Hallucinations,sans Maladie ou Inducteur Thérapeutique

                                   Hallucinations chez l’homme normal

Il doit être clair que ce chapitre n’est qu’une introduction à l’études des phénomènes hallucinatoires;Ce phénomène n’est pas une rareté puisque qu’il est estimé à 10 % dans le ressenti non pathologique de la population .Un exemple parmi d’autres:un étudiant en médecine stréssé par travail,concours et projection professionnelle raconta un histoire étrange:il partait  tranquiliement à la fac et il fut surpris par une curieuse impression:il avait l’impression que son corps marchait à coté de lui,il en fut conscient.il traversait une mauvaise expérience sentimentale,il  ne prit pas peur ,n’en parla pas médicalement , cette hallucination revint une ou deux fois puis disparaitra définitivement

Sans pathologie sous-jacente,sans prise de médicament,alcool ou drogue ou plante psychotrope,l’homme peut dans certaines conditions avoir des sensations ou perceptions d’objets externes n’existant pas dans la réalité,et ne doivent être médicalisées ou confondues avec les illusions.

Stricto sinsu,l’Hallucination est une perception sans objet réel à percevoir.

Elles peuvent être élémentaires :phosphénes,acouphénes ou  complexes :images  construites,mots,phrases.ou somesthésiques:tact,sensibilité profonde.

Le sujet a  la conviction de la réalité de l’expérience vécue et le sentiment que le phénomène est vécu comme extérieur  à lui-même.

L’Hallucination ne doit pas être confondue avec un Délire,fausse croyance,erreur d’interprétation  à une situation donnée ,véritable conviction absolue,insensible aux argumentations,ne pouvant être modifié .C’est une difficulté majeure qui peut entrainer des confusions diagnostiques.

C’est pourquoi le cadre imparti à ce thème doit être strict.,car pour la plupart du temps,il fera appel au bon sens et restitution de l’espace d’un bon art de vivre et demander en cas de doute un avis médical.

La mode du toujours plus vite,toujours plus ,surbooking,saut à l’élastique,saut en parente( Quel interêt pour pouvoir faire équipe comme comptable dans une compagnie,?!!!?),burn out doit nous interpeler oû le dépassement de soi peut faire naitre des hallucinations mais surtout en cas d’incompréhension des symptômes ouvrir la porte à des pathologies constituées,qu’un psychologue,educateur soçial,médecin du travail auraient pû prévenir

Enfin de compte,les hallucinations les plus concernées sont des hallucinations physiologiques  survenant dans des conditions émotionnelles mal gérées type deuil,troubles du sommeil (endormissement,sieste), ou condition de privation de sommeil ou isolement sensoriel ou état de veille ou  poste de  conduite prolongée,attention soutenue ,Stress ou effort prolongé,

Les hallucinations ont été largement décrites par De Quincey,Beaudelaire,Huxley,Lermltte,Freud,Hey,John Walkins.;Olaf Blanke,William James,James Dick Blom

Leur support physiologique n’est encore totalement éclairçi,une implication du systéme dopaminergique et sérotinergique est suggérée.

1)Les hallucinations auditives

ont pour siège le lobe temporal,et frontal inférieur(Mac Guirre) et l’imagerie IRM montre une imagerie mentale trop vive que l’on peut atténuer par stimulation magnétique transcraniène(Hoffman 2000)

Freud;Conribution à la conception des aphasies(PUF;1983),

Simpson la Mort suspendue 1990

Origin of Consciousness in the Breakdown of the Bicameral mind Julian Jaynes 1976

 

2)Les hallucinations visuelles travaux de Dominic Ffitche  1998 et Santhouse 2000,couplée avec l’IRM:hallucinations colorées associées avec les aires du cortex visuel,mais si hallucinations rudimentaires (visages déformés,grotesques ) activation du girus fusiforme et activation du sillon temporal supérieur (aire spécifique à la représentation des yeux),alors que,.seules les hallucinations colorées activent  l’aire V4.Selon Ffitche les hallucinations utilisent les mêmes aires visuelles et les mêmes voies que la perception,les interconnections des aires concernées importent autant que ces localisations. (William Burke)

 

2)Les hallucinations textuelles,lssues de l’aire hémisphére gauche,l’aire de la forme visuelle des mots.les hallucinations de textes ou de partitions musicales ressemblent à un vrai texte ou une partition,en fait elles sont illisibles,sans forme,sans tonalité,sans syntaxe ,sans grammaire .Ces hallucinations ne sont pas soumises à la syntaxe ou sémantique,selon des rêgles normales.Il est décrit des chefs d’orchestre  ( sous stress intense)qui pendant la direction de l’orchestre peuvent percevoir des portées musicales qui sont intraduisibles sur une portée,thèmes musicaux n’ayant aucun rapport avec ce qu’il dirige.

 

3) Privation Sensorielle (D.Nebb;Mc Gill 1950), et W;Bexton)

Isolement dans cabine insonorisée:les sujets s’ennuient et s’autostimulent,car monotonie.Apparition d’hallucinations visuelles,allant de scènes animalières,déformations de dessins animés,motifs en papier peint;,parfois images tridimensionnelles,pivotant ou s’inversant.

Ces hallucinations ,pour les testés,ont été considérées comme extérieures et disparaissent si on leur demande d’effectuer une tache complexe.John Zubeck 1961 montra que l’isolement change fréquemment ,intensifie l’imagerie visuelle,images de couleurs brillantes ou de type photographiques.

