféine

  • les catéchines agissant sur les graisses

  • les polyphénols comme antioxydant

Les test de laboratoire confortent l’impression clinique, mais nécessitent toute même des confirmations cliniques étayées.

  1. Le thé noir s’oppose à l’ostéoporose liée au défaut d’œstrogène

  1. Les catéchines et les saponines sont antidiarrhéiques

  1. Les tanins et les polyphénols ont une action antibactérienne et anticancéreuse ils abaissent le cholestérol et sont hypotensifs

Les tanins stimulent la sécrétion d’adrénaline. Les saponines agissent sur la lipolyse dont interviennent indirectement dans les phénomènes de l’obésité.

Les catéchines augmentent la sécrétion d’insuline.

Il a été formulé que les polyphénols et les catéchines qui sont cinq fois plus concentrés dans les thés noirs que dans le thé vert ont un effet positif contre le cancer et les maladies cardiovasculaires (Bertman 2002).

De mêmes les polyphénols et les catéchines agissent sur la baisse du cholestérol et les triglycérides.

Il existe bien une confirmation de l’action oxydante et anti-athéromateuse du thé.

Les flavonoles du thé vert sont antimutagènes. Les saponosides du thé inhibent le virus de la grippe A.

Les tanins sont reconnus comme bactéricides utile dans les caries et par la présence du fluor dans le thé. Mais l’ingestion massive de thé riche en fluor peu induire un effet délétère sur les dents (Etude faite sur les Irlandais grand consommateur du thé).

Donc :effet délétère avec un risque fluorique.

Par ailleurs, il existe bien une corrélation négative entre la consommation du thé vert et fréquence des cancers de l’estomac et de l’œsophage. Mais il existe une problématique d’épidémiologie oû on ne tient pas compte des habitudes alimentaires ou autres facteurs de cocarcinogènes.

L’absence d’effet bénéfique du thé noir lié à l’utilisation du lait précipitant les polyphénols pourrait être considéré comme une incidence majeures sur le caractère protecteur du thé contre les cancers.

Par ailleurs, certaines études contradictoires ont montré une insuffisance plus grande de problèmes hépatiques chez les buveurs de thé.

Nous savons actuellement que l’action hépatique est dû aux catéchines et qu’il est prouvé que la toxicité hépatique du thé n’est pas due à son action mais sa souillure de type moisissure aspergillus niger.20080827_Viet_2687

Quelques études doivent être connu :

  1. Bénéfice cardiovasculaire du thé de Kuriyama in Jama septembre 2006

  1. Propriétés antioxydantes du thé de Gardner 2006 – 2007

  1. Propriété anti-inflammatoire et vasodilatatrice des flavonoïdes du thé de Hodgson et Rahman 2006

  1. Thé et hypocholestérolémie de Hodgson et Hsu 2006

  1. Thé vert et perte de poids de Nago 2005

  1. Thé vert et études cognitives et mémorisation de Tsurugaya et Haque et Unno en 2006

Les études sur le thé ont de beaux jours devant eux et l’élargissement des indications thérapeutique du thé recouvreront certainement les indications traditionnelles nombreuses déjà citées.

Retour