THÈMES

e

Encens,Bowelli Papyfera et Carterii,un toxique Testiculaire?

C00004610269251_1644367585816634_5063603515967142645_ofondphytob3                L’ENCENS ou BOSWELLIA,Toxique testiculaire ?

Le Bois et l’Huile  en usage dès l’antiquité à Babylone,Perse,Rome,Grece comme parfum et célébrations religieuses.Connu depuis longtemps pour son usage en médecine arabe et aurvédique dans les phénomènes arthrosiques.

La chimie montre

des DITERPENES Isoincensole et Acétate d’Incensole

Acide Bowellique actif dans les cancers, action Antibiotique et Immunotsimulant.

La principale étude sur l’OSTEOARTHRITE a été publiée par Jour.Ethno.Pharm.1991 par Kulkani,Palki;Jog;Gangad;Patwardhan.

Son nouvel intêrêt vient de son potentiel de changer les paramètres du sperme et spermatogénèse:dégat significatif sur la spermatogénèse,mobilité et anomalie des spermatozoïdes.Ces dégats sont obtenus de manière exprimentale en exposant des rats à la fumée de l’encens  à 4gr/J dans un endroit confiné sur une période de 45 jours,

*Etude saoudienne dans Int.J;Envir.Res.Public Health/2013.10.830-844/Ahmed;Al-Daghri;Alokail;Hussain.

*Alokail,mohamed,Al-Arafi/Animal Bio.J/2011. 02

*Draz,Tajamul,Yakout.Cell;Bio/2011/28.1.6

Cette étude est importante à plus d’un titre posant le problème de l’effet polluant de l’encens .
Résultats obtenus:

1)changements physiologiques notables  négatifs pulmonaires dues à l’acide Bowellique.Jour.Bio.SC.2004.4.694-699 and Ann.Saudi Med.2004.24/293-95:Alvéoles pulmonaires et Exposition à l’encens

2)Décroissances  enzymes hépatiques:ACP;AVP;AST,Gluthatione,GSH;Catalase,Activité Superoxydismutase,Gluthatione peroxydase,accroit la perxoxydation lipidique

3)Une longue exposition expose à une perte de poids,augmentation des triglycérides et baisse de HDL Cholestérol

)Sur le SPERME et Testicule

*Baisse totale des spermtazoïdes,donc infertilité

*Baisse de la mobilité des spermatozoïdes:est fonction de la concentration en fructose,içi abaissé (Patel)

*Augmentation du pourcentage des formes anormales

*Atrophie des testicules et réduction de taille des tubules séminifères

*Diminution de 50-60 % des cellules et noyaux des cellules des spermatogonies,spermatocytes,touchant cellules de Leydig et Sertoli,avec vacuolisation cellulaires

*Atrophie des Cellules de Leydig et Sertoli

2)La Toxicité est due à la dépletion androgène agissant sur la maturation spermatogénique caudale épidydimaire. et taille testiculaire

Il n’y a pas de religion sans mythes ou rites,toutefois l’usage traditionnel de l’encens pose le problème de son inocuité nécéssitant des études élargies d’un produit hautement symbolique  du commerce de l’encens et de sa route partant depuis l’antiquité du Yemen,Arabie Saoudite,Egypte et terre de Cannan, et étant clairement entendu que des études ont été faites en milieu fermé et sont-elles applicables aux pratiques traditionnelles ?

 

ENDOD, Traitement de la Bilharziose

PHYTOLACCA DODECANDRA ENDOD

Réponse à la biharziose des pays défavorisés ? D’après une étude d’Akilu Memma (Jamma 1991.265;2650-2351)

20080824_Viet_2113

La bilharziose touche 160 à 180 millions de personnes,voire 300millions ,cette

maladie est du à un parasite Schistomia dont on distingue 3 types Japonicum;Mansoni,Hématobium.

Les plus connues  et fréquentes sont

1)La Schistosomiase Mansoni (Afrique,Brésil,Antilles) avec son impact hépatique et spléno-portale avec un risque hémorragique a,une incubation silencieuse de 3 à 6 semaines puis signes cutanées et apparait : fièvre, hépatomégalie,douleurs abdominales,diarrhées

2)La Schistosomiase Hematobium(Afrique,Asie) sans signe cutanée,en 3 mois affections Urinaires graves avec Hématurie.

Cette maladie parasitaire est particulièrement perverse puisque son ver hématophage passant par voie cutanée chez l’homme,hôte définitif; habite les eaux de baignades douces et saumatres.L’impact de préservation de l’eau est donc en cause,bassin de recaptage,(grand barrage), irrigation,mode de culture(le riz), nécéssitant un discours d’éducation et de prévention.

