THÈMES

b

Blizzard et Coup de Froid:Prévention

12390969_10153718538396132_1607501158441316345_n Blizzard et Coup de Froid

Vous êtes fragilés,sujets aux bronchites,le coeur commence à vieillir,le vent froid n’est pas pour vous,peux-t-on se prémunir par les plantes ou amoindrir l’impact du coup de froid?

Dans un premier temps,si possible éviter les sorties non nécessaires,couvrez-vous ,chaussures non sérrées et surtout  pas d’alcool (grogg,”eau chaude”,le calva,une composition épicée alcoolisée au jaune d’oeuf ou cannelle,un  remède sacré caché jalousement  par la grand mère , toujours d’attaque…).Dans tous les cas si apparitions de symptômes inhabituels ou aggravation d’une pathologie pré-existante,consultation médicale,la prévention est le maitre – mot lors d’une vague de froid.

tabeau monetbd1bd2

Coup de Froid Brutaux

La tradition chinoise préconise:

*1)Une Association de Jujubier(Ziziphus) avec d’autres plantes majeures,en sachant que certaines ont une action antibiotique type Forsythia  ou action renforcée des antibiotiques avec le Rhodiola.

*2)Un the de petits pois

*3)Souci de 3 à 9 gr /j

Dans tous les cas,consultez.

PREVENTION IMMEDIATE

Vous êtes fragilisé,ne passez pas à coté  du vaccin Anti-grippal,virus ravageur en cardiologie et pneumologie.

madagascar

PREVENTION PRECOCE PHYTOTHERAPIQUE

Plantes améliorant le score du vaccin anti-grippal:

1)L’Echinacée

2)L’Eleutherocoque,surtout

Ces deux plantes seront décrites avec les autres plantes adaptogènes dont les expérimentation ont permis de constater une meilleure résistance au froid ou  des variations brutales climatiques hivernales.

 

3)Apport vitaminique C

*Agrumes: type Citron ou Extraits de Pépins de pamplemousse(anti-oxydant)

*Acerola

*Eglantier

*Certains ajoutent dans la panoplie:Oignon,Ananas Frais .

madagascar

LA PREVENTION PAR LES HUILES ESSENTIELLES

Plusieurs formules sont retrouvées associant:

1) première proposition

*HE CITRON

*He EUCALYPTUS type RADIATA

*He NIAOULI(MELALEUCA)

*He YLANG-YLANG

* He CINNAMOMUM CAMPHORA,variéte RAVINTSARA

2)Deuxième proposition

*He THYM

*He NIAOULI

*He CINAMMOMUM CAMPHORA,type RAVINTSARA

3)troisième proposition

*He THYM

*He NiAOULI

*He MENTHE

*HE CINNAMOMUM CAMPHORA,type RAVINTSARA

*Bois de ROSE

4)Quatrième proposition

*He Cannelle

*HE EUCALYPTUS type Radiata

*He CITRON

*He CINNAMONMUM CAMPHORA type RAVINTSARA

5)Cinquième proposition

*He CINNAMOMUM CAMPHORA type RAVINTSARA

*He EUCALYPTUS RADIATA

*He NIAOULI

*He ALLIUM CEPA,Oignon ou He SARIETTE

 

 

Ces huiles se prennent  préparées et associées:

*En dilution dans de l’alcool à 60°,pour une proportion pouvant aller à 5 %,voire dans une teinture mère de Propolis(possibilité d’allergie)

*En dilution dans l’alcool à 90°,huile dosée à 1 g,3 fois 30 gouttes par jour

*En gélule péparée par le pharmacien,dosée à 0,01g

 

A l’analyse de ces formules ,il apparait trois éléments:

madagascar

1)la présence permanente du CINNAMOMUM CAMPHORA

2)La fréquence variée non négligeable des LABIEES(Thym,Sariette)

3)L’accumulation d’huiles essentielles variées.

Elles sont certes anti-virales,antibiotiques,toniques(anti-stress) mais il faut tenir compte de leur effet effet additionnel et cumulatif particulièrement effet neurologique et rendant  problèmatique le nombre d’associations possibles.

Il semble préférable pour des raisons évidentes de sécurité non seulement limiter les posologies et leur temps de prescription,après avis médical,toujours se méfier de la polymédication,et si un doute raisonnable espacer les associations par des fenètres thérapeutiques

Les associations les plus redondantes sont celles qui ont un pôle d’action référentiel;tel le NIAOULI en ORL,l’EUCALYPTUS pour les bronchites,les LABIEES dans l’ensemble tonique,anti-virale et antibiotique pour les voies aériennes supérieures.L’association de deux huiles de plantes à tropisme bronchique n’a pas de valeur ajoutée.

Enfin de compte,il importe de connaitre déjà le pôle d’action référentiel:Le Pin Stimulant Surrénalien,Thym et Lavande Spasmolytique,Oignon antiseptique et hypoglycémiant.De plus,certaines huiles ont une synergie d’action telles:Lavande,Sariette,Thym,Mélaleuca.D’autres riches en cétone peuvent être neurotoxiques:Niaouli,Eucalyptus,Pin,Cannelle.Il existe une incompatibilité entre Camphre et Thymol.

La manipulation et préparations de huiles essentielles justifient l’avis d’un profesionnel et les résultats seront à la hauteur des précautions prises

CINNAMOMUM CAMPHORA

La variété RAVINTSARA (Origine malgache)nécessite un juste rappel.

Il faut rappeler que le Camphre est un toxique neurologique pour l’enfant même en usage cutanée , son usage  est donc interdit,toutes préparations et conditionnements ont été retirées du marché.

La variété RAVINTSARA,CINNAMOMUM CAMPHORA est le chémotype utilisée.Elle contient:1-8Cinéol,Sabinène,Terpinéol.Ses actions reconnues:Anti-Viral,Anti-Bactérien,Neutonique.

Il ne doit pas être confondu avec:

avec un autre espèce REVENSARA AROMATICA qui  contient limomène,Sabinène,myrcéine,Linalol ,dont les actions sont semblables:anti-viral et anti-stress mais dont la composition de l’huile de l’écorce ,Hivozo ,ressemble à celle du Basilic.

 

PREVENTION IMMUNITAIRE,PARADE A L’AGRESSION HIVERNALE

 

Les plantes à actions immunitaires mais  leur un statut n’est pas toujours bien défini statistiquement et méthologiquement dans les essais.

*SHITAKE ou LENTICULA EDODES est expérimentalement immunostimulant(anti-cancer),Tonique,Hypochlestérolémiant

*RESHI ou GANODERMA LUCIDUM est immunostimulant expérimentalement mais allergisant

Ces deux champignons asiatiques sont surtout confortés par les tests de laboratoire.

*La NIGELLE est citée par le Prophète Mahomet” est bonne pour tout sauf la mort” .Les récentes études de laboratoire confirment son action immunostimulante(cancérologie)

*Le MELEZE

action respiratoire comme tous les Pins ,espèces Abies

*NONI ou MORINDA CITROFOLIA:sous surveillance,problème hépatique. Le jus de fruit expérimentalement est immunostimulant(études sur le cancer),anti-bactérien,anti-fongique,anti-viral

*le GOGI(Le LYCIET):proposé comme immunostimulant dans les lymphomes mais ses réactions et interactions médicamenteuses ne sont pas répertoriées,de plus il a des actions de type cholinergique

chine

 

A)LES PLANTES ADAPTOGENES EVIDENTES POUR CONTENIR L’AGRESSION HIVERNALE

Ces plantes sont prises en prévision du mauvais hiver, les allégations se fondent sur l’expérimentation clinique. Elles apporterons une plus-value préventive,leur choix se  fera en fonction de l’impact  organique essentiel visé,la fragilté constitutionnelle et des médicaments  pris en chronique ou passager,étant clairement entendu qu’une interaction médicament-plante doit être anticipé .

chine

*ASTRAGALE CHINOISE;ASTRAGALUS MENBRANACEUS

 

*ANGELICA SINENSIS

 

*CINNAMOMUM CASSIA,

 

peut être remplacée par la composition:de Cinammonum,Pivoine,Réglissse,Gingembre,Jujubier

 

*CYPERUS ROTUNDUS

 

*ECHINACEE ,ECHINACEA PURPUREA

 

*ELEUTHEOCOQUE,ELEUTHEROCOCUS SENTICOSUS ,le Ginseng Siberien

 

*GINSENG,Panax Ginseng,Ginseng Chinois ou Coréen

 

*SCHIZANDRA SINENSIS,LIMONIK

 

*REHMANIA GLUTINOSA

 

*RHODIOLA,RHODIOLA ROSEA

 

*WITHANIA  SOMINIFERA,Ginseng Indien

chine

 

B)PLANTES CONSIDEREES COMME PREVENTIVES

 

*CORDYCEPS

 

*ECHINACEE

 

*ELEUTHEROCOQUE

 

*GINSENG,souvent associé au JUJUBIER

 

*NOTO-GINSENG

chine

 

Boabab,Renouveau médicinal et alimentaire En 2014

Z09-08-07-15-28-01-FR-Kruger-Park 2592x3888-112

 

 

              Baobab son  renouveau en 2014

Passé le mirage d’un arbre fétiche du continent africain,le Baobab, arbre Médecin,Adansonia Digitata par son utilisation,fruits,graines,feuilles,ecorce ;contribue  à l’alimentation,utilisation de fibres,application cosmétologique,et médecine,.On oublie trop souvent que cette arbre met 8 à 23 ans pour produire des graines et 60 ans pour venir à maturité. Devant l’essort de sa commerçialisation  doit être posé  le problème de régulations de son utilisation,car le temps de renouvellement apparait long pour une utilisation surdévellopée.notamment si les graines sont  largement utilsées. pour leur huile. dont l’utilsation cosmétique oû n’apparait pas encore d’étude scientifique valorisée.(Engel 2009 .)Le problème qui se pose est de connaitre les possiblités de dévelloper d’autres moyens de raccourcir la période de maturation,on pressant dans ces termes une certaine inquiétude de voir disparaitre une espéce mettant 60 ans à devenir matûre.Ce n’est pas la première fois que le problème de surexploitation et raréfaction des espèces se pose

Principales pratiques traditionnelles Africaines09-08-12-11-14-04-FR-Santa-Lucia-Hippo 3888x2592-90

Feuilles:Fièvre,Paludisme,diarrhée,asthme,inflammation,gingivite,vers,maladies rénale et vessie

Graines:fiévre,dysenterie

Poudre de Graines:toux

Ecorce:anémie,paludisme

Ecorce de tige:blessures

Fruit:fièvre et diarrhée,affections microbiennes.vers

Bibiographie:

Watt et Breyer-Brandwijk(1962),Van Wyk et Gericke (2000),Gebaure (2002) ;Adesayana (1988)Ajaiycoba(2004),Brendler(2003), Kheraro et Adam (1974)Hosettman (2000)Tapsoba,Deschamps(2006),FAO(1993);Nacoulma(2004);inngjerdingen (2004),Ake Assi (1992),Abbiw 1980),Wickens (1982)09-08-07-12-38-26-FR-Kruger-Park 3888x2592-437

Principes élémentaires de culture du Baobab

Commun en Afrique de l’Ouest, Centre ,Est et Sud,et Madagascar,ce Bombacée pousse dans les zones sub-sahariennes,régions semi-arides ou pierrieuses oû la pluviosité n’est que de 1500 mm/an.il produit 160-250 fruits par an,.ll met entre 8 et 23 ans pour produire des graines et devient mature à 60 ans.La qualité des fruits dépend de la nature du sol,plus la concentration en matière nitrique,KCl,composés organiques carbonnés et minéraux sera grande plus le rendement sera meilleur.La rentabilité semble lié aux températures  saisonières et durée des piuies .Une modélisation est en cours pour élargir les surfaces d’exploitation: Angola,Somalie,et Inde.Lea nature des sols,fertilisation,changement de pollinisation,exposition aux radiations solaires sont des facteurs d’intervention.Il est possible d’envisager un racourcissement du temps de floraison de 5 ans(Sidibe et Williams 2002).une possibilité  d’accroitre la germination de 80% est évoquée par Diop (2005).Les Feuilles poussent 3 mois par an.

Principales Utilsations  Médicales Réactualisées

1)Apport Alimentaire

Son apport alimentaire considéré comme un super-fruit:la pulpe contient de glucides à 70%,Protéines 2,2%,taux bas d’acide gras. Acide -samino-Acides type alanine,glycine,lysine,méthionine,proline,sérine,valine (Glew 1997)

De la pulpe des fruits et feuilles:Mineraux ;dans pulpe:Cu,Fe,K,Mg,Na,Mn,P,Zn(Glew 1997 )Vitamine B1,2,3 A et  vit C recouvrant 100% des besoins de la femme enceinte

Calcium de la pulpe est très variable selon le fruit de 211 à 2160 mg/100g (Sena 1998;Lockett 2002).Feuilles de 307 à 2640 mg/100gr.le taux en calcium est 5 fois plus en concentration de calcium plus important que le lait

5 epicathéchines (Katamou 2011)

Teneur en lipides des graines:11,6 à 33,3g/100gr

Pulpe et feuilles :Viamines E,D C,A,F (Nkafamiya 2007/Nyam 2009/Waseman

2004) avec leur implication de régénérations cellulaires et cardio-vasculaires.et applications cutanées cosmétiques.

Huile de graine:campestérol,Béta-sterol, Acides gras saturés :acide myrystique, et l,palmitique,stéarique,. acides gras insaturés oléique,linolénique et apha linolénique obtenu par pression à froid,citée dans la thése d’Estelle Roy 15 mai 2013 oû sont cités les principaux contributeurs;Kamatou (2011) et Vermaak (2011).

Pulpe:Glucides 70%,Fibre 11,2%,acide gras 0,4%,protéine 2,2%(Lockett 2002)

Beta-Stirol,Polyphénol et flavonoïdes sont anti-oxydants.

