Cancer du Colon,Facteurs de Risque et de Préventions

4335tabeau monet                                           CANCER DU COLON

                       Facteurs de Risque et de Prévention en 2014

Le cancer du colon est la deuxième cause de décès en France (iNSERM 04. 2009),cette affection touche  33.000 nouveaux cas par an,avec 17000 décès par an 2011 (HAS  2013).C’est 15 % de la mortalité globale.Toutefois grâce aux campagnes d’information et de dépistage (Hemocult ,rectoscopie et Colonoscopie)le taux de survie  à 5 ans en FRANCE est bien placé,puisque qu’en 2008 .Lancet Oncology donnait la FRANCE en  seconde position derrière les USA.L’HAS a noté une diminution sensible des cas depuis 20 ans ,avec un taux de survie à 5 ans de 56% et si métastases, 25%  avec survie à 5 ans de 11 %.

Les conditions de dépistages peuvent permettre, un taux de guérison de 9 cas sur 10 sous conditions que les facteurs de risques soient bien circonscrits et surveillés.Il faut recommandé les clés de surveillance diffusées par la HAS de Juin 2013.

Il est important de savoir que le cancer du Colon est fortement lié au mode de vie

Facteurs Personnels

1)Prédisposition génétique:moins de 5 %,dont facteur de mutation génétique APN

*Syndrôme de Lynch

*Polypose Adénomatose Familliale:pour le WCRF,le risque adénomateux est 47% plus élevé que dans la population bien portante.environ 1 % des adénomes de largeur de 20 mm ou à haut grade dysplasique peuvent évoluer vers un cancer d’ôu l’intêret de l’endoscopie de dépistage

2)Antécédants Personnels

a)Antécédants personnels de cancer ou adénome

 

b)Antécédent familial de 1 er degré de cancer ou adénome

 

c)Deux ou Plus d’antécédants familiaux de cancer de 1 er degré

 

C)Rectocolite hémorragique et maladie de Crohn(risque de 70%)

D)Il a été noté un association entre cancer rectal et lithiase de la vessie.

E)Il est évoqué un risque de cancer si Papillomatose virale Anale.

Co-Facteurs de Risque

1)Consommation d’Alcool et Tabac augmentent le risque multiplié par 8,1

2)Consommation trop importante de viande Rouge augmentation du risque de 21 % ( Viande Rouge)29 %(Charcuterie).risque estimé à 17-30% par la WCRF

3)Activité Physique abaisse le risque de 18 %-29%

4)Indice de Masse Corporelle IMC doit être de 25-27 Kg/M2;

si > 5 kg/m2 le risque augmente de 15%.la WCRF estime le risque de l’obésité à 33%

5)La masse de graisse abdominale est un risque estimée par la WCRF à 46%

6)Dans le cadre des surpoids,avec syndrôme métabolique , risque  de cancer à 33-41% et si diabète risque  de cancer à 22-30%

 Alimentations Bénéfiques

Laitage,Calcium,ail actions protectrices possibles.

Fibres alimentaires

Fruit et légumes frais

par contre,selon la WCRF:

.l’alimentation grasse ,Fromage ,aliments sucrés  augmentent les risques,risque de 21% pour les gros buveurs d’alcool et de 20-21% pour les fumeurs et touchant plutôt le rectum.le risque s’accroit de 7 à 11 % pour 10 cigarettes par jour

*Selon la WCRF,la relation entre   cancer du colon et apport  de  Poisson,Folate,Selénium est trop limité par les études effectuées(WCRF/AICF,Continuous update project Colorectal cancer report 2010/Summary food nutrition.Physical Activity and the prevention of colorectal cancer 2011,°

*les gros cosommateurs d’oeufs  ont un risque estimé à  29%

Les crières prédictifs  de baisse de prévalence  du cancer du Colon par l’alimentation ont été évoqué dans Alimentation et Cancer et Flavonoïdes et Cancer,nous rappelons que les critères d’épidémiologie requièrent une rondomisation et échantillonage de la population représentative et surtout homogénes,ce qui est  toujours difficile à établir entre populations à hauts revenus,bas revenus ou précarisées et de reconnaitre la molécule intervenant sur le ralentissement ou de la mutagènèse induite par un cofacteur cancérigéne type Acétallhédyde dérivés de l’alcool et Hydrocarbrures aromatiques du tabac tous deux génotoxiques.