 

Le ver hématophage se développe dans un molusque, gastéropode spécifique à chaque type de maladie.La forme infestante issue du molusque est appelé Cercaire à queue fourchue. En 4 jours de la peau il se véhicule au coeur, poumons et perd sa queue et se transforme en Schistomule, se différenciant en mâle et femelle qui donne des oeufs  traversant la paroi intestinale ou la vessie, et excrétés par les mêmes organes.

La forme Hématobium est souvent une catastrophe avec ses signes urinaires avec hématurie, il y a peu de temps un enfant en Egypte qui n’urinait pas de sang était considéré comme presque anormal.

476951_10150721357975491_1871114372_o

Problémes Récurrents

Il existent des traitement médicaux efficaces mais parfois inacessibles à des populations déhéritées:Prazquantel,Oxamnique,Métrifonate,un vaccin Bilhavax est en cours de validation,car Akilu Memma parle de la carence d’un traitement peu onéreux,qu’il appelle “médicament du pauvre” pour “une maladie de pauvre”.

Dès 1964,cet auteur avait remarqué ,en Ethiopie,un grand nombre de gastéropodes morts immédiatement en aval de l’endroit oû les habitants lavaitent leur linge.la leessive était faite avec un détergeant naturel,pulvérisation des fruits de l’ENDOD ,le PHYTOLACCA DODECANDRA(plante grimpante proche d’une homologue américaine:Phytolaque à dix étamines)

Les essais du fruit séché ausoliel,dilué dans l’eau,concentré de 10 à 20ppm,tue les gastéropodes hôtes intremédiare des bilharzies en 24 h.

L’ENDOD contient un Glucoside Lematoxine.Des souches d’ENDOL des fruits; sont capables de tuer des gastéropodes à la dose de 5 à 7 ppm.

L’Endod et son dérivé se sont heurtées aux réalités economiques mais d’autres pays se sont associés : Zimbabye, Zambie, Brésil, Phillipines, projet hollandais et italiens toxicologiques et en 1990, les USA ont préconnisé l’Endol pour combattre les moules qui envahissent les Grands Lacs du Nord-Est. L’utilisation de l’Endod s’étend aux zones d’eaux stagnantes du tiers monde.

egypte

ENDOD OU PHYTOLACCA DODECANDRA

C’est l’exemple type d’une application réussie en terme de coopération et du passage de la tradition d’une lessive africaine toxique pour les gastéropodes et appliiqué à une stratégie moderne d’éradication d’une parasitose qui avait trop longtemps sévie.

ENDOMETRIOSE et Métaanalyse Critique des Traitements Phytothérapiques.

G-rard chez les phoques-4 -800x600-(2) fondphytob3 11146264_913891535297694_8259221459730824386_n

L’endométriose est une maladie fréquente, gynécologique chez la femme,qui se caractérise par un tissu endométrial glandes et stroma en dehors de la cavité utérine , macroscopiquement sous 3 formes:péritonéal  superficiel ,kyste endométriosique de l’ovaire,adénomatose sous-péritonéale profonde.

Il faut bien sûr un examen clinique,echographique,IRM,mais surtout l’histologie pratiquée sous coelioscopie permettant d’affiner  des RECOMMANDATIONS  cliniques et thérapeutiques fondées sur référence médicale :

Mais l’histologie seule n’est  pas  considérée comme synonyme de diagnostic,de même le dosage de la CA 125 n’a aucune valeur pronostique

 

L’Endométriose :

*Touche une femme sur 10

*Touche 40 % des femmes  ayant des rêgles douloureuses;

.* La douleur n’est pas spécifique de l’Endométriose si ce n’est que par son caractère cyclique.

<<<<<<La douleur invite à élargir les investigations pour anticiper un traitement car l’infertilité demeure la grande  complication,et   qui a été explicité par un rapport de l’Inserm à l’Assemblée Nationale  le 21 fevrier 2013,étant donné que 25 à 50 % des patientes présentant  un problème d’infertilité ont une endométriose.et l’endométriose touche 1,5 à 2 millions de femmes en FRANCE

Les causes de l’ ‘Endométriose apparaissent  liées selon les auteurs:

*A une une Altération de la fonction péritonéale par augmentation des Prostaglandines.Il a été noté 3 pertubations de génes codants pour les recepteurs prostaglandine.

