CANNABIDIOL,CANNABIS LIGHT ou AMBIGUITE THERAPEUTIQUE ?

4171

C’est reparti ,comme en 14,”le Monde ” du Mardi 12 juin 2018,titre en première page;”Société  “le cannabis ligth fait un tabac”,il s’agit d’un cannabis avec un taux de tetrahydrocannabinol inférieur à 0,2 %(LE THC psychoactif est interdit par la loi)et contenant du Cannabidiol ,dit non psychotrope,ne provoquant pas d’euphorie mais “effets apaisants et anxiolytiques”.

Un Coffee -Shop a ouvert dans PARIS une boutique de e-cigarettes ,ainsi que dans d’autres regions françaises ,E -cigarette avec Cannabidiol ou CBD ,molecule en vente depuis plusieurs années,dont” il est interdit de dire que les produits peuvent être fumés ,mention devant être  écrite sur le paquet de vente et de ne pas spécifier qu’ils assurent des bienfaits pour la santé”.Il est dit que la loi qui encadre ce produit”est flou”,c”est dire que les Coffee-Shop fleurissent et d’aprés “Yan Bihou parle de juridiction complexe,car le CBD dérivant du cannabis doit être soumis à législation,bien que l’auteur souligne une ambiguité,il est rappelé que la forme liquide est  vendu pour le vapotage,et que feuilles et fleurs  contenant même  moins de 0,2 % de THC sont soumises à la législation sur les stupéfiants (Avis donné par la Cour de Cassation en 2009).

Une réponse de rappel à la Loi a été donnée lundi 11 juin 2018  par la Mission Interministérielle de Lutte Contre les Drogues et Conduites Addictives   “Midelca”. D’après “Libération” du 13 juin 2018,ce rappel “a un peu gaché la fête “,mettant les coffe-shops hors la  loi,et plongeant  ce secteur dans un brouillard juridique”(Cédric Mathiot in Libération)).

Un groupe vendeur parle” d’effet de mode” mettant en circuit 500 références pour shampoing,infusion,crême,sucreries et 8 substituts au tabac et conclut que les acheteurs “ne viennent pas pour fumer mais veulent bénéficier des bienfaits de la la plante”,or,la qualification “Bienfaits” suggérent un encadrement des législations des services à la  Consommation et Médicaments

On parle de tour de vis trop sévère,une assoçiation entend promouvoir un charte éthique.Certains s’abritent derrière le principe que le CBD n’est pas considéré comme produit stupéfiant mais comme une molécule aux propriétés relaxantes,calmantes voire thérapeutiques,mais  le fait d’écrire “thérapeutique” engage ce produit sur des voies de réglementations  avec bénéfices -risques

Un  encadrement  permettrait d’identifier “un statut d’usager therapeutique “selon Bertrand Rambaud(Le Monde) .MIDELCA demande d’engager une concertation car  certains parlent de filiaire d’avenir de production et vente française,sous condition de se plier aux normes et tests de laboratoire.(Le Monde 12 juin 2018 Beguin,/Esclaueze /Tenoux)

Pays oû l’usage du Cannabidiol a été encadré ou libéré:

USA,CANADA,NOUVELLE -ZELANDE,GRANDE -BRETAGNE,SUISSE

En dehors de tout proselethisme et politique de prévention,il existe manifestement oublis ou  disparité d’accés aux faits.

Les publications médicales sont nombreuses,dans PMID,Pubmed sont notés 926 publications de 1964 à 2011,dans Medicsape 131 publications.,Les moteurs de recherches informatiques,sur le theme”Cannabidiol et Utilisations” identifient grosso-modo 1.50O.000 références dont certaines sont des doublons,”cannabidiol et législation” 61.000.

Entre 1970 et 1990 sont mis l’accent sur des essais sur l’anxiolyse et anti-psychotique du Cannabidiol

Avant 2012,apparaissent des études sur  le caractére anti-infectieux,anti-oxydant,neuroprotecteur du Cannabidiiol,douleurs cancéreuses.