2)INDICATIONS MEDICALES ET PHARMACOLOGIQUE DU BAOBAB

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

a)Analgésique et Antipyrétique et peu antiplasmodium;

essai des extraits methanoliques  non significative sur Plasmodium Falcifarum

Action analgésique Ramadan 1994,Khan 2006;Action moins importante que l’aspirine.Essai sur 161 enfants de solution de fruit dans les diarrhées aigues,enfants agés de 6mois(WHO).pourtant quelques restrictions d’efficacité noté par Tal-Dia 1997

b)Antibactérien essais négatifs sur animaux et humains contre candida albicans ,pseudomonas,staphylococus auréus,Coli(Kubmarawa 2007),En constrate essai positif antibactérien colibacillaire (Yagoub 2008).Effet sur gram plus et négatif dû aux tannins,terpénoïdes,saponines (Masola 2009)

c)Anti-Inflammatoire :extrait aqueux du fruit action inhibitrice anticytokine 2(Vimalanathan,Hudson 2009)

d)Antiinsecticide et Reppellent;sur Anopphéle gambiae ,moustique vecteur de paudisme,mouche type Musca domestica(Denloy 2006

e)Anti-Oxydant;des composant phénoliques et flavonoïdes des fruits et feuilles Evaluation de Besco 2007  actiond’extrait de fruit :(Nhukarume2008/Lamien-Meda 2008)

f)Anti-Trypanosome;essai de laboratoire d’extrait aqueux,petrole,ether,de feuilles et écorce de tronc(Atawodi 2005)

g)Anti-Viral:in vitro et in vivo sur Virus Herpes; poliomyellte avec toutes les parties de l’arbre (Vimalanathan,Hudson 2009)

Virus syncitial resistant.L’activité anti-herpétique est nette avec l’extrait de feuilles

h)Hépatoproctecteur:Essai avec Ccl4 avec l’extrait de fruit (Al-Qarawi 2003/Ramadan 1994/Andrianaivo-Rafehivola 1995)

i)la perméabilité médicamenteuse;le Baobab s’oppose à la biodisponiiblité des tetracyclines et quinolones.Par contre facilite la mobilisation de l’aminophylline(Buliders 2007)

j)Anti-Diabétique:action expérimentale avec extrait d’ecorce comparé à glipizide,

Ecorce de tige anti-diabétique et anti-lipidique dans diabète 1 (Bhargav 2009)

k)Anti-Asthmatique:sa réelle efficacité.:la fleur est citée comme anti-asthmatique, au Burkina Fasso et Kheraro emêt un doute dans les propriétés anti-asthmatiques  des feuilles préconisées au Sénégal.(1964 et 1974).Classiquement le Baoab se donnait en teinture mère de 20 à 100gouttes /j,souvent associée pour prévenir les allergies respiratoires avec Viola Tricolor et Plantago Major

Conclusions

09-08-16-10-38-29-FR-Lesotho - Malealea 3888x2592-147

Il n’y a pas de restriction d’utilisation du baobab chez l’homme.Bonne source de vitamine C, et Ca ,micronutriments,fibres régulant l’intestin (thérapie pré et probiotique),haute valeurs nutritives et de supplements alimentaires;Les effets cosmétiques doivent être précisés(Engel 2009) et surtout revoir avec sérénnité le problème de sa consommation importante justifiant alternatives de cultures et sa régulation.

Bois de GALE,Toxique Redoutable,Problemes de Miels contaminés

Le 1 er Decembre 2019

Le projet de vacances avance,vous hesiter entre la Reunion,Ile Maurice,Madagascar,vous avez  l’âme d’un routard,et aimer vous frotter à l’insolite,à la nature, la propreté  est votre  une seconde  nature ,des amis ont été contaminés pendant leurs périples par la gale,vous ne céderait pas à la facilité,vous avez lû et appris qu’une ERICACEE,AGAURIA SALIFOLIA est utilisée en application pour traiter la gale,c’est historiquement et medicalement vérifié, courageux mais pas téméraire ,vous allez renoncer à la tradition,c’est du bon sens.

baobabrapido48260370_10156691117876702_1722105800626798592_nNumériser 7cliquer pour agrandir

Ericacée connue de longue date,caractérisée par son polymorphisme mais souvent considérée  comme un ecotype  d’une simple variété   Agauria Salicifolia,retrouvée également en AFRIQUE de l’OUEST,Cameroun,Gabon,Centre-Afrique,Kenya,Tanzanie.

Baker :Fleurs de l’Ile Maurice 1883

Radais ,Satory/Le Mapou de la Reunion 1911

Dussy,Sosa Ericacée de Madagascar 1951

Boiteau;Mouton,Rakoto-Ratsimaga Plantes de Madagascar 1969

Wimmer Plantes de Madagascar 1953

Dussy,Sosa Ericacée toxique de Madagascar 1951

Hutchinson et Dalziel ,Plantes de l’Afrique de l’Ouest 1931

Stulupmar,Mat,Satganoglu  Miel Toxique en Turquie 1993/et Yavuz,Ozel,Akkusi,Ekul 1991

La première reference bibliographique est sans contexte Plantes Medicinales de Madagascar de l’Ile Maurice et Pays Intertropicaux 1886 de Clement Daruty de Grandpré,formulaire presenté en Créole,Tamoul,Hindi, Latin,presentant l’Agauria comme “dépuratif,anti-sporique,anti-vénérien et dans la gale ,feuilles pillées avec du sel et transformé en pate topique ” pour applications externes sur les lésions cutanées  de la gale.Radais et Satory (1911) rapportent des observations des medecins coloniaux de ce toxique redoutable avec accidents mortels d’animaux qui brouttent la feuille:mort quasi immediate pour le boeuf,idem pour la chévre avec quelques feuilles.L’ecorce de l’Ericacée est de toxicité presque nulle,faible pour les racines .Feuilles,Fleurs,Fruits ,graines sont les plus toxiques.

Il est rapporté que la plante fraiche était considérée comme revulsive et employée en local pour douleurs articulaires,le caractère revulsif disparait par séchage mais la toxicité demeure même si feuille séchée.Boiteau et collaborateurs ont isolé la toxicité de la Saponine  Triterpenique (qui a les propriétés revulsives et irritantes) qui saupoudrée  sur une plaie experimentale cutanée d’un rat ,provoque dans un délai bref bradypnée,dyspnée ,paralysie des membres inférieurs et decés avec arret cardiaque en systole.Si la saponine est additionnée d’alcaloide le décés est plus rapide.Les auteurs rappellent que les symptômes rappellent ceux provoqués par le Curare.

Ce qui en terme clair,impose une interdiction d’employer cette plante même en externe(existence de plaies,peau fragilisée,egratignures),++++

A classer au tableau des plantes dangereuses.+++++

La Presse Medicale 2005;24757-8/Martinet,Pommier,Sclossmacher,Develay,de Haro,rapporte un intoxication d’un jeune femme de St Paul de la Réunion qui a consommé par erreur une infusion de feuilles d’Agauria Salifolia (Bois de Gale ou Bois Rempart):Premier symptômes en 2 heures ,Vomissement ,diarrhée,puis malaise avec grande asthenie,flush façial,sueurs profuses,vomissements importants ,bradycardie et hypotension arterielle ayant nécessité reanimation (Adrenaline /Remplissage Vasculaire)avec perfusion et anti-émétiques.Guerison rapide sans sequelle.

Devant les signes digestifs il est fortement deconseillé  d’employer charbon activé,sirop d’ipeca,ou lavage gastrique

Rappel

Rhododendrons,Azalées de la famille des Ericacées sont responsables d’intoxication par des DITERPENES appelés GRAYANOTOXINES.:La Grayanotoxine L ou Andromédotoxine ,”Acétyl-Andromedol “,est le composant le plus toxique.

Les Types d’empoisonnements:

*Directe par ingestion  de miel contaminé par les abeilles ayant butiné les fleurs des plantes toxiques

*Autres intoxications par Ericacées : les genres KALMIA et PIERRIS

*Intoxication Humaine par Ericacée Endemique ,Agauria ,de l’Ile Maurice et Reunion

Les Ericacées contiennent de Grayanotoxines responsables de l’intoxication.il faut insister que les empoisonnements les plus fréquents sont liés à l’ingestion de miel contaminé par les toxines de rhododendron

Le Cas du Rhododendron

Le Rhododendron Ponticum et Luteum  sont les pourvoyeurs de toxiques granayanitoxines,contaminant le miel ,qui ont été décrites en Turquie,mais aussi  en Autriche,Allemagne,Suisse,Corée

Gunduz,Turedi,Russel,Ayary in Chemical Tox 20 Janvier 2009/Resument 69  cas observations ,Onze Etudes ,du au Syndrôme Cholinergique Causée par la Grayanotoxine dont la concentration dans le miel varie entre 20 et 200mg pouvant entrainer Bradycardie,troubles du rythme (voire bloc auriculo-ventriculaire),hypotension ,troubles de la conscience,nausée,vomissement,transpiration,vertiges rare syncope

Sutlupmar,Mat,Sarganoglu Arc Tox.1993

Yavuz,Ozel,Akkus,Ekkul  Lancet 1991

Diber,Kaylyoncu,Yaris,Okten  TurkJ Med Sci.2002

Toutes ces observations posent bien sûr le  surveillance des exploitations de petits ruchers et de la chaine alimentaire ,rappellent le point essentiel de la toxicité de l’AGAURIA ,Bois Rempart,n’ayant aucune place en automedication

Bouffées de chaleur

Download-2 copie 3Download-10 copie

Les bouffées chaleur

Les bouffées de chaleur sont des troubles neurovégétatifs nocturnes accompagnés de sueurs entravant le sommeil pendant la ménopause.

La ménopause réalise une carence oestrogénique plus ou moins absolue. Ces signes témoignent du rôle de reconnaissance par le système nerveux central de l’information oestrogénique.

Critères d’inclusion ;

  • Femme de la cinquantaine

  • Anxiété ou angoisse associée augmentant les bouffées de chaleur

  • Sensation de chaleur d’apparition brusque et de durée brève

  • S’accompagnant de rougeur du visage, voire diffusé sur tout le corps

  • Sueurs

 Download copie 3

Il faut différencier les bouffées de chaleur ;

  • D’une crise de « nerf »

  • Troubles de règles de type dysménorrhée

  • Nervosisme

  • Un état dépressif et angoisse

La confirmation sera biologique et devra confirmer les signes cliniques de la ménopause ;

  • Dosage oestradiol ou gonadotrophines plasmatiques

  • Aménorrhée définitive

  • Le traitement hormonal sera sujet à encadrement médical

  • Et la discussion de l’opportunité de l’oestrogénotherapie et de son incidence sur la cancérogenèse

Traitement phytothérapique des bouffées de chaleurDownload-1 copie 2

On peut agir sur deux niveaux.

  1. Sur le niveau circulatoire

  2. Sur le niveau de dystonie neurovégétatif

  3. Avec des plantes à action spécifique sur les bouffées de chaleur

  1. Traitement sur la circulation

Associant ;

  • Ribes nigrum

  • Rosa canina

  • Vitis vinifera

  • Ginkgo biloba

  • Capsella bursa pastoris

    • Le tout à 5g dans l’alcool de mélisse à 120cc ,80 gouttes 3 fois par jour un quart d’heure avant les repas

On peut également proposer ;

  • L’huile essentielle de thym

  • L’huile essentielle de sauge

  • L’huile essentielle de basilic

  • L’huile essentielle de térébenthine

  • L’huile essentielle de briobalanop camphora

  • Le tout à 0.01 par gélule, 3 gélules par jour

  1. Troubles circulatoires

Associant ;

  • Ruscus en teinture mère

  • Corylus avellana en teinture mère

  • Spiraea ulmaria en teinture mère

  • Melilotus officinalis en teinture mère

  • Asperula odorata en teinture mère

  • Vaccinium myrtillus en teinture mère

    • Le tout à 10g dans de l’alcool à 80cc dans 125cc que l’on peut prendre soit dans une tasse de vigne rouge ou de cassis

D’autres formules sont proposées pour agir sur le nervosisme et les bouffées de chaleur ;

  • Teinture mère lythospermum

  • Teinture mère angelica

  • Teinture mère ballote

  • Teinture mère vitis vinifera

    • Le tout à 150cc, 50 gouttes 3 fois par jour

Ou

  • Teinture mère de myrtille en bourgeon 10g

  • Teinture mère de lythospermum à 25g

  • Teinture mère de calendula à 5g

  • Teinture mère d’aubépine à 10g

  • Teinture mère de zea maïs à 10g

    • Le tout dans de l’alcool de mélisse à 125cc, 30 gouttes 2 fois par jour

      • L’huile essentielle de sauge

      • L’huile essentielle de cyprès

      • L’huile essentielle de carvi

        • Dosé à 0.01 pour une gélule, 2 gélules par jour

On peut également proposer ;

  • Mélisse

  • Fumeterre

  • Marjolaine

  • Vigne rouge

  • Millefeuille

    • Le tout à 20g une cuillère à soupe de ce mélange 3 tasses par jour en infusion

En cas d’états de nervosité on peut associer ;

  • Passiflore 0.10

  • Valériane 0.05

  • Pavot de Californie 0.05

  • Lotier cornicule 0.05

  • Saule blanc 0.10

  • Aubépine 0.10

    • Pour une gélule, 3 gélules réparties dans la journée et 2 au coucher

En cas d’insomnie on peut associer ;

  • Nébulisât d’escholtzia

  • Nébulisât valériane

  • Nébulisât passiflore

    • Le tout à 0.15 pour une gélule, 2 à 3 le soir

  • Teinture mère d’escholtzia

  • Teinture mère de valériane

  • Teinture mère de pivoine

  • Teinture mère d’angélique

  • Teinture mère de marjolaine

    • Le tout pour 5g, 70 gouttes 2 fois par jour

Composition contenue dans l’alcoolât de mélisse à 100cc.

