Acouphènes

les Acouphènes

 

 

Les acouphènes sont une sensation auditive désagréable survenant en l’absence de tout stimulus sonore décrit comme sifflement, bourdonnement, sensation d’eau qui coule dans les oreilles, tintement de cloche, bruit de sirène.

 

L’acouphène pose plusieurs problèmes ;

 

  1. Est-il isolé ?

 

  1. Est-il le témoin d’une hypertension artérielle ?

 

  1. S’intègre t-il dans un contexte de vertiges de manière sans signe auditif ?

 

  1. S’intègre t-il dans un contexte labyrinthique ?

 

  1. Est-il associé à un trouble de l’audition ?

 

  1. Existe il un contexte infectieux otite ou non évolutif ?

 

  1. S’intègre t-il dans un contexte barotraumatique type plongée, sport de type parachutisme, travail à haut intensité de décibel (travaux publique, marteau piqueur) ?

 

  1. Fait-il parti d’un contexte phobique, bruyant, peur du vide, d’agoraphobie, de trouble obsessionnel, de lipothymie dans un contexte de stress sévère, de spasmophilie ou d’épuisement professionnelle ?

 

 

De toute façon, s’il existe un moindre doute et surtout un vertige s’accompagnant d’un trouble auditif, il implique une consultation médicale et une consultation dans un service de spécialité ORL.

 

S’il existe une hypertension artérielle, elle devra être démasquée, traitée et un bilan recherché devant tout signes auditifs un bilan complet voir hospitalisé sera indiqué.

 

S’il existe une surdité associé la présence ou l’absence d’un acouphène, d’un vertige, d’un trouble de l’équilibre, d’une sensation de plénitude de l’oreille, d’une otorrhée, d’une céphalée, d’une dysfonction du nerf facial, une paresthésie de la face et du cou, une consultation par un professionnel de santé s’impose.

 

Quel sera le but du traitement des acouphènes ?

 

  1. Minimiser la perception de l’acouphène par un traitement.

 

  1. Corriger les facteurs de risque, favorisant les pertes auditives (appareillage, rééducation, réinsertion professionnelle, le bruit professionnel étant un facteur essentiel inducteur des acouphènes.

 

  1. Un traitement impératif par antibiotique précoce s’il existe un problème infectieux.

 

Dans tous les cas s’il existe un facteur professionnel, le port du casque est une obligation il sera nécessaire si l’exposition est de 8 heures par jour à 80 décibel.

 

Chez l’enfant il faudra éduquer et éviter les walkmans surpuissants qui ont un rôle inducteur dans les troubles de type acouphène.

 

De toute façon pour les problèmes professionnels, le recourt à un spécialiste oto-rhino, ORL et médecine du travail ont un rôle essentielle dans la prévention des acouphènes.

 

 

Traitement phytothérapique des bourdonnement d’oreilles

 

 

  • Le ginkgo biloba

 

Le ginkgo biloba a un rôle de prévention qui est reconnu. On connaît son action sur les troubles cognitifs modérés étudiés chez les personnes âgées.

En particulier par l’équipe de Dekosky Fitzpatrik et Ives dans Contemporay Clinical Trials 2006 n° 27.

 

Cette étude prévu pour cinq ans depuis 2000 et 2002 sur plus de 3000 sujet âgé de 75 ans, a été conçu pour étudier surtout l’effet préventif du ginkgo biloba dans la prévention de la démence et de la maladie d’Alzheimer, mais aussi sur la fonction cognitive, le déclin fonctionnel, l’incidence des événements cardio et cérébrovasculaire chez ces sujets.

 

On sait que le ginkgo biloba a des propriétés antioxydantes, vasodilatatrice et de protection antiamyloïde qui pourrait prévenir ou ralentir le déclin cognitif.

 

Dans les bourdonnements d’oreilles on utilise l’extrait de ginkgo biloba à 40 mg, 3 fois par jour.

 

 

  • Le sésame Sesam Indicum

 

Qui est le remede Chiinois des acouphenes et des troubles visuels dans la vision floue et les vertiges.

 

 

  • Le cimifuga Cimicifuga Racemosa

 

Plante connue pour ses actions vasculaires, hypotensives et souvent associées avec le ginko biloba.

 

On sait que certaines surdités de perception son dû à la déficience en zinc donc on peut considéré une zincothérapie mais qui reste a prouver, en donnant une alimentation riche en zinc.

 

 

Par exemple ;

 

L’épinard 60 à 120 mg par jour ou le persil, le chou, le concombre, le haricot vert, l’endive, les pruneaux, les asperges. Mais cette zincothérapie demande encore des éléments de recherche approuvés.

 

 

  • La pervenche Vinca minor

 

Qui ne devrait plus être associée car il existe des risques d’interactions médicamenteuses et cette plante doit être utilisée après avis médical.

 

 

En cas d’acouphène important lié à l’environnement de travail peuvent s’ajouter des sensations d’étourdissement ou de vertiges.

On peut alors proposer en association avec les traitements précédents ;

Le gingembre ½ cuillères à café par jour voir 1g par jour en cas de mal de transport.

 

Nous avons vu que le ginkgo biloba agit sur les vertiges et dont l’indication et surtout acouphène, trouble de mémoire et démence mais il existe des effets indésirables de type intolérance digestive, diarrhée vomissement, prurit, céphalée, vertige voir .

 

Il existe une interaction médicamenteuse car il potentialise les anticoagulants.

Le ginkgo biloba que l’on peut utiliser soit à 240mg d’extrait par jour ou en feuille, en extrait de 120 à 250mg par jour. En cas d’utilisation, il doit toujours être signalé et surtout s’il existe une intervention. Car il existe un risque hémorragique accrue lors d’intervention chirurgicale.

 

 

  • Le céleri Apium graveolens

 

Est utilisé dans les étourdissements en Chine.

 

  • La citrouille Cucurbita pepo

 

Est utilisée en graine. Utile dans les étourdissements, il existe une préparation du vertigineux journalier associant ;

 

  • gingembre quatre cuillère à café,

  • une cuillère de graine de citrouille,

  • des zestes moulu d’oranger,

  • des grains de céleri,

  • feuille de camomille,

  • du fenouil

  • et menthe poivrée

 

 

 

 

 

Des associations doivent être connu pour le traitement des acouphènes ;

 

  • le ginseng 2g

  • ginkgo en feuille 20g

  • ginkgo 20g

  • écorce de marron d’Inde 5g.

  • décoction 2g de ginkgo

  • myrtille baies 5g

  • mélilot sommités fleuries 2g

  • vigne rouge feuille 2g

 

Il existe une formule classique des traitements des acouphènes associant ;

 

  1. Des anti-inflammatoires

 

  1.  
    • Harpagophytum procombens en nébulisât 3g par jour

    • Vergerette du Canada Erigeron canadensis 3g de nébulisât par jour

Associer avec

  1.  
    • Cyclamen en teinture mère 15 goutte par jour puis faire une pause pendant 15 jours

    • Melus en alternance avec le cyclamen 30 gouttes en teinture mère 3 fois par jour

    • Le cimicifuga ou Actea racemosa que l’on peut donner en sachant qu’elle est hypotensive.

 

Par ailleurs il faut connaître un remède Chinois qui donne les enveloppes de graines de tournesol jusqu’à 15g par jour ou le réceptacle des fleurs de tournesol avec les mêmes résultats.

Retour