Palmeraie de Marrackech

Download-3C00033930051823_1832165457084646_8048918844316386906_o

PALMERAIE DE MARRACKECH:Flores et Devenir

Il serait plus juste de nommer Palmeraie par Site de la Palmeraie,car la magnifique ville  rouge du Maroc ,batie sous Abdu Bakr Ibn  Omar ,a considérablement changé dans sa modernité dans les moins trente dernières années:migrations de la paysannerie vers la ville,constructions modernes,tourisme important du fait de son climat et de son site.Pour les vieux routards le souvenir de Marrackech reste toujours dans les coeurs:passage de la zone cotière à l’immersion totale dans une palmeraie immense aboutissant à la Médina de 600 ha,ses remparts,la Khoutoubia et la place Jamaâ El Fna et au loin barrant le Sud l’Atlas avec ses massifs enneigées,Marrackech est l’archétype des plantations ,cultures ,irrigations et aménagement du sol qui conditionnenent l’écosytème des agriculteurs des régions sub-sahariennes et présahéliennes qui seront retrouvés plus au Sud après la barrière de l’Atlas en particulier dans la vallée du Draâ avec 6 palmeraies  en allant sur Zagora

C000351

Les espèces cultivées seront souvent une répétition des plantes espèces s’adaptant au climat du Sud:Palmier Dattier nourrissier , bois d’oeuvre et draineur d’eau,Jujubier accrochant les sols ingrats,Carroubier méllifères,Aloes,Figuiers de Barbarie,Raisin ,Grenadier,Orangers,Oliviers,et sans oublier les plantes vivrières potagères:oignon,ail,poireau,courge,potiron,lentille,orge,blé classique et blé dur pour le couscous.

C000180

Deux notions apparaissent communes à beaucoup de palmeraies:

*Les espèces initialement cultivées sont pour la plupart logiquement  citées dans le CORAN (26 espèces)

*Problème récurrent de la régulation de l’eau:acheminement,réserves,irrigations,la palmeraie étant un écosystème artificiel dépendant de l’action humaine luttant contre la désertification ,devenu particulièrement sensible avec l’urbanisme,l’érosion éolienne,ensablement ,pluies torrentielles laminant les sols,salinisation des sols et de l’eau.Ces problèmes sont communs à tout pays dépendant de l’irrigation et urbanisation oû tous apportent planifications et solutions viables à long terme pour que recule le désert et survive la palmeraie,écosystème sensible mais remarqueblement humain:Cultures SUR ÉPANDAGES DES CRUES,DEVELLOPEMENT des CULTURES de PLANTES AROMATIQUES,MEDICINALES,TINCTORIALES.

Seguias ou Fouggara

Le Seguias  ou Foggara est un canal d’iirigation à ciel ouvert,la tendance actuelle est de recouvrir ces canaux pour éviter les pertes d’eau

 

Le Kettaras est un système d’irrigation souterraine comparable à un acqueduc souterrain de 500 m avec un puits mère avec un canal de 10 m de profondeur.L’horizontalité des tunnels permet à l’eau de s’écouler à la surface du sol

La Palmeraie de Marrackech est l’exemple type de l’évolution d’un écosystème ayant été considérablement modifié par l’homme qui transforma un milieu articiel luttant contre la désertification et dont la tendance  progressive à l’extension  a  nécessité une prise de conscience et d’inovations conjuguant collaborations fructueuses entre les unités universitaires,coopératives , associatives et éducatives.L’introduction de nouvelles espèces et devellopement de la production agricole diversifiée et inovante permettant de limiter les mefaits des résultats globaux influant sur la régulation de l’eau:Restituer les Khettaras et Seguas en les protégeant et les introduisant dans le patrimoine culturel,renforcer des cultures d’agrumes,oliviers,vignes,diversifier les ecosystèmes Pistachier,Oléastre,Jujubier,Laurier Rose dans les Khetteras,Vitex dans les Oued,Anabis Aphylla et Atriplex dans les zones arides,différencier les modes de cultures avec compostage et création d’espaces de multiplication des semences protégées et diversifiées:raisin,pèche,abricot,grenade,datte,figue,céréales(blé,orge),luzerne.Ainsi ,se crée une irrigation contrôlée propice à l’agriculture.

On considère ainsi une graduation dans la distribution de l’eau:

*Canaux d’iirigation graduaire avec les seguas en terre,recouvertes,pour les parcelles propices aux plantes maraichères,arbres fruitiers et palmiers.