On peut aussi proposer également ;

  • Le lotier

  • Valériane

  • Ulmaire

  • Aubépine

    • Dosé à 0.15g pour une gélule, 2 à 3 gélules par jour

En cas de palpitation on peut donner ;

  • La teinture mère d’agripaume

    • 3 fois, 20 gouttes par jour

g035 copie

Trois plantes sont essentielles dans le traitement des bouffées de chaleur ;

  1. L’actée

  2. Le gattilier

  3. Le soja
  1. L’actée à grappe noir ou Cimicifuga racemosa

Dont on utilise le rhizome, il a une action vasculaire, hypotensive et contient des œstrogènes. Il est particulièrement indiqué dans le traitement de la ménopause et des syndromes prémenstruels.

On l’utilise en extrait à 8 mg par jour. Il est utile dans la ménopause confirmée et souvent associé au millepertuis.

Il faut connaître ses effets indésirables :

  • intolérance gastrique et intestinale,

  • hypotension,

  • céphalée,

  • vertiges

  • nausées

  • et allergique

Il a une interaction avec les agents hypertenseurs. Il ne doit être jamais donné en cas de présence de tumeur oestrogeno-dépendante.

  1. Le gattilier Vitex agnus castus

Dont on utilise l’extrait de la plante entière à 40mg par jour. Il a une action anti-inflammatoire, anti-androgène, dopaminergique, l’hypoprolactinémie. Il est reconnu par son action dans la ménopause et les syndromes prémenstruels.

Les effets secondaires ;

  • Dans les syndromes prémenstruelle il peut augmenter les règles ou modifier le cycle

  • Il est allergisant,

  • Il provoque la sécheresse de la bouche

  • Il provoque des nausées

Il a une interaction médicamenteuse qu’il faut connaître :

  • contraceptifs oraux,

  • hormonothérapie de substitution de la ménopause,

  • les antagonistes dopaminergique.

  1. Le soja ou phyto-œstrogène

Ces indications s’inscrivent dans une alternative ou refus du traitement hormonal substitutif de la ménopause ou la difficulté d’équilibrer un traitement hormonal ou ses contre-indications sont également les contre-indications des traitements hormonaux substitutifs.

L’utilisation des phyto-œstrogènes doit être connue ;

  • Le cancer du sein évolutif

  • Les antécédents personnels de cancer du sein

  • Le cancer de l’endomètre évolutif

  • Il diminue l’action anti œstrogène des traitements anticancéreux de type tamoxiphéne

C’est dire que l’utilisation des phyto-œstrogènes nécessite régulièrement un examen gynécologique complète sein, frottis et mammographie.

Son mode d’action : il agit en se fixant aux récepteurs des œstrogènes, la dose habituelle d’utilisation étant un composant contenant 75mg d’isoflavones par jour.

Il agit en règle générale entre 5 à 6 semaines et les études comparatives ont permis de constater la disparition des bouffées de chaleur par l’isoflavones à 45%, le placebo à 30% face à l’œstrogène 70%.

Les phyto-œstrogènes agissent surtout sur les bouffées de chaleur, les sensations, de malaise, les arthralgies et les dépressions légères.

Les phyto-œstrogènes n’agissent pas sur l’ostéoporose.

Il existe une préparation associant soja et yam qui est riche en diosgénine dont on a constaté après un contrôle de trois mois une amélioration du sommeil, baisse d’intensité des transpirations, amélioration de l’anxiété et diminution des sensations des gonflements.

Il faut se souvenir que les dérives du soja c’est-à-dire les isoflavones de soja, ne sont qu’une alternative à l’abstention thérapeutique dans la ménopause.Download-1 copie 7

Et ce traitement n’est pas apparenté a un traitement anodin, il se prescrit, il se surveille, et il doit respecter les contre-indications et les interactions médicamenteuses.

Dans le cadre d’une alimentation de masse, il se pose le problème des produits contenant 90 à 95% de protéines de soja qui justifient a ce titre une surveillance des phyto-œstrogènes surtout dans les produits qui sont mis sur le marché comme substitut au lait de vache.

Pour mémoire, il faut connaître l’utilisation de la fibre de soja dans le traitement des constipations. La fibre de soja augmente le volume et hydrate les selles et accélère significativement le transit intestinale et améliore l’ensemble des paramètres cliniques de la constipation (Tsai 1983, Salvin 1985, Lot 1984).

Au niveau métabolique le soja intervient sur le métabolisme glucido-lipidique, il a été observé une diminution significative des taux du cholestérol total et du LDL cholestérol chez les patients atteint d’une hypercholestérolémie essentielle modérée (Lot 1984).

Le soja diminue l’hyperglycémie postprandiale (Tsai 1987) et chez les sujets dit pré diabétique avant tout le syndrome métabolique.

Expérimentalement le soja est considère comme un agent préventif des lésions athéromateuse (Lot 1987).

Bronchite aigue

57phyto03640

La bronchite aigue

C’est une inflammation de la muqueuse bronchite sans atteinte parenchymateuse (tissu pulmonaire).

L’agent infectieux est le plus souvent viral exposent les terminaisons nerveuses et les récepteurs aux agents broncho constricteur et pro inflammatoire.

Les conditions cliniques de la bronchite aigue:

  • Fièvre peu élevée qui est inconstante

  • Brûlure rétrosternale

  • Toux parfois précédée par une infection ORL

Votre médecin trouvera une auscultation normale et la radiographie pulmonaire, si elle est demandée sera normale.

La bronchite aigue touche 10 millions de personnes en France, cette bronchite est souvent d’origine virale. Mais il faudra rechercher des germes atypiques type mycoplasme ou chlamydia, appelé souvent affection opportuniste que l’on peut retrouver dans les bâtiments où il existe de l’air conditionné.

La coqueluche chez l’adulte n’est pas rare, même chez un vacciné, puisque depuis 2004, il existe une recrudescence des coqueluches chez l’adulte et qui et apparue en Ile de France.

Cette coqueluche est certes sensible aux antibiotiques, mais elle pose deux problèmes ;

  1. le problème de réactivation des vaccinations

  2. la protection des nourrissons qui en principe sont protégés dés le premier mois par les vaccinations légales.

10 à 15% des coqueluches surviennent chez l’adulte et sont sensibles aux antibiotiques tel les macrolides.

Dans tous les cas, il faut tenir compte des terrains fragilisés;41

  • alcoolo – tabagique

  • les asthmatiques

  • la bronchite chronique

  • les vieillards à l’équilibre physiopathologique précaire

  • les immunodéprimés

  • une toux qui s’intègre dans une récidive chez un grand fumeur repenti ou un fumeur avéré.

Une personne exposée a des risques de pollutions industrielles actualisés, produits décapant de type benzéniques ou apparenté, exposition ancienne à l’amiante.

Toutes ces situations justifieront un avis médical et un bilan pulmonaire approprié.

Le traitement phytothérapique visera ;

  1. Un traitement antitussif

  2. Un traitement fluidifiant bronchique

  3. Un traitement antiviral phytothérapique

  4. Un traitement antifébrile

  5. Un traitement bactéricide ou antiseptique, bronchique et ORL avec plantes antiseptique et huile essentielle

    .

La phytothérapie dans la bronchite

Conseil primordial :

L’utilisation des plantes antispasmodiques est à proscrire : la belladone, l’hellébore, la jusquiame. Le datura a été retiré de la pharmacopée.

malade

  1. Les plantes béchiques expectorantes 

    • Le polygala de Virginie

Dont on utilise la racine et la souche, dont la posologie varie entre 10g à 100g par litre et la posologie est difficile a établir et n’a pas prouvé son efficacité.

  • La capillaire de Montpellier

Elle est utilisée en infusion 20g à 30g par jour et surtout réservée aux enfants.

  • L’aunée Inula helenuim

On utilise 50g de décoction de racine dans 100cc d’eau.

  • L’asaret, l’ipéca et l’iris de Provence sont d’usage médicaux. Mais beaucoup de mésusages  , réactions secondaires  rendant leur utilisation difficile.A éviter

  • La lavande

A une action antispasmodique et expectorante. On utilise les fleurs 3 tasses par jour.

  • Le bouillon blanc

Il est expectorant, adoucissant, bactéricide et antispasmodique bronchique. Par ailleurs les fleurs sont émollientes.

  • Le bourgeon de Peuplier

Qui est diurétique, hypouricemiant et antiseptique.

  • La menthe 

Elle est souvent associée en infusion avec la racine de violette et le polygala.

  • La marjolaine Origanum marjoranum

Dont on utilise une infusion de fleurs 30g à 40g par tasses, qui est apéritive, tonique digestive et sédative de la toux et anti-inflammatoire bronchique.

  • Le marrube blanc

Souvent associé avec le citron et la réglisse. On utilise 2 cuillères à café par tasses, il augmente les sécrétions bronchiques puis devient un asséchant bronchique.

  • Le laurier noble

Il est tonique et expectorant.

  • La tisane des quatre fleurs

Qui enfin de compte, compte sept fleurs associe plante expectorante, anti-inflammatoire, sédative de la toux, adoucissant et laxative.

Il associe donc ;

  • Bouillon blanc

  • Tussilage (peut être utilisé seul 20g à 30g par litre)

  • Coquelicot

  • Guimauve

  • Mauve

  • Violette

  • Pied de chat (Antennaria dïoïcum les fleurs de cette plante peuvent utilisée seule en infusé 15g à 30g par litre)

On peut également utiliser ;

  • L’erysimum

En feuille et les sommités fleuries, qui sont expectorant et agissent dans enrouement à 6 à 10g par tasses.

  • L’eucalyptus

Dont l’huile essentielle est expectorante, antiseptique et rejoint les mêmes actions dans la bronchite que celle de l’ail.

  • La saponaire

Qui est analgésique, anti-inflammatoire et expectorante. On utilise la racine, une cuillère à café par tasses.

Préparations classiques béchiques

  1. Tisane des cinq fleurs

Associant ;

    • Lavande 10g

    • Souci 5g

    • Bourrache 5g

    • Genet 5g

    • Pensée sauvage 5g

      • Une cuillère à soupe par tasse

  • Feuilles séchées de laurier sauce 4g

  • Écorce séchée d’orange 8 g

      • Pour une tasse

  • La primevère Primula officinalis

Dont on utilise les parties souterraines qui est riche en saponoside.

C’est une plante expectorante stimulante de l’épithélium bronchique et fluidifiant bronchique.

C’est un succédané du polygala dont il est d’utilisation plus facile puisque, les dosages sont faciles à mettre en œuvre, soit 4g à 6g par tasses ou décocté 20 à 30g par litre par jour.

  1. Les plantes béchiques et asséchantes

  • L’ail

Par ces composés sulfurés a une action antivirale et antibactérienne. Il est souvent comparé a l’eucalyptus par son action bronchique.

  • Le cognassier

Dont on utilise les fruits en sirop et en gelée qui est un asséchant bronchique.

  • La consoude

100g à 200g de racine sont utilisés dans un litre d’eau.

  1. Les plantes adoucissantes mucilagineuses et anti-inflammatoires

  • Althæa officinalis ou guimauve

Les racines de la guimauve peuvent être utilisées en extrait dans de l’eau froide et conviennent aux gargarismes.

On peut proposer une préparation faite par votre pharmacien qui associe ;

  • le sirop de guimauve 30g

  • anis en solution ammoniacale 5g

  • eau distillé 200g

    • une cuillère à soupe toutes les 2 heures

      • Althæa rosea, la mauve

Les fleurs ont les mêmes actions que celle de la guimauve, ses pigments sont utiles pour changer l’aspect des tisanes.

  • La camomille

Elle est réputée comme anti-inflammatoire mais peut devenir irritante. Cette action irritante qui peut se répéter doit alors lui faire préférer l’écorce de chêne.

  • La réglisse

Elle a une action anti-inflammatoire et antispasmodique.

  1. Les plantes antitussives

  • Le coquelicot Papaver Rhoeas

Une pincée de fleurs séchées par tasse. Il est riche en anthocyanines, en mucilage, c’est un sédatif très léger et pectoral.

  • La lavande, sarriette, thym et serpolet

Toutes ces labiées sont antispasmodiques, sédatives, antiseptiques, bactéricides, et antifongiques.

La lavande est connue pour son action sédative et tonique, bactéricide et antiseptique.

  • L’anémone Pulsatile

Elle est d’usage difficile et doit être réservé au corps médical, d’autant qu’il existe une possibilité toxique , la plante fraîche  est surtout recommandée.Avis médical indispensable

  • La drosera Drosera Rotundifolia

Dont on utilise la plante entière qui a une action antispasmodique et antimicrobienne.

Elle est difficile a conserver, elle est donc d’utilisation peu facile et doit être utilisée en teinture.

  • Le lierre Hedera Helix

Qui est un antispasmodique, un antitussif, un antibactérien et un fluidifiant.

On utilise les feuilles 4g à 10g par litre.

  • Grindélia Grindelia robusta

On utilise les sommités fleuries qui peuvent être d’usage difficile.

On utilise alors l’extrait fluide qui est expectorant, sédatif de la toux et bactéricide.

  • On a cité déjà, la réglisse par son action anti-inflammatoire et action antispasmodique.

Cas particulier:

Expectorations difficiles, visqueuses et collantes

On utilise deux préparations:

  1. Extrait fluide de tussilage 5 g

Sirop capillaire 200g

    • 3 à 5 cuillères a soupe par jour

  1. La pétasite racine 30g

La primevère racine 30g

Le tussilage fleur 20g

Le mouron rouge 20 g

  • 2 cuillères à soupe du mélange dans un litre d’eau à boire avec du miel

Pour les toux rauques et aphones

On utilise:

  • l’erysimum

  • le grindélia

  • la lavande

  • le lierre

L’erysimum peut être utilisé avec le capsicum :

  • erysinum teinture 15g

  • capsicum teinture 20g

    • 50 gouttes 6 fois par jour

On peut proposer l’association ;

  • Marrube 50g

  • Hysope 5g

  • Lierre 10g

  • Bellis perennis 10g

  • Eau 1 litre

  • Sucre 1600g

    • 4 cuillères à soupe de ce mélange par jour

Toux quinteuse

On donne alors deux préparations ;

  1. Ajuga reptans teinture mère 10g

Lierre teinture mère 5g

Sureau teinture mère 5g

Drosera teinture mère 30cc

  • 15 à 25 gouttes, 3 fois par jour

  1. Ajuga reptans teinture mère 2g

Sirop de coquelicot 200g

    • 4 cuillères à dessert par jour

Toux spasmodique et toux du fumeur

On utilise deux plantes ;

  • Le monotropa hypopitys en teinture mère appelé également le sucepin

    • 3 fois 30 gouttes par jour

      • Le diplotaxe tenuifolia dont on utilise le suc

        • 10cc matin et soir

          • La myrte en huile essentielle qui est utilisée en gélule ou en teinture mère ou en infusé.

bronchite

Myrte

Myrtus Communis

Qui est une myrtacée dont l’espèce est protégée, elle pousse sur le pourtour méditerranéen, elle se reconnaît par sa fleur blanche et ses baies bleues noirâtres.