Expérience d’Alvaro Pascual-Leone et Merabet:sujets aux yeux bandés ( En permanence de 96 H)sans immobilisation(promenade,regarder la télévision,écouter la musique).Pas de somnolence,ni agitation,ni ennui.Hallucinations surtout au 2 ème jour,yeux fermés ou non.mais pas d’hallucination si activité motivante (téle,musique,conversation)

Pour Broojerdi Babak,l’excitabilité du cortex visuel augmente chaque fois que les sujets sont privés de sensations lumineuses.Expérience de Sireteanu 2008,avec IRM,,activations occipitales et inférotemporal du cortex visuel coinçidant avec hallucinations visuelles.l’Hallucination résulte de l’activation ascendante directe de la voie visuelle ventrale oû le manque d’impûts sensoriels normaux induit une hyperexcitabilité

In Musicophilla Oliver Sacks,décrit des phrases et motifs musicaux dépourvus de signification,les hallucinations musicales se poursuivent sans interruption  qu’on leur prête attention ou non.”La qualité des hallucinations étonnent car les capacités de rappel de la musique de l’halluciné sont faibles en temps normal,incapable de fredonner de mémoire un air simple”,ou ne comprenant pas la composition du chant ou de l’instrumentation.Même le chef d’orchestre ne peut mettre la musique entendue en portée.

 

4)Les hallucinations dues au STRESS Majeur

Privation de sommeil et privation de rêve,même effet hallucinatoire  si sommeil normal

Epreuve de tension physique extrême M;Shaemer,conducteurs sur long trajet sans sommeil,,marathon avec manque de sommeil

Immobilité par causes externes type facture;hallucination corporelle H.Leiderman 1958

 

5)Les Hallucinations Acoustico-verbales

Surviennent en cas de stress majeur,privation sensorielle,lors de l’endormissement

.Perception de langage non produit par un interlocuteur,phrase perçue dans l’environnement:ce peut-être sifflet,cloche,mélodie,bruit de pluie, appel par son nom au second dégré ou à la troisième personne;

Touche 60 à 70 % de la population estudantine au moins une fois.

C’est l’aire de la perception du langage qui en est le départ.

Le Tep au Fluor montre une augmentation de l’activité corticale homologue de l’aire de Broca /Cleghorn 1991,

Avec l’IRM au Fluor :zone concernée gyro-temporaux G et D,cortex inférieur gauche  et gyrus droit frontal médian Gauche Lenno 2000.

au TEP à Oxygène;régions concernées Thalamus et Hippocampe,striatum ventral droite,Cortex orbito-frontal gauche Sibersweig.1995

Si stimulation electriques des aires auditives primaires G et D:provoque audition de bruits élémentaires;si stimulations zones secondaires:provoque hallucinations musicales.Penfield/Perot 1963

Pour Mc Guirre 1996 hallucinations témoins de l’activité cérébrale frontale inférieure gauche,et diminution de l’activité de la jonction occipito-temporale Droite

 

6)Hallucinations psychiques

Il n’y a pas d’objectivation dans le monde extérieur,doit être examinée avec attention,prudence ,maladie neuro-psychiatrique prévisibles ou hautement probables.Les zones impliquées sont la zone temporale et hippocampique et cortex pré-frontal(Aire 9-42).consultation médicale impérative

 

 Enfin de compte,en cas d’hallucinations,il faut savoir si le le sujet adhere ou est critique vis à vis de ces phénomènes,et s’elles impliquent un cadre physiologique  ou organique ou lésionnel.La différentiation requiert l’aide de médecins et neurologues afin d’éliminer ,le syndrôme de Charles Bonnet ,des sujets sains ou des mal voyants;migraine,maladie neurodégénératives type Parkinson,Alzheimer,Lésions du tronc cérébral ou Narcolepsie.

 

Les hallucinations font parties de la culture humaine et la vie mentale avec ses déviances soçiales hallucinogénes de type ordaliques.Toutefois,ce chapitre a toujours fasciner les neurologues et les psychologues.Tout en reprenant les quelques auteurs précédemment cités,il faut insister sur la difficulté de leur interprétation,leur physiopathologie,et des zones et relais inter-réactionnels cérébrales .

 

 Oliver Sacks:Migraines 1986,Cinquante ans de sommeil 1987,Sur une Jambe 1987,des Yeux pour entendre 1988/Musicophilia 2009:L’odeur en Si Bémol  2012

Ramachandran Le cerveau fait de l’esprit 2011

Labarre,Weston Anthroplogical perspectives on hallucination and hallucinogenes.1975

Shermer Abucted Scientific American 2005

Siegel Hostage hallucinations;1984/drug-hallucinations 1975

Smith,Daniel.Heraing Voices and the border of sanity 2007

Nelson,Kevin The Spiritual Dorway in the Brain 2011

McKellar,Peter,Simpson,Lorba;Betwen Wakefulness and sleep.1954

Merabet,Lofti,Maguire,Wade and co:Visual hallucinations during blindfolding in sighthed subjects Neuro.Ophtal.2004

Weissman Poets who hear Voices 1993/West,Jlyon Hallucinations 1962

Zubek Sensory deprivation:50 years of Resaerch 1969/Sensory isolation darkness and Silence 1961

Retour