*Irrigation par submersion des foggaras

*Nappe Phréatique qui nécessite des moyens de pompage et forages sophistiqués du fait du changement climatique et de la dysrégulation traditionnelle de la distribution d’eau

*En cas de Crues,utilisation des épandages ,en extérieur,permettant cultures de blé,orge,courge

*Les élevages de moutons et chèvres se font à l’extérieur des palmiers,la palmeraie étant souvent protégée par des Cactus genre Figuier de Barbarie,mais sensible aux maladies:mildiou,cochenille ,rosellinia,champignon type aspergillus flavus.les fruits de la variété Opuntia ficus indica ,dillenti ou vulgaris n’ont qu’une valeur qu’en commerce local

.31698762_1845245279109997_9058975764099104768_n

La palmeraie,fille de l’eau,écosystème artificiel dépendant de l’action de l’homme luttant contre l’aridité,s’instaure progressivement sur trois niveaux:

 

*Strate arborée:règne du palmier de 15 à 30 mètres de haut,tête au soleil et pied dans l’eau,véritable protection de couverture solaire.La palmier-dattier peut supporter une concentration de 20 gr de sel par litre d’eau.Mais,le risque de surproduction intervient sur la salinisation des sols et l’eau.Surtout 2/3 de la superfcie de plantations  ont disparues par l’action d’une maladie le “bayoud”,restent  44.000 ha,(100 pieds à l’ha)qui place ce symbôle de prospérité à la 8 ème place de la production mondiale,Marrackech se plaçant à la 5 ème place de la production nationale marocaine.Toutefois le Palmier est la structure de base majeure  de l’agronomie des oasis marocains par la création d’un micro-climat indispensable au devellopement des cultures locales sous-jacentes.De plus ses racines sont nombreuses et profondes pouvant aspirer 500 litres d’eau par jour,sous le palmier 3 étages de végétation:

*Strate Arbustive avec Vignes accrochées aux Palmiers et arbres fruitiers(Oranger,Pêcher,Grenadier) et,Hénné

*Strate Herbacée avec :plantes maraichères,plantes aromatiques et médicinales,plantes fourragères.,couvert végétal des pieds de palmiers nécessitant nettoyage des touffes au pied,et oû grimpe le raisin

Le renouveau de la diversité des espèces et régulation de la distribution de l’eau  a permis à la palmeraie de reprendre son label et ne pas sombrer vers une désertification par actions de l’homme,conjuguée au réchauffement climatique,défauts de régulation de l’eau avec salinisation du sol et de l’eau et d’éviter  qu’ une  seule espèce nomade saharienne émerge ,l’Acacia Blanc ou Gommier du Maroc,l’indispensable des régions désertiques.A une altitude moyenne de 400 m,l’apport d’eau à Marrackech subit une forte variabilité,conditionné par un climat chaud et continental ,la pluviométrie est inférieure à 300 mm et irrégulière dans le temps,avec orages dès octobre et l’été peut souffler un vent chaud ,le sirroco;la nappe phréatique dépend des eaux de crues s’inflitrant dans le lit des oued et par les réseaux des seguias et irrigation par les zones d’épandages et par les anciens lit d’oued.La gestion de l’eau est donc primordiale pour assurer les cultures et maintient de la palmeraieC000341

 

Les ESPECES CULTIVEES DANS LA PALMERAIE

29063799_1828710354096823_1719829431640669842_o30728763_1837904293177429_355501881973276672_n

Il ne sera traité que les arbres fruitiers et ou fruits contribuant à la stabilité et équilibre de la palmeraie,étant clairement entendue qu’une agriculture maraichère importante et diversifiée a été mise en place et participant aux exportation marocaines des  légumes type tomate , avocat,oignon,ail, courgettes;les projets ne manquent pas en terme de diversification telles des cultures en serre  pour bananiers ,le Maroc étant jusqu’ à ces dernières années importateur de bananes

Henné

1)L’AMANDIER

Les vergers sont surtout dans le Rif oû il supporte bien le froid,est planté semi-intensivement ou intensivement à Marrackech.La floraison de décembre à mars ne supporte les gels.il n’aime les fortes pluies durant la floraison.Il n’aime pas les sols alcalins et argileux,il tolère sol calcaire et ferrique,s’adapte au sol salé.il lui faut un sol profond fertile,drainant,léger,si il est peu soigné il produit 4 à 6 quintaux d’amandes à l’hectare,mais si il vit dans des conditions séches,il lui faut une pluviométrie supérieure à 500 mm.Production totale: du Maroc :132.00 ha avec un rendement de 40.000 Tonnes d’amandes en coque.