Les feuilles sont séchées à l’ombre, cueillie en été.

Historiquement:

  • Myrtos : veut dire cache la nudité de Venus

  • Chez les hébreux, elle était utilisée comme aromate, condiment et médicaments

  • Dioscoride l’utilisé dans les hémorragies menstruelles et pulmonaire

  • Les arabes comme antidysenterique et tonique des gencives.

Elle est reconnue comme une panacée universelles comme antidote.

Mathiole l’utilisait en décoction de feuilles contre l’herpes.

Chimie de la myrte:

Les tanins sont astringents. Les huiles essentielles sont antiseptiques, les feuilles contiennent 3% d’huile essentielle à odeur d’eucalyptus et de romarin.

Cette huile essentielle est riche en cyneol en myrtenol en terpène (pinène).

L’huile essentielle est utilisée dans les maladies respiratoires et dans les aromatogrammes.

La myrte contient de l’acylphorocglucinol : myrtuconnulol A et B qui ;

  • invitro à une action bactéricide sur les germes gram positif et à les mêmes effets que la pénicilline ou la streptomycine

  • mais in vivo les actions ne sont pas comparables et ce produit à des effet beaucoup plus discrète.

Indication thérapeutique de la myrte:

  • Bronchite et sinusite

  • Sphère genito-urinaire

  • Diarrhée

  • Ulcère et plaie cutanée suppurée

En gynécologie, on peut l’utiliser en infusion de feuille 15g pour un litre en local 3 à 4 litre par préparation

  • Infusion de myrte, on utilise une pincée de feuille par tasse

  • Poudre de feuille en cataplasme pour les dermatoses

  • On peut utiliser la teinture mère 10 à 20 gouttes, 3 fois par jour et l’huile essentielle en gélule

  • .53

Equivalent et parenté morbide de l’asthme

Les auteurs Bezanso, Jacquelin et surtout Turiaf estiment que l’asthme et une maladie générale a localisation bronchique mais non exclusive.

Les équivalents représentant des manifestations respiratoires non dyspnéique, les parentés morbides de multiple désordre clinique extra respiratoire, la nature est l’origine de l’ensemble ne pouvant être dissocié.

Ces éléments sont d’autant plus important a connaître que si un élément allergique et reconnue dés l’enfance, il doit non seulement être évincer mais être traité, car c’est la porte ouverte a l’intrusion d’autres allergènes sur lequel peut se greffé la maladie asthmatique, et il existe une corrélation fréquente entre allergie de type rhinite allergique et asthme ou asthme se compliquant également de rhinite allergique (se référer au chapitre référencé asthme et allergie)

Les équivalents respiratoires

    1. Les rhinites vasomotrices, le coryza spasmodique périodique

Il est essentiellement représenté par le coryza pollinique que apparaît chaque année au moment de la fleuraison. Il se développe exceptionnellement avant 10 ans, rarement après 50 ans.

Son début est toujours brutale précédé par une fatigue, une prurit nasale et des sensations de cuisson oculaire.

Il est accompagné de trois symptômes ;

  • Eternuement en salve

  • Ecoulement nasal contemporain succédant au éternuement

  • Obstruction nasale paroxystique le plus souvent bilatérale

La participation oculaire est constante se caractérisant par du larmoiement avec sensation de brûlures conjonctivale et de cuisson.

Le coryza spasmodique, pollinique est fréquent au printemps et au début de l’été. Dans un délai de 3 à 10 ans après le coryza spasmodique peut apparaître des manifestations dyspnéiques asthmatiques.

    1. Le coryza spasmodique a périodique

Il est beaucoup plus fréquent que le coryza pollinique ses symptômes ne sont pas typique dominé par une obstruction nasale dont l’écoulement et de nature variable, mais surtout il n’existe pas au cours d’un coryza spasmodique a périodique de symptôme oculaire.

L’origine allergique de ce coryza et souvent d’origine allergique pneumallergène et sa tendance et une tendance à la chronicité.

    1. Les rhinites vasomotrices pures

Représentent l’ensemble des cas de coryza ou aucune éthologie allergique a état mise en évidence.

    1. Les sinusites

On distingue quatre sinusites, les sinusites séreuses tableau de rhinite chronique associant ;

  • écoulement nasal matinal uni ou bilatéral

  • et sensation de tension de la joues ou périorbitaire

Les sinusites polypeuse qui sont souvent considéré comme étant secondaire a une atteinte sinusienne.

Les sinusites infectées, elles représentent une complication fréquente des rhinites spasmodique simple ou ainsi que des sinusites séreuses ou polypeuses.

s’exprime par des signes du coryza spasmodique auquel s’ajoute une perte de l’odorat.

La trachéite spasmodique est caractérisée par la toux ces caractères sont tenaces plutôt nocturne est se représentant souvent comme toux laryngée, roque ou parfois comme une toux quinteuse de type coquelucheuse.

Elle est peut sensible au calmant habituelle de la toux.

La bronchorrhée a cellule eosinophiline c’est une notion isolé de bronchorrhée isolé équivalente de l’asthme qui est trop souvent méconnue et qui peut être une manifestation principale de la maladie asthmatique.

On la considère cliniquement comme une véritable bronchorrhée eosinophilique véritable eczéma suintent des bronches.

Elle se déclarer principalement pendant la seconde enfance ou l’adolescence souvent associée à une rhinite vasomotrice, une éosinophilie sanguine accrue et particulièrement sensible à la corticothérapie.

    1. Les parentés morbides de l’asthme

Les parentes morbides l’asthme sont nombreuses ce sont de multiple syndromes :

  • digestif

  • cutanée

  • muqueux

  • sanguin

  • neurologique

  • cardiovasculaire

  • articulaire

  • urinaire

  • oculaire

  • g030

Certains syndromes cités s’associent avec l’asthme, mais ils méritent d’entrer dans le cadre élargi de la maladie asthmatique tel qu’il a été défini.

Les manifestations digestives

Elles sont surtout représentée par une véritable pathologie de tuyau touchant les canaux biliaires ou le tube gastro-intestinal.

On note des phénomènes douloureux de l’hypocondre droit à type de colique hépatique, une dyspepsie hépatobiliaire.

De même on note des troubles gastritiques ou entérocolitique qui sont extrêmement observé au court de l’asthme s’extériorisant par des ballonnements survenant après le repas, des digestions lentes, de la diarrhée ou de la constipation, voire des douleurs abdominales.

Les manifestations neurologiques

Elles se manifestent essentiellement en migraine surtout migraine ophtalmique relativement fréquente chez l’asthmatique. Les manifestations cutanées ou muqueuses, elles sont représentées par l’urticaire aigue ou chronique, l’eczéma généralisé ou localisé voir l’œdème de Quincke.

Ces désordres cutanés sont fréquemment rencontrés dans le cadre de l’asthme précédant parfois la crise asthmatique ou associée à celle-ci. Ou le plus souvent elle alterne avec les crises d’asthmes souvent chez le nourrisson et l’enfant.

En conclusion, la similitude des lésions histopathologiques observés au court des équivalents et de certaines parentés morbides de l’asthme comparé avec celle constaté au cours de l’asthme sont toute à fait en accord avec la conception élargie de la maladie asthmatique étudié par Turiaf, Rose et Basset.

L’important de l’expression clinique de ces symptômes équivalent ou parenté morbide est de ne pas passer a connoter d’un phénomène majeure qui représente un dérèglement important du système neurovégétatif portant soit sur la muqueuse respiratoire extra bronchiques, soit sur des muqueuses extra respiratoire, en particulier la muqueuse digestif.

Ce dérèglement de type neurovégétatif se développe surtout sur un terrain prédisposé. Souvent d’origine constitutionnelle est héréditaire.

Bronchite Chronique ,Revues et Métaanalyses des Plantes utiles en 2015

logo plante12401023_10153763312706132_8684388201610000886_nDSC_0252          Bronchite Chronique  ;Résultats des Métanalyses en 2015

Causée par le tabagisme,pollution;maladies professionnelles,conditons climatiques,la bronchite chronique est la TROISIEME CAUSE de mortalité mondiale.

25 % des fumeurs seront atteint une bronchite chronique obstructive

La BPCO est une obstruction permanente et progressive des voies aériennes touchant 7,5% des hommes de plus de 40 ans ,avec une mortalité en France est de 41/100.000 pour les hommes,et 17/100.000 pour les femmes

Les explorations fonctionnelles définissent la gravité

Stade 1:VEMS/CV70%,valeur predictive > =à 80

Stade 2:VEMS/CV 70%; 50% VEMS/CV 80% valeur prédictive

Stade 3:VEMS/CV 70%;30% <= VEMS/CO 50  % valeur predictive

Stade 4;tres sévère :VEMS:CV<30%

Problématique:le diagnostic est souvent tardif et donc demeurent la priorité d’arrêt du Tabac ,d’accentuer la vaccination grippale et antipneumococcique,encadrement thérapeutique et physique et environnemental.Cette encadrement permet de stabiliser les lésions en particulier ,l’emphysème centrolobulaire,(mesure par l’exploration fonctionnelle pulmonaire et gaz sanguins)mais la guérir  même pris à un stade précoce demeure rare.

Les signes cliniques sont insidieux au début avec inflammation bronchique et emphyséme,avec toux et crachats muqueux au début,puis infections plus fréquentes avec géne respiratoire ,pour terminer en géne permanente et insuffisance respiratoire.L’emphyseme pulmonaire est une définition anatomique de destructions des surfaces d’échanges gazeux du poumoun.l’Emphyséme centrolobulaire est la complication de la bronchite chronique,l’emphyseme s’accompagne de la destruction alveolaire,distension thoracique et troubles ventilatoires obstructrifs.

Nous engageons de lire les protocoles de l’HAS et des fédérations respiratoires,oû sont exposés tous les traitement inhalés corticoïdes et bronchodilatateurs ,kinésithérapie et les séquences antibiothérapiques.L’adjonction de plantes médicinales ne se conçoit que si amélioration  des fonctions respiratoires,echanges gazeux,meileure qualité de vie.Il apparait très clairement que la qualité de vie s’améliore mais que l’amélioration des fonctions respiratoires est incertaine.

La BPCO assoçie remodelage  et une inflammation pulmonaire chronique.L’immunité (acquise et innée) joue un rôle dans l’initiation de l’inflammation(avec augmentation plasmatique de marqueurs inflammatoires TNF-Alpha) et sa perpetuation .L’inflammation systémique est une caractéristique commune de la BPCO et insuffisance coronnarienne,et athérosclérose et en fine hypertension artérielle pulmonaire.Même si l’inflammation joue un rôle important,les anti-inflammatoires ont peu d’impact.La relation de causalité existe entre les sites de l’inflammation,soit les manifesttions respiratoires resultent de la BPCO  résultent de la localisation de pulmonaire de l’inflammation systémique ,soit l’inflammation systémique est la conséquence d’une dissiménation de l’inflammation pulmonaire de la BPCO.Par ailleurs le Stress oxydatif occupe une place importante dans la génèse et persistances des anomalies tissulaires de la BPCO.,sans que son rôle précis soit déterminé./d’après Revue  des Maladies Respiratoires.24 mai 2010/Aubier,Marthan,Chabellan,Chanez and Co

Il est établi que le dévellopement de la BPCO est assoçié à une inflammation pulmonaire chronique.Le rôle de l’immunité innée et adaptative est démontré dans l’initiation et la perpétuation de cette inflammation.

La fumée de cigarette active les cellules de l’immunité innée (neutrophiles et macrophages),et induit des cellules mémoires de l’immunité- adaptative(Lymphocytes B et T),et une inflammation pulmonaire  peut durer longtemps après l’arrêt définitif du tabac

Une etude parue in Am.J;Resp Crit.Care Med Juillet 2001.1164(1)61-4 par  Tabak,Arts ,Smit,Heederik,Kromhout ,The MORGEN study évoque des flavonoïdes à action protectrice des pathologies pulmonaires chroniques sur 13.651 adultes hollandais en 3 etudes,Etudes des catéchines,Flavonols,Flavones sur la fonction respiratoire et symptômes de bronchite chronique obstructive

Bien qu’elle représente une des rares études engageantes.,des doutes subsistent.

Il n’en demeure pas moins de savoir sur quels  processus la phytothérapie agit et si ces actions peuvent être pérénisées et prolongées.L’action des Quercetine de type flavonoïdes sont avant tout anti-allergique (par inhibition de l’AMP cyclique )et faiblement anti-inflammatoire,l’activation de l’immunité est considérée comme facteur de persistance de l’inflitration par l’inflammation des tissus pulmonaires

 

Analyse critique de Morgan Study

Coordonnées:Habitudes de l’alimentation,flavonoïdes représentés,Spirométrie,Aspects Cliniques de la Bronchite Chronique,Sexe,Tabac,IMC,dépense physique.Le  fort tabagisme est associé avec BPCO,indépendamment de la nourriture,prise de cathechine,flavone ,flavonol à 56 Mg/j,pour 46 personnes avec The et pommes,même constituants avec exploration fonctionnelle 51 patients,Associé avec Toux,et essoufflement,cathechine avec explorations fonctionnelles.flavonol et flavanal avec toux chronique;BPCO avec Fruit.

Les résultats suggérent un bénéfice avec prise de cathechine et fruits contre la BPCO.