Parler des facteurs de risques du Colon,c’est aussi évoquer les études de Collins et Erlich parues en janvier 2014,qui définissent non seulement l’intestin comme le Premier Cerveau mais aussi sa colonisation par des bactéries extérieures définissant un pool ADN,le ,MICROBIOBIOTE à 3 Enterotypes différenciées permettant transformation énérgétique alimentaire,vitaminiques,élimination des toxines et définissant une signature immunitaire personnalisé.Ces recherches seront le point d’orgue  et précision du rôle de l’alimentation dans la génèse des maladies( type Diabète,Cardio-vasvulaire,Hépatiques)

 Alimentents et diminution des facteur de risque de cancer colo-Rectal.(WCRF)

 

1)Alimentation avec fibres: baisse de 12% de  cancer si alimentation de fibres au minumum 23 gr/j.Si alimentation de 10gr/j de fibres ,diminution de 9 % d’adénomes

Aune,Chan,Lau fibres, grains de céréale et cancer BMJ 2011

Wiren,Haggstrom,Ulmer.Cancer Causes Control 31 oct.2013

2)Céréales Complétes; baisse de 20 % si consommation 90gr/j

Aune and Co BMJ 2011

3)Tous légumes: diminution si consommation à 100gr/j

Aune Chan,Lau BMJ 2011

Tse,Eslik crucifrères et cancer colique Nutr.Cancer 2014

4)Cruciifères :baisse de 9-22%

Wu,Yang Vogtman Cruciféres et cancer colique.Ann;Oncolog;Avril 30 .2013

5)Fruits,decroissante de 11%

Aune,Lau,Chan Frui et cancer.Gastroenterology 2011

6)Lait si 200-250 g/j,décroissance de 9 à15 %

Aune,Lau,Chan Dairy and Cancer Ann Oncolog.2012

Cho,Smith-Wamer,Spelgeman  Daiiry and cancer JNat Cancer Inst 2004

7)Calcium total:décroissance de 8 % si 300mg/j

Keum,Aune/int.J;Cancer 2014

8)Suppéments en Calcium;decroissance de 9 % si 300mg/j

Caroll;Cooper,Papaloannou and co Calcium en supplément et cancer colique/Clin;Thera.2010

Wiengarten,Zalmanovici  Adénome et prévention calcique.Cochrane Database 2008

Les deux formes de calcium donnent des résultats contradictoires

9)Suppléments de Zinc;décroissances de 20%

Li,Xu,Shi;Clin.Nutr;Oct2013

10) Vitamine D(25 OH d) décroissance de 15-26 % si apport de 10-20 nanogr/ml

Anathakrishban,Cheng.Clin Gastroent.Hepatol.23 Oct 2013

11)Bétacarotène alimentaire (pas isolément) décroissance de 31%

Leenders,Leufkens,Siersema Europen Prposprective Vita A,C et E et Caroténoïdes et resk cancer colorectal;Int.J .Cancer 2014

12)Rétinol sanguin:décroissance de  37%

Leenders and co Int.J;Cancer 2014

13)Viamine C :décroissance de 40% des cancers distaux

Leenders and Co Int J;Cancer 2014

14)Vitamine D:décroissance de 35% pour les cancers distaux

Leeders and Co Int J Concer 2014

Metanaliysis serum Vitamine D and Cancer Colorectal Risk.. 8 etudes depuis 2008(Medline,Embase,Isi Web).Le risque de cancer décroit avec 25 OH D à 20 nanogr/ml.Aliments Pharm.Ther.1 juillet 2009.Yin;Grandi,Raum,Haug,Arndt,Brenner.