*Augmentation des Anticorps IgG et Ig A et lymphocytes de l’endométre,qui entravent l’implantation embryonnaire

*Dysovulation et modifications hormonales fortement soupçonnées et il est évoqué des perturbateurs endocriniens environnementaux type Bisphenol A.

Les Causes  locales d’Infertilité  par l’Endométriose sont diverses:

*Lésions anatomiques de l’endométre

*Adhérences Peri-Tubo-Ovariennes

*Altérations Tubaires

*Endométriomes Ovariennes

Les indications thérapeutiques se posent surtout dans les formes douloureuses (Rêgles douloureuses,rapports douloureux,douleurs mictionnelles) et correction de l’Infertilité selon les recommandations fondées professionnelles des stades de l’Affection,recommandation chirurgicale et médicamenteuse type progestatif ou analogue GnRH,ou danazol si echec,recommandations sur Evaluations Médicales Professionnelles

*Stade A NP1  :diagnostic Etabli

*Stade B NP2 :,diagnostic Probable,Présomptif

*Stade C  NP3 :faibles preuves.

Il est dit qu’il existe peu d’indications pour traiter un forme dite asymptômatique,mais dans les faits l’  infertilité manifeste changera l’ option médicale. le bilan clinique-radiologique et histologique demeure indispensable

l’Endométriose n’est  pas une maladie d’exception   intimement liée à l’infertilité,demandant un environnement thérapeutique médical   souvent de  longue durée .

On a évoqué une possible cancérogénèse  mais avec faibles preuves.

Dans tous les cas une approche multidisciplinaire est nécessaire permettant de proposer une thérapeutique adaptée d’autant que le Pr Canis le 30-10-2012 note qu’en cas d’infertilité  d’origine Endométriosique ;une femme du deux peut avoir une grossesse ,la moitié par Coelioscopie et l’autre moitié par FIV.

Cet abord thérapeutique peu être perçu comme invasif mais nécessaire et a donc fait apparaitre des alternatives phytothérapiques se basant sur les hypothéses physiopathologiques de l’endométriose.Il a  été planifié des essais thérapeutiques phytothérapiques agissant sur la Dysménorrhée,et syndrôme  ménométrorragiques, avec des modéles préventifs de réductions  de risque d’apparition  ou réduction de l’endométriose,régulations des chimokines intervenant sur l’apoptose,prolifération,hématotopoiése,anti-inflammatoire et immuno-régulation,,et inhibition vasculaire .Mais les études relativement nombreuses pêchent souvent par leur faible recrutement et leur méthodologie:

*Dans L’Etude Cochrane Syst Rev  Juillet 2009;Cd 006568:Flower,Liu,Chen,Lewith,Little  :Chinese Herbal medecine for Endometriosis.

110 Etudes n’ont pas été retenues ne remplissant pas les bons critères méthodologiques.Seules  deux études sur 158 patientes  ont retenues  l’attention bien que de faible méthodologie,l’effet  des complexes de plantes chinoises est surtout net sur la douleur avec moins d’effets secondaires que le Gestrinone ou Danazol.Ces deux études font références à celles pratiquées par Wu-S-Z en 2006,utilisant un terme générique de “Pilules pour l’Endométriose”:

NEI YI WAN associe

* Carapax Trionycis :BIE  JI ;coquillage  Tortoise,

*Racine de Rhubarbe :Da-Huang-Tan:Rhei,avec vinaigre donné pour métrorragie

*Succinum ( Hu PO ;Ambre).

*Dans Int J Clin Exp Med 2015 de Wang,,Ly,Yang,Song,Ye;il est fait référence à un essai sur  65 patientes ayant une endométriose stade  3 – 4 après chirurgie conservatrice,traitement par les plantes chinoises sur 12 semaines et bilan à un An;il est dit  une action effective sur la  prévention de récidive 3-4 de l’endométriose,mais  ,il est fait référence au dosage de CA 125 et Il-18 qui ne sont pas de grand secours sur les critères de gravité et pronostiques.,le recrutement est  faible et ils n’existent pas de comparaison avec les traitements standardisés.Cette publication n’est guére convaincante par son inhomogénéité

Ces deux publications interpellent par  leurs imprécisions sur les effets secondaires,et de la réalité clinique obtenu et comparé avec les traitements classiques

 

 

PHYTOTHERAPIE ET ENDOMETRIOSE: Réalités et Limites.