On est endroit d’estimer que les résultats sont  loin d’être significatifs.:mode d’action des flavonoïdes sur la pathologie,inflammation et immunité,

Existe-t-il un réelle amélioration du confort clinique et que sont devenus les fumeurs comparés aux ex-fumeurs.Cette étude bien que large pêche par des biais sérieux d’estimations et ne convaint pas.

 

Que montrent les faits expérimentaux

La BPCO est associée à une inflammation pulmonaire chronique,oû l’immunité joue une rôle dans son initiation et perprétation.L’inflammation bronchique corrélére une infection systémique.l’inflammation modifie structures et fonctions de la bronche(épaisseur,tonus des muscles lisses,hypersecrétion,perte de la qualité des structures élastiques).le Stress occupe une place majeure dans la génése et persistance des anomalies tissulaires..Mais si on peut limiter l’inflammation de la BPCO  on n’agit pas sur les remaniements structuraux.

Les flavonoïdes sont anti-oxydants contre les maladies dégénératives/ Scalbut 2005,YAo 2004,Anti-inflammatoire à forte dose.La quercetine et Myrcetine inhibent la cyclooxygénase et lipooxygénase,et inhibe la NADPH oxydase des neutrophiles activés .Pinciund 1998.Action anti-allergique par inhibition de de l’AMP cyclique et ATP Ca2++ responsable de la libération de l’histamine par les mastocytes et basophiles.Principes trouvés en neurologie degénérative Di Carlo 1999/Coeur et Cerveau,Sarmaes 2006,Coeur Yao 2004,Williams 2000,cérébral Hrvonen 2001

Des expérimentations en laboratoire montent que

la Quercetine prévient la fibrose provoquée par la silicose (Dioxyde de silice) en agissant sur l’expression des collagènes 3 et Proto-collagéne 3;We;Gieng;Yen Jun,Janvier 2013/Peng,Liu,Wang,Zhao.Action expliquée par le systéme transcriptal NRF kb qui peut-être anti-inflammatoire.

Attenuation de transformation des facteurs de croissance Beta-collagéne produit par les fibroblastes sous l’effet de la Quercétine, La Quercétine agit aussi sur l’Heme-Oxygenase et sur recepteur cortisone.Jour Cell.mol biol.Mai2011/Nakamura,Kawam,Haskmoto.

Quercetine (Flavonoïdes) agit sur l’Hypertension Pulmonaire artérielle Morales-Cero,Menendez,Moreno,Moral and co/ Plos One Decembre 2014

Principales références sur plantes et Bronchite chronique

Le probléme récurrent est l’usage de formule complexe oû se glissent l’Ephedra,Citrus Aurentium,Pinellia Ternata,dont le principale composant est soit l’Ephédrine ou un dérivé  de type synephrine qui ne peuvent en aucun cas figurer dans une pratique journalière,et sont interdites..Quant aux autres formules basées sur le principe de tonification du QI et promotion de la circulation sanguine en agissant sur la stase,et reduire le phlegme,il n’a pas été trouvé d’évidence thérapeutique et pauvres méthodologies avec 12 formules censées actives dans  13 séries de BPCO

Jour Trad Chinese Med .Fev 2015,35(1)1-10/Liu,Yang,Fu,Li,Song,Wei,Sun

Dans Evidence complement alternative Med 2015.Safety of Chinese herbal medecine for BPOC Covie,Shergie,Liu,Wu,Zhang,Guo,Ku,Xu;5 data bases pubmed,Embase,CiNaHl,Amed,Central et 4 data base chinoises ,etudié jusqu’en mai 2013,il a été inclu 152 etudes  47 études ont montré des effets secondaires avec surtout 84 réactions secondaires avec les traitements traditionnels sur 5909 participants.;le plus souvent nausées.Dans la plupart de BPCO en poussée les traitements traditionnels sont assoçiés avec les traitements modernes référencés.sinon les petits signes secondaires associent;troubles digestifs,bouche séche,et étourdisement.bien  que non cité ,l’effet Ephedra  apparait évident.

Dans la litterature apparaissent des formules récurrentes telles:La décoction des Six jeunes gens(Lui Jun Zi Tang),la decoction de tonification pulmonaire (Bu Fei Tang),Ginseng et Poudre de Gecko(Shen Ge San),des formules simples avec Ginseng,Conodopsis,Astragalus Membranaceus,Atractylodes,oû apparaissent des niveaux bas plasmatiques TNF alpha et IL8,T lymphocyte, .Mais à qui appartient la stabilisation et prévention du déclin de la BPCO,tolérance à l’effort,une métaanalyse s’impose.

Deux métaanalyses  peuvent être citées:

1)Oral Chinese Herbal Medecine for improvement of quality of life in patients with stable chronique obstructive disease.Xuedong;Lin Zhang,Brian May;Lin;Xu;Changli Xue./jour Alternat.Compl.med August 2012/18(8)731-743.Etude plutôt positive

2)A systematic Review and Metaanalis of herbal medecine in Chronic Obstructitive Pumonary diseases.Evidence Based complementary and alternative med Vol 2014.HongKong Hospital Autority fund/HaiYong Chen,Chun Ho Ma,Ke-Jian Cao,Chung-Man Ho James,Ziea,Taam Wong Zhang./Analyse critique et réferencée.

A)Etude du Journal  of Alternative and Complementary  Medecine .Aôut 2012

Conduite sur 27 études,12 sont incomplêtes,et 17 ne sont pas encadrées par des rêgles strictes.1996 patients.20 etudes sont classées par leur gravité  de stade 1,2,3,4,

7 séries  dont la gravité n’est pas décrite,l’age de début de la pathologie n’est pas décrit dans 16 études.une seule plante comparée à placebo,7 sous plantes sans contrôle,une seule étude comparant plantes,traitement moderne et placebo,5 études furent exclues..5 études ne donnent pas le nom des médicaments utiisés.Malgré  ces biais  nombreux les auteurs concluent à une stabilisation des BPCO,avec meilleure qualité de vie.

Les plantes utilisées ne sont pas homogénes en nombre et dosage,formule de 1 à 17 plantes.:Les formules sont souvent superposables,la formule appelé Zhoufeitang peut présenter des formules modifiées.On comptabilise 83 plantes utilisées mais une dominance apparait:

Astragalus Membraceus (Huangqi):polyssaccharide immunostimulant,stimule cellules NK,potentialise Interleukine.Phytotherapy 2000

Atractylodes Macrocephala(Baizu):Anti-inflammatoire,Huiles essentielles antioxydantes(2011),Polysaccharides supprime Interleukine 2

Conodopsis Pilosula (Danshen):Stimule lymphocyte T,interleukine

Poria Cocos (Fuling);Immunostimulant Jiao,Wen 1999

Schizandra Chinensus (Wuweizi):immunostimulant par schizandrine  B et schizandrol

Les médicaments  comparés ou additionnés sont:Salbutamol,Corticoïde;Ipratropium,theophylline

Bien qu’il soit dit que les médecines traditionnelles soient bien tolérées en addition avec les traitements classiques et seraient bénéfiques en terme de qualité de vie,l’hétérogéinéité des formulations et l’analyse des plantes utilisées doivent temporiser ,nuancer la qualité des résultats obtenus.Le tabagisme est parfois occulté,et pour l’essentiel cette qualité de vie se fonde sur l’action dominante des composants bronchodilatateurs qui nécessitent une régulation stricte et qui pour la plupart sont soumis à des interdits.Dans les essais divulgués parfois imcomplets,il faut s’interroger sur la validité de ces plantes et analyser si l’aspect immunitaire et anti-inflammatoire peut prédominer dans ces formulations,alors qu’elles ne sont pas exprimées bien qu’elles représentent la physiopathologie dominante dans la BPCO

Les essais: Choix alléatoire de 10 publications sur 27

Chen 2009: Cornouillier,Alismaitis,Dioscorea,Rhemmania,Pivoine,Schizandra,Poria,Conodopsis,Atractylodes

Atragalus+Salmbutamol et Fluticasone .en contrôle aprés assoçiation poursuite des traitements inhalés/pas de réaction secondaire

Fang 2008

Conodopisis,Farfara,Senega,Lotus,Prunus persica,Lignum Aquilae Résine,fluortite,schizandra.pas de traitement inhalé,pas de traitement rectificatif,pas de réaction secondaire

Feng 2005

Astragalus,Fritellaria,Angélica,Astraf-galus,Conodopsis,Lumbricus,Leeche,Polygonatum

Avec BPCO stade 1 Bronchodilateur,Stade  2,bronchodilatateur+corticoïde;A distance mainteient de tout le traitement stade 1 et 2.pas de réaction secondaire

Feng 2007

Astragalus,Fritellaria,Lumbricus,Conodopsis,Polygonatum,Pelure d’Orange+traitement dit de routine,pas de réaction secondaire

Feng 2008

Conodopsis,Astragalus,Atractylodes,Réglisse,Anemarrhena,Platycodon,Schizandra,Discorea,Pivoine,

Avec traitement de routine/pas de réaction secondaire

Tang 2010

Formule Jianpiyishen assoçiant:Atractylodes,Astragalus,Conodopsis,Cordifolia,Adenophora,Conodpsis avec médication de rouitine et arrêt de tabac;pas réaction secondaire

Wang 2009

Décoction Sanshenjianfeitang:Pseudostellaria,Conodopsis,Adenophora,Poria,Platycodes,Reglisse,Prunus persica,Pivoine,Pinnella,Citrus  etc.avec Salbutamol ou theophylline,si dyspnée sévère corticoïdes +theophilline;voire traitement intraveineux cortocoïdes/pas d’effet secondaire

Sun 2009

Formule Bufei:Cornouillier,conodopsis,Murier,Angélique,Ephedra,Rhemania,Corydalys,Citrus

Pas de traiteement complémentaire,essai placebo,pas de réaction secondaire

Wu 2007

Decoction Linjunzitang:Atractylodes,Poria,Pelure Citrus,Reglisse,Conodopsis,Pinellia  avec Erythromycine.puis sans traitement additionnel,pas de réaction secondaire

Ni 2008

Composant Bushennaqui:Corylifolia,Epidemium,Framboisier,Schizandra;avec salbutamol,théophylline,corticothérapie,En contrôle même traitement ,pas de réaction secondaire

Le choix des essais ne reposent que sur un choix alléatoire,et bien que les auteurs finalisent sur un mieux être des patients qui demandent une extension,il est patent que des biais thérapeutiques apparaissent,notamment par l’usage de plantes dont on connait l’action bronchique,telle Ephdra,Pinellia,Citrus Aurentium,en ce ce sens ces publications démontrent les limites de certaines formulations ôu sont incluses hélas des plantes interdites à l’usage.le caractère immunostimulant et anti-inflammatoire n’est pas dévellopé,or nous avons vû son caractère fondamental dans la physiopathologie de la BPCO.Ainsi ,on peut évoquer le Conodopisis Pilosula(Faux Ginseng) étudié dans une métaanlyse de son action dans la BPCO in Phyto Res/Vol29,Fev 2015,oû il apparait que la plante  accroit l’endurance,stimule la génération globulaires rouge et blanche,et agissant sur asthme ,toux et neuroprotection/Shergis.Liu.Chen;Zhang,Guo,Lu,Xue.surtout il a été noté in vitro une action dose-dépendante sur l’immunité et inflammation,augmente la phagocytose à 100mg/kg /Yongxu Acta Pharm.Chem;2009.Sun en 2009 parle de Booster immunitaire.il a été noté particulièrement une augmentation d’ antigene lors de vaccinations

B)Métanalyse publiée en Mars 2014

Sur 7286 publications,584 articles ont été elligibles,176 ont présentées les critères nécessaires à l’étude,408 ont été exclues

Dans cette étude 8 Plantes ont été identifiées dans  176 études en usage thérapeutique pour la BPCO

  • Citrus Reiticulata Pericarpe
  • Pinellia rhizome
  • Armeniacia Amarum graines
  • Pireilla Fruit
  • Astragalus Racine
  • Salvia Miltirrhizia racine
  • Ephedra plante
  • Persica Graines
  • Scutellaria racine
  • Panax Ginseng racine
  • Schizandra fruit
  • Atractylodes Macrophila

 

  •  >>>>>>   La Reglisse(Glyccirhiza)dans la décoction San’ao   pour  BPCO            assoçiant:Pinellia,Poria,Reglisse.

Citrus Reticulata,Ephedra,Pinellia sont bronchodilatateurs par l”Ephédrine ou dérivés soumis à législation.L’Armeniacée Amarum réduit également la bronchoconstriction en agissant comme inhibiteur des cellules T2 et Béta-2Adrenorecepteur avec l’Amygdaline

Plantes anti-oxydantes;Reglisse,Poria,Pinellia.,Astragale sont immunostimulantes.Le Conodopsis n’apparait pas dans cette métaanalyse pourtant également immunostimulante.

Enfin de compte seules 15 études sont identifiées comme recevables touteofis avec des biais non négligeables,défaut de randomisation,sélections  doivent être strictes devant inclurent historique,stade clinique,spirométrie,gaz du sang,tabagisme,réponses comparées des traitements et si possible définir la valeur thérapeutique  d’une plante utilisée seule et éviter les complexes imposant une lecture scientifique rigoureuse.

L’étude montre:

1)L’importance de l’identification des plantes et  indications: des formules.

  • Exacerbation des signes de BPCO

Trichosanthes:peu d’informations sont données sur la partie utilisée.Trichosanthes Kirilowi se decline pour les affections respiratoires sous deux formes:

Gua Lou Pi le pericarpe du fruit qui traditionnellement est utilsée à 10-15 gr pour les suppurations bronchiques,congestion pulmonaire;

Gua Lou Ren ; graines à 10-15gr pour toux et géne respiratoire.mais les auteurs ne signalent pas le caractère hautement allergisant de la trichosantine.,qui est-de plus abortive ,cytotoxique et antitumorale.Son utlisation demeure une exception et  doit être strictement surveillé.