15)Activité physique,décroissance de cancer de 14 à 30%, pour les adénomes coliques décroissance de 16%

WCRF et AICrRFood and Physical activity. preventionof cancer colrectal 2011

16)Hormones de substitution:réductionde 16 %

Marjoribaks,Farquhar,Robert,Lethaby.cochrane Database 2012

17 )Contraceptions orales:décroissance de 14à 19%

Gierlish,Coeytaux Contraceptif et risque de cancer clorectal.Cancers Epidemiology Biomarkers prev.2013

18)Aspirine:décroissance de 32 à 49% si utilisation sur 5 ans.,pour les adénomes diminutionde 17%

Cole,Logan,Halabi;Aspirine et Prevention adenome.J;Nat Cancer Inst.2009

Algra,Rothwel.Aspirine à long terme et incidence cancer Lancet Oncolog;2012 13(5)518-27

Aliments  douteux ou insuffisants en prévention du Cancer colique: WCRF/AICR

1)Le poisson, certaines études discordantes

Geelen,Schoulen,Kamphuis Poisson,acide gras  et cancer colorectal Am.Jour  Epidemio 2007/Sugawara,Kuriyama,Kahizaki Poisson et cancer colique.Int Cancer 2009

2)Oméga 3 et 6

3)Ail,il est même noté un accroissement des risques

4)Folates,mais quelques évidences en usage à long terme

5)Sélénium,quelques décroissances notées dans le sexe maculin

6)Café

7)Thé

8)Suppléments en Vitamine D

9)Rétinol

10)Vitamine A

11)Thiamine

12 )Riboflavine

13)Magnésium

14 Potassium

15) supplément en Bétacarotène

16)Suplément en Vitamine B6 (accroitrait le risque de cancer rectal)

17)Suppléments en Viamine B 12(quelques contradiction avec le cancer rectal)

18)Thé Vert;Quelques discordances avec l’épigallatte.

19)Vitamine B6 Decroissance dans quelques cas associés avec Hypertension artérielle ,accroit les cancers rectaux

20)Volaille

21)Viande Blanche

Pour ces 21 Composants et aliments  La WCRF et AICR n’a pas formulé de jugement , les évidences étant limites concernant l’hypothétique protection et prévention des risques de cancer du colon avec la prise de:

poisson,folate,sélénium,céréale,pomme de terre,volaille,coquillages,produit dérivés du lait,graisse,acide gras,cholestérol,sucrose,café,thé,caféine,glucides,amidon,vitamine A,Rétinol,vitamine C,E,Selénium,multivitamines,Calcium de source autres que laitage,méthionine,béta-carotène,alpha-carotène,lycopène..D’autre part les études ont montré sur des études contrôlées quelques évidences de diminution des risques de cancer avec les Statines,les inhibiteurs des recepteurs angiotensines et inhibiteurs des ACE.Mais il n’a pas  été montré d’évidence entre taux bas de cholestérol et diminution des risques.

Liu,Tang,Wang. Statine et risque de cancer colique Cancer Causes control.2014

Melvin,Holmberg,Rohman Loda Serum lipides profiles and cancer risk.J;Cancer Epidemiolog.2013

Bien que le facteur alimentaire soit prudemment encadré ,il existe incontestablement des effets sur les facteurs de risques rendant convergeant les études de la WCRF,recommandation de la la HAS et études du Pr Béliveau.Mais la disparité des chiffres  épidémiologiques doivent inciter à la prudence.et ne pas ouvirir la route à des  régimes  ou des attitudes contreproductives.il apparait le role néfaste  constant de l’Alcool,Tabac,Obésité et Manque d’Exercice mais ces quatre éléments sont unanimes et quasi  généralité sur l’impact néfaste de  toute l’économie biologique humaine,ce n’est donc pas une révélaton mais une une confirmation.Dans l’ensemble,les études sont hétérogénes (sur ou sous-alimentation,précarisation,vieiilissement et isolement) et s’inscrivent dans la durée de la génèse d’un cancer avec peu de marqueurs de prévention et détection,il faut donc que les facteurs  néfastes habituels connus soient encadrés et éliminés,par dépistage et campagnes d’informations.Un grand travail de recherche demeure sur le rôle mutagène des toxiques environnementaux et de la réparation des dommages de l’ADN  ont été montré avec certains facteurs alimentaires (action anti-oxydative).Le Microbiote intestinal n’a pas encore livré toutes ses clés mais seront dans un avenir proche une des solutions préventives de la maladie,c’est dire que la saga de l’alimentation n’est pas close.

.

 

 

Retour