Amandier

2)ABRICOTIER

Cultivé à Ouarzazate,Boulmane,Marrakchech sur 14000 ha(près de 100 .000 tonnes de fruits)

Il fleurit avant l’amandier(Decembre-Mars).sensible au gel mais peut resister à des temprératures inférieures à – 15 °.Très sensible aux pluies de printemps,pousse préférentiellemnt sur sol argileux-limonueux drainants;Arbre sensible aux champignons et dépérissement,son bois fruitier doit être renouvellé tous les 3-4 ans,le fruit est récolté en avril

Abricotier

3)AGRUMES:ORANGER et CITRONNIER

Ils occupent 10 % des surface fructifères,demande beaucoup de soins,sensible aux maladies ,champignons en particulier.Ces espèces subtropicales sont sensibles au gel,au vent sec,vents violents.Nécessitent 1200mm d’eau par an,si insuffisant complément par irrigation.Pousse sur des sols argileux,alluvions peu argileuses,sols sableux,sols noir peu argileux,de préférence pas de sol lourd ou limoneux

4)CAROUBIER

C’est l’arbre fruitier idéal rustique pour replanter les zones dégradées,incultes,menacées par la désertification.Il resiste bien aux fortes sécheresses,peut résister au froid,permet de lutter contre l’érosion des sols,pousse sur des sols indifférents même pauvre,callouteux,mais surtout bien drainé.il vit 500 ans.Doit être de préférence au soleil,en mi-ombre.Il permet par sa massivité de faire un abris au vent pour les champs.Le Maroc est le deuxième producteur mondial (fruit en septembre-octobre de 300 à 800kg/arbre).Outre ses qualités écologiques,le caroubier est connue comme régulateur intestinal mais surtout utilisé en cosmétologie et alimentaire ,diétiétique,comme farine,additif E410(glace,patisserie)succédané du cacao (car ne contient pas de theobromine et caféine).Aliment énergétique pour l’animal.

Carroubier

5)COGNASSIER

Rustique,s’adapte à différents sols,mais plutôt argileux lourd ,résistant au froid (-25°);Surtout cultivé en zone périurbaine.C’est le légume du Tagine,se conserve longtemps

6) FIGUIER

Bien que couvrant 5 % du territoire arboricole (146.000 ha )et s’adaptant aux faibles hygrométries,fort ensoleillements  étés chauds et secs,aux sols argileux et sableux,préfére les sols limono-argileux,resiste à – 10 °,nécessite beaucoup d’eau en pleine croissance,en été une irrigation tous les 10 jours suffit,en hiver seulement 3 irrigations,cette relative rusticité l’on fait tout de même  régrésser au profit des céréales et tabac ;Deux maturités de fruits:mi-juin et mi-août.

La figue  a des propriétés nutritives comparables à celles de la datte, et banane

7)FIGUIER DE BARBARIE

Résiste au froid,gelées de – 5°,besoins de chaleur de 15-18%.Il s’adapte au sol sableux ou callouteux,supporte sols calcaires et salins.Rendement 15 à 25 tonnes/ha.Si été sec et chaud,2 à 3 irrigations jusqu’à 100mm pour le devellopement du fruit rafraichissant et nutritif (20 à 30 fruits/jour)

8)JUJUBIER

Bien que rustique,s’adaptant à la séchéresse,resistant au gel de -15°, et faible pluviométrie(moins de 300 à 500 mm).resiste au vent sec et violent,protège brise vents des cultures.Pousse sur les sols sableux,craint les sols lourds et mal drainés.Tolère les sol calcaires et salinisés.En cas d’eau disponible irrigation peut fréquente mais copieuse.Malgré sa rusticité,il ne couvre que 10 ha, 3 ha donne 5 tonnes de fruits.Les valeurs nutritives du fruit sont comparables à celle de la datte,figue et banane.En comparaison 1 kg de dattes fournissent 3000 calories et en moyenne,les population nomades consomment 200 kg par an et habitant.Le fruit du jujubier donne 300 calories/100gr soient 32 g de glucides,vitamine A 700 ui/100gr,Vitamine C:500 à 600 mg/100gr

fruits de Jujubier

9)GRENADIER

Le grenadier est adapté au climat sub-aride et continental,Tolère  des températures de -10° à 40 °,Pousse sur des sol calcaires ou salinités,mais est plus à l’aise sur des terres alluviales et argilo-limoneuses.Sensible aux champignons et pucerons.Un arbre donne 100 fruits par récolte sur une période de près de 10 ans.peut supporter six mois de stokage.