 

 

 

 

A)INTERVENTION SUR LES DYSMENORRHEES ET METRORRAGIE

 

 

1)PORTULACA OLEACERA

 

Traitement des saignements anormaux utérins avec 5 gr de graines de Portulaca en poudre données toutes les 4 heures ,48 h après le début des régles et  pendant 3 jours

Les biopsies montrent:6 fibromes,une hyperplasie endométriale,une endométriose.8 patientes ont noté volume et durée de saignement diminuées..Reponse au traitement sur 3 mois sans réaction secondaire

Phytotherap.Res Oct.2009(10)1411-4 /Shobeiri;Sharei,Heidari;Kianbakht.

 

 

2)SIROP de FRUIT de MYRTHE,MYRTUS COMMUNIS

 

Action sur saignement anormal utérin(Double Aveugle;Placebo) sur 30 patientes

15 ml de sirop de Myrthe;5 ml 3 fois par jour pendant 7 jours dés le début des saignement,sur 3 cycles successifs.Les saignement décroissent entre 10,6 + ou – 2,7 jours à 8,2 +ou – 1,9 jours après 3 mois de traitement.

Daru 2014Juin.2;222-45

Qaraaty,Kamali;Dabafhian;Zfarghandi,Mokaberinelad ,Mobli and Co

 

 

3) THERAPIE KAMPO   TS et  SK  Traitements anti-Dysmenorrhéiques

 

 

C’est une thérapie administré de façon cyclique chez 17 patients pendant 3 mois avec le SHAKUYAKU-KANZO-TO(SK-)et TOKI-SHAKUYAKU-San (TS).la thérapie cyclique est considérée comme une thérapie conservatrice anti-dysmenorrhéique avec endométriose et patientes adénomyotiques

Clin.Exp.Obst..Gyneco 2003/TANAKA

A novel anti-Dysmenotherapy with cycle administration of Two Japan herbal Medecine

Il est dit que la séquence de composants SK et TS agissent sur les fonctions LH-RH,Prolactine,Acétylcholine recepteur,facteur de croissance nerveuse

 

Composition de SK ,(essai sous la licence TJ 68) assoçiant:

 

*6 gr de racine REGLISSE

*6 gr de Racine de PIVOINE

TJ 68 est cité dans la médecine traditionnelle japonaise en expérimentation animale des PRE-ECLAMPSIES induites avec hypertension artérielle.

 

TJ 68 est contre-indiqué en cas:

 

ALDOSTERONISME

MYOPATHIE

HYPOKALIEMIE

 

 

*INTERACTIONS

avec les diurétiques Thiazidiques et Furosémide

 

*ACCIDENTS  SECONDAIRES:

 

*Fibrillation ventriculaire,tachycardie,Torsade de pointe,

*Hépatites,

*Allergies(Rash  et Rougeur),

*Troubles digestifs (nausées,vomissement,diarrhée)

*Pneumopathie intersticielle

*Pseudo-Aldostéronisme:Hypokaliémie,Hypertension,Oédeme,Prise de poids.

 

 

COMPOSITION de TOKI-SHAKUYAKU-SAN (TS)

 

*ALISMATIS Orientalis 4gr

*PEONIA Lactiflora 4gr

*ATRACTYLODES Lancea 4gr

*PORIA Cocos 4 gr

*CNIDIUM Officinalis 3gr

*ANGELICA Acutiloba 3 gr

 

TS est utilisé dans les accidents neurologiques  POST-AVC,

 

Accroit la cognition et guérison,Neuroprotecteur.Essai sur 12 mois  sur post -AVC hémorragiques ou infarctus cérébral;Hikiamina;Goto;Satoh,Hayahi.Naga,Obi/Aout 2008

 

 

B)PREVENTION  DE L’ENDOMETRIOSE

 

 

1)XANTHOHUMOL;Flavonoïdes du HOUBLON

 

Agent anti-inflammatoire,Anti-Prolifératif,Anti-ANGIOGENIQUE

Intervient sur la Prolifération des lésions,suppression de la vascularisation des lésions sans affecter l’hormonologie.

Xanthohumol considéré comme un traitement sélectif des lésions endométriotiques

Hum Reprod.Juin2012 ;27(6)1735-44

Rudzilis-Auth;Körbel,Scheur,Menger;Laschke

 

 

2) ARTEMISIA :INDUCTION de L’APOPTOSE des Cellules endometriotiques .