Hosttynia Cordata

Lumbricus

 

Platycodon

Lepidium

  • Exacerbation des signes de BPCO et Fonction de la BPCO non réversibles

Ephedra

Scutellaria

Persica

  • Exacerbation de la BPCO et BPCO en stases intermédiaires

Perilla

 

Citrus Reticlata

 

Poria

 

Astragale

 

Glyccirhza

 

Salvia Miltirrhozia

 

Pinellia

 

Armeniacae Amarum

  • Bronchite chronique Obstructive et Stades evolutifs de la BPCO

 

Schizandra

Ginseng

Atractylodes

  • Exacerbations de la BPCO

Gekko Gegko

 

Cornus

 

Epidium

 

Condopsis

 

Sinapsis Alba

2)Fonctions pulmonaires

Les tests pulmonaires montrent que les traitement de médecine traditionnelle n’apportent ni avantage ni amélioration par rapport aux traitements médicamenteux.les lésions tissulaires des BPCO ont un caractère définitif

3)Les Gaz sanguins

Dans 5 etudes ,il est remarqué une réduction de la Pa CO2 et accroit Pa02,mais les études se révélent trop hétérogénes

4)Qualité de Vie

Sans tests comparatif,il est relaté une amélioration de 30%% de la qualité de vie.

7 etudes révèlent que la qualité de vie est meilleure en assoçiant les plantes et le traitement habituel médical des BPCO.

                                           Conclusions

Il apparait que l’apport des plantes chinoises n’apportent pas en thérapeutique additionnelle de résultats tangiblles sur les symptömes de la BPCO et la qualité de vie.pour confirmer l’impression clinique positive en essais ouvert ,il est nécessaire de revoir modalités prévisionnelles,pharmacologie et randomisation.il faut de nouveau insister sur la pharmacologie de plantes possédant des dérivés type Ephedrine,Citrus Aurentium,Pinellia,dérivés de l’Amygdaline,Ephedra,qui ne doivent pas apparaitre dans les traitements médicaux BPCO ou autres.

 

 

Bronchite Chronique Obstructive:Ginseng,Cordyceps Sinensis et Astragalus Membranaceus

            BRONCHITE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE ET PLANTES CHINOISES

Deux métaanalyses étonnantes à revisiter.

La Bronchite Chronique Obstructive demeure une pathologie grave,troisième cause de mortalité,dont tabac et pollutions sont les éléments causaux.

A)Une étude publiée par Plos One le 12 mars 2014,par Chen,May,Di,Zhang,Lu,Xue,Lin

compare des essais comparatifs avec traitement standardisé Théophyllline,Salmeterol-Fluticasone,Beta 2 agonistes,dérivés de chlorphenamine avec des composants médicinaux complexes chinois  ,Astragalus Membranaceus,,Atracylodes  Macrocephala,Cordyceps sinensis,Ginseng.,Conodospsis pilosa,Poria cocos, Glycyrihhzia Uralensis,Epidemedium Grandiflorums,Citrus  Tangerina,Ophipogon japonicus seuls ou en assoçiation avec les traitement usuels.S’il existe des résultats positifs,ils demeurent hétérogénes sur les 25 études,il apparait toutefois une amélioration des tests à la marche,il apparait que la combinaison  plantes et traitement classique accroitrait les scores respiratoires mais demande une sérieuse validation.Artagalus apparait dans 18 formules sur 16 formules..L’association Astragalus et Atractylodes apparait dans 10 formules.

B)La deuxième métanalyse de Chen,Ma,Cao,Ho,Zia,Wang,Zhang Evidence Based complementary medecine.Vol.24.Mars 2014.Université de Pokfulan.Hongkong

sur 176 études montrent les combinaisons de 8 plantes les plus usuelles et dignes d’intêrêt.Sur 18 publications,15 ont été retenues.Dans cette étude fonctions respiratoires,gaz du sang,gains cliniques ont été comparés.Il existe toujours une hétérogénéité des études,nécessitant une élargissement des études.Mais études plus détaillées que la précédente.

                       L’Etude Plos One  de Chen,May,Di,Zhang,Lu,Xue,Lin

Les tests d’efficacité thérapeutique se basent sur deux examens:

1)INDEX BODE associant

a)Index de masse Corporelle ou BMI.Poids kg/Taille2.

Si BMI<30kg/m2=obésité,Si BMI<21Kg/m2:maigreur

b)Obstruction :VEMS% des valeurs prédites

c)Dyspnée

d)Capacité d’exercice

2)6MWT/D  ou  TESTS DE MARCHE de SIX MiNUTES:test encadré médicalement

Ces deux tests sont considérés comme desx indices de REABILITATION A L’EFFORT.

Type de résultats

*L’Index BODE

Index   de 0 à 2 ,catégorie 1,index de sévérité + associe BMI <21,/VEMS>65% ou=/6MWD> 350

Index de 3-4 Caégorie 2.Sévérité+++ associe:Vems 36-59%/Dyspnée 3,/6MWD:150-249.

Pour Cuveiier:Rouen.Revue de Maladies Respiratoires Vol.21.N°5C2;2004;Le test BODE a un inconvénient,c’est qu’il ne prend pas compte  l’exacerbation de la maladie,à grande valeur pronosique.L’interêt de l’index BODE,est de documenter le facteur predictif de la mortallté au cours de la BPCO. et de sélectionner les cas graves pouvant bénéficier d’une transplantation pulmonaire.C’est dire que l’index BODE n’est sans doute pas une bonne  mesure de référence concernant une comparaison  thérapeutique de la BPCO.Elle a l’avantage d’avoir été faite.

*Le 6MWT/D

Résultat en fonction de la taille,l’age,poids,sexe.Pour un sujet de 75 ans mesurant 1,75,poids 85Kg,pour les 6minutes,marche attendu 617m.Pour Redelmeir (1997)la différence minimale importante à améliorer est de 54 m.Pour Puhan(2008) ,une distance de 35 m(avec intervalle de confiance de 30-42 m)est identifiée comme ayant un effet important dans la bronchite chronique obstructive .Pour certains,au lieu de mètres on parle de pourcentage d’amélioration

 

Resultats à partrir de l’index Bode et 6 MWT/D .Selon Chen,May,Di,Lin Zhang,Lu,Xue,Lin 12 mars 2014.

 Dans l’étude comparative,9 études ont subies l’index BODE,22 etudes subirent le Test 6MWT/D.Six études ont été considérées à bas risque. Sur 2385 patients et 25 études,seuls 22 métaalalyses ont été retenues soient 1834 patients agés de 36 à 83 ans

Une étude préliminaire a montré que les formules contenant Astragalus Menbranaceus par rapport aux études traités de façon classique, donnait des bénéfices significatifs avec baisse l’index Bode et et améliorations de 6MWT/D  et un bénéfice au 6 MWT/D avec le Ginseng.Astragalus Menbranaceus et Cordyceps Sinensis ont montré globalement une meilleure adaptation à l’effort.Gloabelement les formules de composants chinoies en symbiose avec les traitement standards améliorent les scores et une meilleure tolérance à la maladie.Toutefois la métanalyse montre des études ou incomplétes ou hétérogénes,et les formules utilisées nécessiteraient plus de détails et les délais  sont trop courts permettant de conclure.Si l’inpression générale demeure positive,il n’en demeure pas moins qu’une extension des études s’imposent pour conclure.

Il apparait des disparités et surtout une impasse sur certaines études qui dans les faits son des études hospitalières type formule Dacheng Qi qui de fait est un traitement du coeur pulmonaire chronique par injection de Ligustrazine;cité par Sheng,HaiFeng,Yun,Ping,Sun-Yin,Ya,2011 et Aout 2004.

TSai,Kuo,Wang,Chang,Lin en 2001  evoquent une régulation par lavage alveolaire avec Cordyceps Sinensis.Life Sci.68.1067-82

Il n’apparait pas fondamentalement d’explications claires pour le mode d’action du Ginseng,Cordyceps et Astragalus sur la bronchite chronique.De plus l’index  BODE et le test à la marche ne sont que des indicateurs imparfaits sur le reflet de la répercussion respiratoire et cardiaque de la bronchite chronique obstructive.Les auteurs ne sont pas négatifs mais réclament que protocoles et détails cliniques et thérapeutiques soient détaillés pour estimer un pourcentage de confiance des résultats,même s’il apparait manifestement une meilleure tolérance à la maladie traitée par assoçiation de plantes chinoises et traitements classiques.

Resultats de la Metaanlayse In Evidence Based Complementary and Alternative Medecine Sur les Bronchites chroniques traitées par les plantes.Vol 24;Revisé en Fev.2014,Pub en mars 2014.Hong-Kong

Sur les 15 études retenues, 9 ont été  évaluées pour volume expiratoire et rôle des traitements.

Sur 6 études de bonne qualité ,Le VEMS comparées aux traitements usuels,il n’a pâs été démontré d’avantage probants.pour des raisons d’études hétérogénes.

Sur 5 études de qualités,il a été montré que la therapie des plantes a reduit la PaCo2 et accru la PaO2 .L’amélioration des symptômes cliniques ont été significatif sur 7 etudes.

Sur 5 études la qualité de vie a été améliorée.

 8 Plantes sont considérées comme facteurs ameliorant la bronchite chronique  obstructive ,identifiées dans 176 études:

Pericarpe de Citri Reticulatae,Rhizome Pinellia,graine d’Armenia Amarum,fruit Pirellia,L’Ephedra,graines dd’Avocat,racine de Scutellaria,Racine de Ginseng,Racine Astragale,Rhizome d’Arctralodis,fruit de Schizandra,Racine de Salvia Miltiorrhizae

Actions recencées:

Armenia Amarum:réduit l’inflammation pulmonaire et Béta 2 adrénergique.,action due à l’amygdaline.Pinellia réduit l’inflammation respiratoire,et immunostimulateur.l’Astragale est également immunostimulant.Pinellia et Poria sont sédatifs et immunorégulateurs

La décoction San’ao  peut être associée composée de Armenia Amarum,racine de Glycyrrhizae,et Ephedra(Ma-Huang interdit en France)

Même s’il existe quelques résultats en apparencve réconfortant car dosages fonctionnels plus élaborés,les auteurs soulignent l’absence de détails de quelques études,les cohortes recrutées ne correspondent pas aux critères de recherche,le placebo n’est pas clairement identifié et étudié. les études sont parfois ou mal guidée ou inappropriée.les biais d’artéfacts et critères insuffisants ne peuvent que conduire à de mauvaise évaluation.les auteurs demandent donc une revisitation et des études clairement randomisées permettant d’évaluer la qualité de vie et fonctionnelles des BPCO.

                   Estimations des Résultats

Ils  ne doivent pas faire oublier que La BPCO est une pathologie gravec et on ne peut donc pas s’appuyer sur une méthodologie pauvre avec des biais estimatifs insuffisants.

Délais trop Courts

Li (2006)Exacerbation des signes de BPCO; Plantes chinoises plus traitement standard.10 jours

Li 2008 Hypertenson pulmonaire Bufei-Yishen-Hayu avec traitement standard  .2 semaines

Luo 2007,Exacerbation des signes de BPCO; Quijin-Huatan avec traitement standard.10 jours

Lui 2010;Bronchite chronique obstructive.et traitement standard;10 jours

Ke 2010 Hypertension pulmonaire;Plantes plus traitement standard;2 mois

Délais longs

Chen 2005 Hypertension pulmonaire.plantes plus traitement standard.6 mois

He 2010  Hypertension pulmonaire plantes plus traitement standard;3mois

Li  2012/Xie 2013/Li 2012 et 2013;Hypertension plumonaire;Bu-Fei Yi-Shen avec Shu-Fei Tei et traitement standard 4 mois

Matthys 2013 Hypertension pulmonaire EPs7630 (racine de Pelargonium sidoides )avec traitement standard.6 mois

Murali 2006 hypertension pulmonaire Bryonia alba,Cephalis ipecacuanha,Drosera Peltata avec traitement standard 6 mois

Worth 2009 exacerbation des signes de BPCO Eucalyptol et traitement standard;6 mois

                   Quelques Formules Selon les Stades Evolutifs BPCO

Exacerbation des signes cliniques :Fructus Trichosantes,Houttuynias Cardata,Lumbricus,Platicodi Radix,Lepidiiie graines

Hypertension Pulmonaire et Exacerbation des signes pulmonaires

Frutus Perillia,Pericapum Citri Reticulatae,Poria,Astragale,Reglisse,Salvia Miltirrhizozoa,Pinella,Aremania Ararum

herba Ephedra,Scutellaria racine,Graines Persica

Stade mixte d’hypertension pulmonaire et exacerbation des signes pulmonaires

Fructus Schizandra,Ginseng,Atractylodes Macrocephale

Conclusions Temporaires

Bien que les études soient variées et certaines serieues,il faut insister sur les critères de choix de cohorte de patients  et de l’assoçiations plantes et médicaments la mieux adaptées;Cette randomisation est une nécessité et implique une surveillance basée sur des critères cliniques et fonctionnels irréprochables.On ne peut pour l’instant conseiller de telles pratiques alternatives sans critère évident.il doit être compris que la Bronchite Chronique Obstructive demande une surveillance rigoureuse et dans un cadre médical,sans dérogation, et oû la rigueur à toute sa place.La seule information digne d’intêrêt est le la signification certaine d’une amélioration assoçiant plantes et traitement standardisé,mais cette amélioration est-elle pérenénne dans le temps  et pour combien de temps?