Jusqu’en 2018,sont étudiées les actions du cannabidiol sur le sommeil,l’anxiolyse et particulièrement phobie ou anxiété soçiale,maladies neurodégénératives type Parkinson ou Alzheimer,Accidents vasculaires cérébraux,Diabète,Rhumatisme Rhumatoide,Addiction,Epilepsie resistante voire Schizophrénie.

Des Métaanalyses sont plus que nécessaires,sachant que le Delta-9 Tetrahydrocannabidiol et Cannabidiol ont clairement des effets distincts sur l’activation  neuronale durant le processus émotionnel /AM Gen Psychiatry Janvier 2009,66(1)95-105/Fusar-Poli,Grippa,Borgwardt,Allen,Martin-Santos,Seal,Surguladze,O’Carriol,Atakan,Zuardi,McGuire

Il est donc  indispensable de faire le point sur le CANNABIDIOL et de fixer sa place médicale et non festive.dite soçiétale.dégager de fait sa véritable place sur des arguments irréfutables,d’autant plus que le Cannabidiol intervient sur le métabolismes médicamenteux hépatiques en agissant sur Cytochrome P 450 (CY1B1,CYP2A6,CYB6,CYP2c19,d’après Medline)ce que la surmédiatisatiion ne montre pas toujours.

Le CANNABIDIOL,composé 21 Carbone Terpenophénolique est connu depuis 1940,fait partie de près de 200 cannabinoïdes avec le THC du cannabis,et ne représente qu’un pourcentage de 0,0 1% à 2,9% d’extrait sec de cannabis

Faits Importants:

Le CANNABIDIOL  N’EST PAS UN PRODUIT DE SUBSTITUTION et N’ENTRAINE PAS de DEPENDANCE

Depuis de nombreuses années,en dehors des réglementations ,,son usage per os varie en dose de 30mg/j à 1000mg,/j,n’ayant pas encore de statut bien défini,il faut tout de même insister sur son impact sur la vigilance,et comme  tranquilisant,

Le Cannabidiol en E -Cigarette nécéssite donc des études randomisées pour savoir si cet impact neurologique est superposable,d’autant qu’il est décrit des impacts neuronaux expérimentaux  du Cannabidiol et de ses Dérivés. (quelques essais en phase 3 sont en cours)

Parler de Cannabidiol -Bio  ou Festif ou thérapeutique est prématuré,le WHO en  Decembre 2017 reprécise sa convention de régulation de 1961 et l’OMS ne recommande pas le Cannabidiol à usage médical.,mais est attente du retour d’expertises en cours.

Il faut donc préciser les impacts somatiques et mode de diffusion et absorptions  physiologiques du Cannabidiol,suivant la revalorisation des expérimentations de laboratoires et essais cliniques randomisés,

La NIH fait référence à plus de 150 essais en cours,dont 5 référencés en 2018 sur l’anxiété,dépression,cognition dans certaines psychoses,,epilepsie refractaire aux traitements ,ces essais sont caractérisés par des faibles recrutements justifiant un élargissement et réajustement des randomisations.

D’autre part demeure toujours le rôle des éléments de saveur accompagnant le liquide d’aérosol qui soumis au fonctionnement du vapoteur,de 3 à 5 watts,peut intervenir sur l’épithélium pulmonaire avec potentiel  toxique surtout pour les produits de saveur soumis à 5 watt:L’indice de saveur induit prolifération et viabilité des cellule souches de l’épithélium respiratoire CAL3

1er juillet 2017 /Analyses et Evaluation de la Toxicité sur 4 liquides sur 13/Rowel,Lee,Harris,Reebs

29 mai 2018/Analyses et Toxicité /Scientific Report /Behar,Luo,McWhirter ;Pankow,Talba,pour des concentrations Supérieures ou égales à 1 mg/Ml

 

A suivre

 

Retour