Grenadier

10)MELON

A les mêmes contraintes de cultures que le concombre:optimum de croissance à 12° pour la racine,période végétative:de 17 à 20 degrée la nuit,culitivée:20 à 23 degrés.Le Sol doit avoir un ph acide,ne doit pas etre trop frais et peu asphysiant,pas de sol pauvre.L’eau exigée est de 500mm pour une culture en plein champ,l’idéal est l’irrigation moderne en goutte à goutte

Problémes:fruit périssable et sensible au champignons

 

11)NEFLIER DU JAPON

Fruit subtropical ,cultivé sur près de 320 ha nécessitant un climat doux et précipitatios

de 600 à 1000 mm.les fruits gèlent à -5°,feuilles 10°.les fruits sont classiquement resistant au vent et sécheresse mais lesés si étés chauds et secs affectant la maturité des fruits.Le sol doit être propre,et le néflier est autofertile.Doit être protégé contre les maladies(tavelure,pourriture).Production en mai:10-12 tonnes/ha

Neflier du Japon

12)OLIVIER

Production de l’huile 2 % de la production mondiale.5  à 6 kg d’olives donnent 1litre d’huile,un arbre fournit 15 à 50 kg d’olives .N’est pas géné par la pluie,robuste en été, ne peut recevoir qu’un indice de pluviométrie de 200 mm.S’adapte à tous les sols surtout caillouteux,ne supporte pas les sols humides,sols bien aérés,à ph voisin de 8.Il peut supporté des températures à -10° mais les fleurs peuvent être lésée à 0-1° et la croissance végétative peut ralentir dès 4°.Il ne supporte pas les éxcès d’eau type 450-600 mm et sous conditions que les sols soient perméables avec capacité de rétention,un sol profond argilo-limoneux et perméable

olivier

13)PALMIER-DATTIER

LE palmier-dattier représentait près de 15 millions de pieds,et plaçait le Maroc au 3 ème rang mondial de production de dattes.L’importance écologique du Palmier,véritable couvert  protecteur des cultures sous-jacentes.Il fait vivre encore par son revenu 40 à 60% d’une population d’un million d’habitants. Mais actuellement certaines palmeraires sont touchées par leur apprauvissement génétique,en partie poussée par une maladie le “bayoud”‘un champignon),vieillessement des palmeraies,urbanisation,désertification.Le palmier est résistant,peut resister 5 à 7 mois  d’été chaud et sans pluie ;de sa pollinisation à la récolte.Il lui faut un sol léger,profond à ph neutre,même calcaire,peut résister à des variables de températures de 0 à 50°,voire au gel.Malgré tout,bien que consommateur d’eau  sur un sol meuble,il consomme 1600 m3 à 20.000 m3/ha/an ou 180 à 210 m3 par palmier/an ,surtout au moment de la fructification et peut supporter 9 à 10g de sel par litre d’eau.Bien qu’il puisse résister à plusieurs années de sécheresse,il sera alors moins productif d’ou des plans de plantation, plan de repeuplement du” SIDATTES en 2010″.Le palmier-dattier est l’incournable arbre de l’écosystème de l’oasis affectionnant le soleil mais doit être à l’abri des vents froids et reste le  symbole de fertilité et de prospérité

14)PASTEQUE

Originaire de l’Afrique tropicale,il est exigent en chaleur et lumière.au niveau température,humidité,il suit les besoins du comcombre ou du melon,avec une irrigation régulière.on peut le cultiver selon des pratiques rénovées avec peu d’irrigations

15)PECHER ET NECTARINE

Au moment de la floraison ,il peut resister à-15-24° et resiste à 100 -450h de froid,le jeune fruit résiste jusqu’à – 0°.Il lui faut un mileu peu humide et ensoleillé.Le sol doit être profond et drainé et peu acide

 

16)VIGNE

Il lui faut un climat semi-aride et subtropical avec des étés secs et chauds sans pluie et hiver frais.Pour les grains:atmosphère séche température de 15 à 40°.Le sol est de préférence profond argilo-limoneux,peu salé;Besoins en eau:4 à 500 mm.L’irrigation se fait en fonction du type de raisin,si raisin de table quatre irrigations en fonction du cycle(floraison,nouaison etc).La méthode de goutte à goutte se répand de plus en plus.

L’Acacia Blanc,l’indispensable de la vie nomade

 

Il apparait évident qu’il faut éviter  le piège de la mauvaise gestion de l’eau qui ne laisserait la place,en cas de pessimisme hatif,à cette acacia épineux ou gommier,arbre commun du Maroc Saharien méridional,incontournable dans la vie des nomades utilisant gomme,tannin et bois.Cette légumineuse puise son eau profondément dans le sol,certains disent à 80 m de profondeur,c’est un arbre de première importance de reboisement en zones arides dont le peuplement est cyclique et suit le rythme des précipitations.Heureusement,Marrackech n’est pas le Sahel grâce à  la vigilance humaine,c’est un soulagement pour la ville rouge,la cité bénie,la perle du Sud,et il est réconfortant de voir réapparaitre des espèces et des modalités de culture parfaitement adaptées à la Palmeraie et sa pérrenité.

 

Retour