Brucea Javanica:anti-oxydant,anti-malarique,anti-cancéreux

la mortmoustiquefondphytob3   Brucea Javanica, grande plante anti-malarique et anti-cancéreuse asiatique

Brucea Javanica,famille des Siamaroubacée,est connue depuis le 16éme siècle dans les matières médicales chinoise oû il était prposé pour traiter les cancers gastro-intestinaux et pulmonaires.les recherche pharmacologique ont isolé un compsant antitumoral quassinoides triterpéniques tetracycliques,dont la plupart sont hydrosolubles et de faible bioviabilité qui limitent son utilisation.Les études actuelles se sont dirigés vers la formulations de nanoparticuleslaissant espérer un élargissement de l’utilisation de Brucea Japonica

Traditions et Applications Chinoises

La pelure du fruit Brucea est considéré comme de saveur froide,et amer,antipyrétique et plante détoxifiante,et largement utilisée dans le traitement des cancers du poumon;prostte,gastro-intestinal,et potetiellement anti-malarique,anti-inflammatoire,anti-viral et de faible toxicité

Son action anti-tumorale est expliqué par une action anti-apototique,et réduction de la prolifération cellulaire en réduisant  l’expression du géne Bel-2

Chimie

Il est défini par la présence de bruceosides et quassinosoïdes.

Tripernes quassinoïde:bruceantine,Tinolet tinoside A,brucéine A-G,Q,Bruceine E2 0 BétaD glucoside,bruceolide,bruseosides A-C,brusatol,dérivésd éhydrobrucéine,yadanzigan et dérivés.Triterpène Quassonoides tetraciclique:Anti-Tumoral.Bruaceaoside A anti-leucémique,brussatol anti-inflammatoire

Yu,Li Chemical Constituants Of Brucea.Meer Acta.Pharm.Sin.1990

Précautions

Le fruit ne doit jamais être donné à l’enfant et femme enceinte,il est décrit des chocs anaphyllactiques.

Les usages Traditionnells

Sont rapportés des usages dans la dysenterie amibienne(Due à la Bruceantine et Bruceine C) mais moins efficace que l’émétine et action anti-paludique  sur plamocidium falciparum chlroquinorésistant in vitro(action de Bruceine A-C,mais sutout Bruceine D et Brutasol) mais contre sans   essais cliniques

Effets Pharmacologiques

1)ANTI-TUMORAL

Acide Oléilque,acide linoléique,triterpene quassinoïdes :action antitumorale hépatique,poumons,ovaire,cancer ce l’utérus par régulation de la prolifération cellulaire,expression du contrôle du géne de l’apoptose,processus immunitaire.Inhibition de l’activité de la topiosiomerase II affectant la synthèse de l’ADN du cancer Gastrique SGC -7901.Apopotose  par activation de la caspase-8 des cellules souches leucémiques

Kuplan,Briton and co 1975/Sakaki,Yoshimata,Tsuyuki and co  Chem Pharm.Bull.1986/Lee ,Yamagishi.Abstr.Chin.med 1987/Luyengi,Suh,Fong.Phytochemistry.1996/cassidy,Sufness 1980/Jonhson,Chitmis;adryamicine resistance.Cancer Treat.Rep1978/lau,Chui,Gambari,Kok,Kan,Cheng Wong and co Antiproliferation et apoptose.Int.J.mol.Med.2005/Fong,Ho, Benjamin an dco Pharmacology and radiotherapiy.Anal Biochem.1982

             Essais Cliniques

Evaluation de Bleomycine,Chlorozotocine,bruceaantinen cancer avancé :sur sarcome tissilaire et ossueux,,mésotheliome. 1985 Invest.New Drug.Amato,Borden,Shirabi,Enterline,Rosenbaum and co.

Phase II sur cancer du sein métasr-tasé.Wiseman;Yap.Bedikian,Bodey,Blumenschein 1982.AmJ Clin Onco.

Mélanome avancé.Arsenau,Wolter,Kuperminc,Ruckdeschel.1983.Invest New Drug

Cancer du poumon métastasé en polythérapie.Wang1992.Chin J Intr.Trad West Med

Cancer gastro-intestinal métastasé.Cheng,Long,ZU 1991.Chin Trad.patent Med

2)ANTI-INFLAMMATOIRE

agit sur Paludisme et Amibiase.Anti-iflammatoire pulmonaire due aux sporozoïtes et Pneumocystis carnii.Action sur inflammation rectale induite par irradiation

Action antiamibe Entamoeba histolytica avec Bruceantine,mais aussi antileucémique,particulièrement cellules P388 résistante à l’adryamycine et actionsur cellules du cancer du naso-pharynx.Kupchan,Britton,lacadie,Ziegler,Sigel 1975.Jour Org Chem

Anti-Paludique in vitro sur falciparum:Paranand,Nutakul;Yoshihira and co;Planta med1986/Kirby;O’Neill;Phippison 1990.Biochem.pharm/O’Neill,Bray,Booardman,Chan and co 1987.J;Produc.Nat./Wrigth,Anderson,Allen and co.1993.J Eukariot Microbio.

3)ANTI-VIRAL

Avant tout sur le condylome vaginal et lésions condomynales cutanées

Cheng,Wang,Tan,Pu,Peng.International Jour Of Nanomed.08.2013

Bibllographie Générale

Bruceoside  A anticancéreux:Chi,Wang,Zhou Jour of Chromatography.1992

Pharmacopée chinoise.1992 et Chemistry , Pharmacology Tang,Eisabrand1992

Medicinal Plants WHO,Chimie,pharmacodynalie.Rutland 1976

Quasssinoïdes et Plasmodium Wright 1993.jour of eukariotic micibiology

Action antiamibienne Wright.1988.Antimicrocibial agents and chimiotherapy

Bedikian,Initial studies with bruceantine.Cancer Taitement Report 1979

 

BUPLERUM FALCATUM , Chinensis , Scorzonerifolium: Plante de L’Harmonie à Revisiter

 

 

 

Download-23Download-24

LE BUPLEURUM

Cette Apiacée regroupe des espèces à spectres larges et surtout différentiées par leurs  composants actifs .Pline,Theophraste en parlent durant l’antiquité(Bleupleuron),pour réapparaitre à la Renaissance,(Judd 2008/Mabberley 2008). L’Asie du Sud-Est délivrera son  étude chinoise du Shen Nong Ben Cao Jing, 200 ans avant JC,la RACINE DE CHAI HU.,présenté comme activant les syndrômes  extérieur,dispersant le chaud,régulant l’énergie du Foie-QI et

adouçissant le Yang-QI (Sen 1959).la Forme Falcatum sera d’obédience chinoise CHAI HU et japonaise appelé  SAIKO

 

 

C

 

 

 

 

,

Pour l’essentiel,Les Saponines Triterpénoides;SAIKOSAPONINES type 1 a,d,

c,b2,Saikosaponine Type 2,Polysaccharides et Huiles Essentielles.conditionnent

l’effet pharmacologique mais variable selon l’espèce.D’autre part,la pharmacopée

chinoise s’est enrichie de polypharmaques au moins 275 formules ,dont au moins  150 utilisent une assoçiation avec le Bupleurum ;les plus réputés sont Xia Yao San assoçiant Bupleurum,Angelica sinensis,Paeniae Alba;Atractylodes Macrocephalae,Poria,Glyccyrrhiziae,Mentha,Zingiber pour désordres mentaux,depressionet troubles menstruels. ou Xiao  Chai Hu  Bupleurum,Pinellia,Scutellaria,pour Malaria et Jaunisse.Les assoçiations récurrentes avec Bupleurum sont Glycyrrhiza,Zingiber,Scutellaria,Ginseng.

Selon les textes classiques, Chaihu est de  gout amer et de  propriété légèrement froide,considéré comme diaphorétique,regulateur gastro-intestinal,restituant la fonction hépatique,favorisant le flux d’énergie vitale et alimentations (Stimulant de la rate),contrôle du Yin/yang (Van/Wink 2004)

Selon l’OMS:Hemorroides,complications utérines,diarrhées(1998/1999)

 

Usages Traditionnels

 

<Fievre,et coup de froid,frissons et fièvre,Distention et douleur abdominale,Paludisme,”prolapsus utérin et rectale”.

<Racine préparée  avec du miel pour maladies pulmonaires et toux,

<Avec du vin comme fébrifuge,

<Avec du vinaigre stimulation circulatoire hépatique.

La dose traditionnelle de racine utilisée est de 3 à 10 gr.

 

 

Le Probleme essentiel aux vues des expérimentations et pharmacologie initiales partielles;les Essais cliniques sont peu importants et de faible niveau,posologies variables .

Chang et But de 1987 à 2001:

 

)Fievre

Grippe,Coup de froid souvent décrite avec la formule de Decoction Bupleurum Mineure/Wuxi Yiyao 1973

2)Hepatites avec B Chinensis par voie injectable (10-20ml à 50%)/Sun ZY 1965/Pingliang District First People ‘s Hospital 1976/Heloi 1970.

3)Papillome,Verrues plana et accuminata/Xu JG 1978

4)Pancréatite et” Infection biliaire Type cholécystite”(A priori cette indication ne semble pas conforme aux indications actuelles) avec Decoction Bupleurum Majeur/Wu XZ 1965/Jiang 1980

5)Candidose buccale.Awata.Guowai Yixue 1980

6)Anti-Influenza A-H1N1 Wen,Xu,Hao,2011;On decrit un spray nasal(Chen 2010 et Cao 2007)

 

 

Effets secondaires selon But et Chang:

Hosono 1970

 

 

Lassitude moyenne,somnolence,sédation à faible dose 0,6 Gr

A forte dose Sedation profonde mais aussi sommeil insuffisant,somnolence,perte d’efficacité de travail,perte d’appétit,flatulence et distension abdominale.

Allergie par voie injectable/Li JX 1980

Variété Bupleurum Longiradiatum plus toxique et beaucoup moins efficace que forme Chinensis/Imaoka 1970.en fait et  surtout la Pharmacopée chinoise a classée en 2010 cette variété comme TOXIQUE ,due a deux composés neurotoxiques(Chen 1981) Acétyl-bupleurotoxine et bupleurotoxine (Zhao 1987)

Le Bupleurum est considéré comme atoxique par la pharmacopée chinoise 2010 et Japonaise 2011.

Toutefois,son usage prolongé et a doses importantes peut monter une toxicité sanguine,hépatique et rénale (Liu 2012).,notamment par huiles essentielles hépatoxicité (Sun et Yang 2011) et saikosaponine de B.Chinensis (Huang 2010 et Chen 2013)

Il a été reporté un choc anaphyllactique d’hypersensibilité (Wu 2014)

Par prudence,il faut identifier les espèces et en cas de polypharmaques être attentif aux effets pervers de certains composants type Pinellia contenant de l’ephedrine ou réglisse agissant sur la tension et kaliémie.

 

 

MIS A JOUR SUR BUPLEURUM

 

Les recherches pharmacologiques a permis d’isoler des fonctions originales du Bupleureum:

 

Anti-Inflammatoire :Xie 2013

Anti-Tumoral: Liu,Li 2013

Anti-Dépresseur :Jin 2013

Anti-Viral:Chiang 2003

Immunoregulation: Yin 2014

Hepatoprotection :Wang 2013

Neuromodulation :Zhou 2014

 

Les nouveautés pharmacologiques sont le reflet  des  SAIKOSAPONINES représentant 7 % du poids sec de la racine(Ashour,Wink 2011) et identifications de plus de 100 saponines  triterpenoides actifs , Oléane glycosylé (Pistelli1993 / Ebata 1996) dont Saikosaponine SSa,SSd,SSc, SSb2(Liu 2002/Huang 2013),

 

Les saikosapines se distinguent en deux aglycones (Lin 2013):

 

*SSa,SSd,SSc:epoxy-ether Saikosaponine I

* Saikosaponine hétérocyclicdienne, Saikosaponine II

 

 

ACTIONS PHARMACOLOGIQUES

 

 

1) SAIKOSAPONINES SSa

 

ANTI-INFAMMATOIRE

Experimentation par Zhou 2015,Kim 2015,Chen 2013,Han 2011,Wu 2011,Zhao 2015

 

<Par regulation des voies  NF-jB

Inhibe Cytokines  TNF -Alpha,et TGF-bIR ,Interleukine 1b-6-8 et accroit expression de TGF-B1 et IL10:

Wu 2008/2010/Han 2011,/Lu2012/Zhu2012/Fu2015/Kim 2015/Zhao 2015

Inhibe iNOS synthetase ,COX-2:

Lu 2012/Zhu 2013/Fu 2015/Kim 2015

<Par Regulation des voies MAPK

Wu 2008/2010/Han 2011/Lu 2012/Kim 2015/Zhao ,et Zhou 2015

Inhibition de la phosphorilation des kinases IjBa,p65,p38,JNK,ERK 1/2

 

NEUROREGULATION

Antiepileptique par inhibition de NMDA (Yu2012) et inactivation de Kb(Xie2013)

Atténuation de douleur neurologique Zhou 2014

Activation de recepteur B GABA,attenue l’effet cocaine (Yoon 2013)et addiction des drogues Maccioni 2016

Action sur Hippocampe  (YU 2012 ,Yoon 2013),et tissus moelle Epiniaire Mao 2016/Maccioni 2016Yu 2012,Xie 2013,

 

ANTI-TUMORAL

Particuliérement sur Adenocarcinomes  pulmonaires A549 et Ovarienne SKOV3,Cancer du Col Uterin Hela et Shiha;par action anti-oxydative et apototique  :Wang 2010.

Possibilité thérapeutique d’association thérapeutique avec SSa et Cisplatine (Tsai 2012)

 

ANTI-VIRAL

Contre coronavirus 2291 (Cheng 2006)et Virus  Influenza (Chen 2015),Actionsur la replication du virus et atténuation de la production aberrante des cytokines (Cheng 2006)

 

IMMUNOREGULATION

Inhibe la prolifération et activation des cellules T et Apoptose (Sun 2009)

 

 

2 ) SAIKOSAPONINE SSd

<Action similaire que SSa ,anti-inflammatoire (Lu 2012) et immunoregulateur Sun 2009,Ying 2014)antitumoral (Chen 2013)

 

<ANTI-ALLERGIQUE  (Hao 2012),anti-Apoptose (Li 2014)

 

< Surtout ANTI-TUMORAL

Accroit expression de P53et Bax (Liu,Li 2014/Yang 2014/Yao 2014 )Activation Caspase 3 et 7 (Chiang 2003/Chou 2003) anti-Apoptotique (Hsu 2004)

Décroit l’expression des cellules B lymphome2 (Liu,Li,2014/,Wang 2014,/Yao 2014)

Anti-COX 2 intervenant dans la carcinogenèse (Lu 2012/He 2014)

Mediation de la mort cellulaire par potentialisation TNF-a(Wong 2013)

Supression des cellules MCF 7 par effet ostrogeniques sur récepteur oestrogene (Wang 2010)

Action sur cellules hepatomes HepG2 et 3B(Chou 2003/He 2014/Chiang 2003,cancer anaplasie thyroïdien (Liu,Li 2014),Cancer Poumona549 (Hsu 2004,Cancer Prostate DU145 (Yao 2014),Cancer du col Utérin Hela (Wong 2013)Cancer mammaire MCF-7 (Wang 2010)

 

<ANTI-INFLAMMATOIRE

Action similaire a SSa,

action suppression de TNF Alpha,IL6 ,MIP-2(Macrophages) et élève cytokines TGB-b1,IL10(Lu 2012/Ma 2015/Wang 2015).Inhibition activité et expression de iNOS,COX2,ERK-1,PDGFR,NFjB transcription  de STAT3 (Chen 2007)et Liu 2014)

Inhibition expresionet activité de NFJ Ba (Dang 2007),SirT3 (Zhao 2015),superoxydismutase SOD,catalase CAT,GPx (Zhang 2014)

Inhibition de l’adhesion cellaire selectine (Jang 2014),Inhibition PGE2,2levationde Ca 2+(Kodoma 2003)

:Action sur monocyte macrophage leucémique (Lu 2012),Cellules stellaires hépatiques HSCT6 (Chen 2013),Gliome (Kodoma 2003)cellules tubulaires rénales NRK-52E(Zhao 2015) et HK2 (Ma 2015),Leucemie monocytaire( Jang 2014).Hepatoprtecteur contre intoxication paracetamol (Liu 2014),Fibrose hépatique (Dang 2007),action sur troubles de la ventilation pulmonaire induite (Wang 2013) Applications suggérées:Hepatites,Pneumonie,Nephrites

 

IMMUNOREGULATION

Regulation de NF-jB,Nucleaire facteur At (Nf-AT)proteine activatrice AP-1(Wong 2009),Application dans condylomeaccuminate du à HPV (Ying 2014)

 

ANTI-ALLERGIQUE

Activité anti-Allergique par inhibition de b-conglycinin (Hao 2012)

NEUROREGULATEUR

Action sur PC12 par inhibition de la translocation du recepteur glucocorticoides récepteurs GR avec restauration fonction mitochondriale (Li 2014)

Decroit stress oxydatif  induisant phosphorilation ERK,JNK,P38,MAPK, donc Neurorégulateur (Lin 2016)

 

 

 

3) SAIKOSAPONINE cc

 

Meme structure  que SSa et SSd

Anti-Apoptotique(Lee 2014)

 

Promis à la therapeutique de lésion endotheliale vasculaire et dysfonction cellulaire (Lee 2014) Prevention de développement néphrites (Chen 2008),Activité antivirale de HEPATITE B ,HBV,inhibition de la réplicationde l’ADN (Chiang 2003)

 

 

 

4) SAIKOSAPONINE SSb2

Inhibition Coronavirus et viris hepatite C et replication virale (Cheng 2006/Lin 2014)

 

AUTRES COMPOSANTS de BUPLEURUM

 

POLYSACCHARIDES , HUILES ESSENTIELLES,LIGNANE

 

 

<POLYSACCHARIDES

Hepatoprotecteur et immunoregulateur;Mesures de SGOT,SGPT,LDH(Zhao 2012)

DI HY 2013

<HUILES ESSENTIELLES

Anti-Microbienne (Ashour 2009)antifongique (Mohammedi 2014)

<LIGNANE

Antitumoral (Ou 2012)et Hepatoprotecteur (Lee 2011)

 

CONCLUSION SUR BUPLEURUM

 

SSa et SSd sont les composants actifs principaux,marqueurs de la qualité du Bupleurum (Comité Pharmacopée Chinoise 2010) :

<<<<<anti-inflammatoire,anti-tumoral,neurorégulation,hépatoprotection,immnuregulation,anti-viral,anti-oxydant<<<<

SSa action plus significative anti-tumorale

SSb2 et SSc meilleur anti-viral que SSa et SSd

 

 

PHARMACOLOGIES DES DIFFERENTES ESPECES DE BUPLEURUM

 

<B.Chinensis :

Anti-Tumoral (Kang 2008)Anti-viral (Wen 2011),affecte la distribution des medicaments Liu  2014(Chen 2014)Neuroregulation Xiue 2006)

 

<B;Falcatum:

Anti-inflammatoire (Lee 2010),Anti-Depresseur (Lee2012 Kwon 2010) Ameloire la mémoire (Lee 2009)anti-Inflammatoire (Nakahara 2011,)anti-hyperthyrodien Kim 2012)

 

<B Scorzonerifolium

Anti-tumoral (Chen 2002/Cheng 2005)

 

<B Marginatum

Anti-Infectieux,Anti-tumoral (Cheng 2009/Ashour 2014)

 

<B Longiradiatum

Angiogénique (You 2002)

 

<B Yinchowense

Neurorégulation(Li 2013)

 

<B Kaoi

anti-tumoral(Hsu 2004/Hu 2015)

Buzz ,le Top 50 des Plantes Adaptogènes

guy005dessin1tabeau monet                 LES PLANTES ADAPTOGENES

 

La référence au terme adaptogène divulgué par le Dr Lazaref depuis 1947,et de leur libéralisation sur le marché,nous ont incités de se pencher sur des plantes annoncées adaptogènes,permettant de s’adapter aux différents stades du stress,toniques et souvent immunostimulantes,mais dont les actions élargies nécessitent encadrements

adaptogene

Il faut citer les plus représentatives:

 

*ASTRAGALE  MEMBRANACEUS ou CHINOISE,Huang Qi

Insuffisance Cardiaque,protecteur génétique,Immunostimulant,Spermatogénétique,Adjuvant traitement anti-cancéreux,Néphroprotecteur,Tonique,AntiPapillovirus,Anti-Herpes

 

*CORDYCEPS  SINSENSIS,Dongchongxiacao

Anti-oxydant,Immunostimulant,Androgénique (Viagra),Effort

 

*EULEUTHEROCOCUS SENTICOSUS,le Ginseng Sibérien

Immunostimulant;Stimulant nerveux;Plante de l’effort,protection agression physique climatique et infectieux,améloiration visuelle

 

*GANODERMA LUCIDUM,le REISHI

Asthme,Asthenie;Immunostimulant,Tonicardiaque

*GINSENG:PANAX GINSENG REn Shen et variété QUINQUIFOLIUM

Immunostimulant;Neuroprotecteur,Cognitif;Stimulant;Adrénergique;Adjuvant traitement anti-cancéreux

 

*SCHIZANDRA CHINENSIS,Limonik(Russe) Wu Wei Zi(Chinois)

Cardio-protecteur;Plante de l’effort;Dynamogéne,Dopaminergique,Neuroprotecteur

 

 

*TRIBULUS TERRISTRIS:Bai Ji Li

Anti_inflammatoire;Anti-Angoreux;Anti-Cancérogéne;,protecteur génétique,anti-migraineux

 

*WITHANIA SOMNIFERA,Ashwaganda:le Ginseng Indien

Aphrodisiaque;Tonique;Hepatoprotecteur;Immunostimulant;Anti-Vieillissement.

 

*RHODIOALA ROSEA

Anti-Stress;Immunostimulant;Anti-Cancéreuse,Protection neurologique.

 

La problèmatique est toujours la même:ces des plantes sont effectivement adaptogénes,anti-stress mais  leurs valeurs ajoutées rhumatismales ou cardiaques ou respiratoires ou surtout immunostimulantes(impact expérimental anti-cancéreux) posent de fait non pas le problème de libéralisation mais bien de surveillance des effets thérapeutiques vérifiés ou de leurs allégations,leurs interactions médicamenteuses,de leurs effets secondaires et leurs contre-indications,ce qui avait déjà été constaté avec le Ginseng dès les années 1985 à San Francisco(USA).

 

Deux espèces mondialisées:

 

 

*MORINDA CITROFOLIA :Noni Polynésien

De commercialisation récente,en évaluation.

 

*PFAFFIA PANICULATA,Suma,surnommé le Ginseng du Brésil.

Est passée d’utilisation ancestrale à sa commercialisation entre autre avec la gamme ancienne des” Poconéols “d’après les travaux de Bourdoux.La plante est considérée comme adaptogéne analgésique et anti-inflammtoire mais son composant saponoside est cytotoxique.

La difficulté récurrente est  la présence de bibliographies concordantes à la réalité thérapeutique même si la tradition suppose cette conviction.

 

Il n’est pas inutile de rappeler que la mondialisation,la généralisation de l’automédication ont permis de mettre sur le marché non pas des plantes cueillies  sur leur milieu naturel ou sauvages mais cultivées hors de leur contrée  comme le Reishi,par exemple.

 

Ces plantes ont toutes en commun les indications classiques que sont:

*Allergie

*Alcoolisme

*Anxiété

*Asthénie

*Burn out

*Cancer:en sachant que pour la plupart ont fait partie des tests de laboratoires  avec peu d’essais cliniques

*Dépression légère

*Efforts et préparations sportives

*Etats fébriles

*Immunologie dont allergie,maladies récidivantes type ORL ou Bronchique

*Impuissance

*Insomnie

*Grippe

*Sport:préparation et récupération

*Stress

*Syndrome métabolique

*Tétanie

*Toxicomanie

Toutes ces indications sont en règle générale le pôle référentiel des plantes Adaptogènes,en sachant que certaines auront plus de spécificité médicale et qui seront citées.

 

Difficultés de référencements bibliographiques,notamment pour le SUMA et NONI.

amazonie

SUMA,PFAFFIA PANICULATA,Ginseng d’Amazonie

Cette Aramantacée est surnommée aussi:Arbre Sensible,Larme sensible,Khalota dont une bibliographie a été publiée dans”Medicinal Plants of Guinas(Surinam,Guyane,Guyane française) avec citations d’auteurs:de Granville.1977,Blackxel.1990,Seidl.1988,Kanfmu.1999.Downum.1993.Tiwari.1997;Kingston.1999,Morri.1989,Clark.2001,Sullivan.1990,Clavel.1988

Cette bibliographie concerne la variété Pfaffia Glau dont les feuilles  en infusion sont données comme sédatif et ophtalmies

 

*Données de pharmacologies du SUMA:

-Suma contient allantoïne,phytostéroïde,béta-stirol,sigmastérol,saponosides.

-Oshima(2003)montre que les extraits de racines changent et augmentent la progestérone en testostérone et 17 béta.oestradiol.

-Watanabe montre une action dans la leucémie(2000)

-Mazzoleni,Braghirolli(1993-94)ont montré une action anti-inflammatoire

-Etude sur l’effet aphrodisiaque;Arleth,Bennellia,Bertolini(1999)

-Il est reporté des effets secondaires asthmatiques.Jour.allerg(.1988)

-Viera Roberto:anti-oxydant,relaxant,antitumoral,anti-inflammatoire(1999)

-Akisue Matuski une action antitumorale dans la tumeur d’Erlich(2003)

-Un traitement dans l’hépatome est cité dans Cancer(2005)

Thése de Pharmacie de Lyon.Munoz.2004:

On peut légitimement évoquer une activité androgénique due aux Saponosides,Pfaffosides,Béta-sytostérol,béta-edystérol,mais problème cytotoxique des saponosides.

Nous ne franchirons pas le pas que certains évoquent en proposant le Suma comme une alternative aux Stéroïdes,classés  rappelons-le comme dopant.

Il est certain que l’aspect hormonal et immunitaire du Suma conforte son utilisation dans:

-Stress , Fatigabilité,Adaptogène

-Préventions des maladies inflammatoires et infectieuses

Il reste à résoudre la cytotoxicité des saponosides et son aspect allergisant (asthme)

amazonie

 

NONI,MORINDA CITROFOLIA

L’aura nouvelle de cette Rubiacée polynésienne,originaire dAsie,et de son jus de fruit particulièrement,est , pour le moment après une embélie, écartée par l’Union européenne(09/2006) et encadrée par Afssa(10/2005),les évaluations sont peu nombreuses (cliniques et pharmacologiques)et justifient la prudence habituelle puique qu’on lui confère une action anticancéreuse , immunostimulante ,antibactérienne dentaire, anti-inflammatoire.

NONI est l’exemple d’allégations extrêment prometteuses mais nécéssitant des études cliniques et pharmacologiques approfondies

TRADITIONS

Appelé bois de Canaris,Mandragore,Mandragore Américaine,Murier d’Inde,Citron Sauvage

*Les feuilles étaient utilisées comme topique articulaire et cutané.

*Le jus de fruit est bu en boisson souvent mélangé au jus de raisin.

amazonie

ALLEGATIONS THERAPEUTIQUES

C’est l’exemple même de plante dont les effets qui n’ont pas encore étayés par des bibliographies espérées:

*TONIQUE

*ANTI-CANCEREUX

*Maladies CARDIO-VASCULAIRES

*DIABETE

Les recherches sous l’égide de la fondation NCCAM(USA) promettent un avenir aux propriétés anticancéreuses et cardio-vasculaires du Noni

Les premières bases de travaux ont commencé sur les cancers de la Prostate et du Sein

Bien que les feuilles et fruit soient vendus en tablettes,pilules,infusion,Noni est sous surveillance pour deux raisons:

1)Cause d’HEPATITE

2)HYPERKALIEMIE( Potassium,K,)donc Noni doit être surveillé si maladies rénales ou régimes restrictifs.

Bibliographie sommaire sur Noni

*Natural Standard Database 08/2009

*Meller,Scott,Sowinski(hyperkalièmie.2000)

*Acta Pharm.Sin 2002.12/2003.Jansen,Nowicki,West,Wang(recherche et mise au point)

*Phytother.Res.12/2003(antitumoral)

*Jour.Ethnopharmacology(Analgésie et Etats mentaux).10/1990