 

Extrait de feuilles d’Artémisia regulant l’apoptoses cellulaires par l’activation de la  voie P38,et NFkB

J;Ethnopharm.Fevrier 2013;13,145(3)767-75

Kim;Jung;Yang;Ahn;Cho;Lee;Baek;Choi

 

3)Action sur Endométriose induite expérimentalement avec ALCHEMILLA PERSICA Rothm et ALCHEMILLA Mollis (Buser) Roth

 

Les formations cystiques décroissent nettement avec extraits des parties aériennes des ALCHEMILLA Persica et Mollis

Arch.Gyncol.Obstet.Septembre 2015;202(3)619-28

Küpeli,Delirel,Bahadir Acikara,Süntar,Ergene,Ihan,Ozbilgin,Saltan,Keles,Tekin

 

3)PUERARIA LOBATA

 

Action du composant Puearine,traitement traditionnel chinois appelé GEGEN;action cardio–vasculaire,cérébro-vasculaire,diabètes et ses  complications,ostéonécrose,Parkinson,Alzheimer,Endométriose, Cancer

Son action pharmacologique n’est pas encore éclairçie.bien que son action soit large :

<<<<<antalgique,anti-oxydant,anti-inflammatoire,inhibe l’absorption de l’alcool,atténue l’insulino-résistance,accentue la croissance osseuse,vasodilatateur,cardio et neuro-protection

Phytothera.Res. Juillet 2014,28(7)961-75

Zhou,Zhang,Peng

 

4)Effet de la LIGUSTAZINE et racine d’ASTRAGALUS

sur les Chimokines,activateur  cytokines des cellules et migration leucocytaire;.Rôle dans l’apotose,prolifération,hématopoiése.Action sur l’expression des recepteurs CCR5 (rôle de transmission de signaux depuis milieu extra-cellulaire vers le cytosol) et RANTES (Ligand Chimokine)

ces deux extraits baissent l’auto-régulation des chimokines dans l’endométriose.

Min;Zhang;Hua

Zhongguo Zhong Xi Yi/24 novembre 2008

 

4)Application de TRIPTERYGIUM WILFORDI

 

Action dans fibrome utérin,endométriose,anti-tumorale,anti-fertilité,immuno-régulation

Zhonguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi Mai 2008

Luo,Tan

 

5)UNCARIA TOMENTOSA

 

Reduction de l’endométiose expérimentale avec preservation de l’épithélium,

Eur.J.Obstet Gynecol.Reprod Biol.Fevrier 2011,154(2)205-8

Nogueira Neto,Coelho,Aguiar,Carvalho,De Araûjo,Girâo,Shor

 

6)LE SOJA

 

Effets des ISOFLAVONES dans l’endométriose:Interaction avec les recepteurs des génes Oestrogéne 2

Etudes de 1999 à 2000 avec 138 patientes,avec endométriose elligible par laparoscopie(Stade 1/2 et 3-4)

Les dosages élevés de Genisteine et Diadzeine urinaires sont associées avec la baisse de risque d’Endométriose et de la sévérité de l’endométriose .la diétiétqiue par les isoflavones réduisent le risque d’endométriose chez les japonaises.

Epidemiology Mai 2007.18(3)402-8

Tsuchiya,Muiura,Hanacka,Ixwasaki,sasaki,Tanaka,Nakao,Ktoh,Ikenoue,Kabuto,

Tsugane

 

CONCLUSIONS

L’endométriose demeure le champ  thérapeutique médical,le  probléme essentiel est le lien entre Endométriose et Infertilité.

Sur le plan phytothérapique,ils subsistent des indicationss de prévention et dysménorrhéiques

1)Prévention:Soja ,Alchemilla,Xanthohumol ; Uncaria( à préciser)

2)AntiDysmérrhoéique:Artemisia,Portulaca,Myrthe

Il faut insister sur des études souvent insuffisantes par leur faible recrutement et de méthodologie,malgré tout,la phytothérapie garde une place en prévention et dysménorrhée,avec naturellement la prévention phytothérapique nécessite avis et respect des normes professionnelles.

 

 

.

Enurésie

ENURESIE

 

 

L’énurésie est une miction normale, nocturne, involontaire, inconsciente, sans lésion de l’appareil urinaire chez l’enfant de 4 ans.

 

Le pisseur au lit, inonde sa famille dans un sommeil profond. On peut lever le pisseur, l’empêcher de boire le soir, l’acquisition de la propreté ce fera avec lenteur mais fermeté pour que l’enfant accède à la propreté de sa propre initiative.

 

Dans tous les cas, il faudra éliminer:

 

  1. les infections urinaires

  2. les balanites par défaut d’hygiène

  3. un diabète

  4. des troubles psychiques de l’ordre affectif voire psychiatrique

  5. une crise d’épilepsie nocturne.

 

Il faut bien dire que l’énurésie survient sur des enfants à problèmes voire famille à problème, ce qui serait le plus exact.

 

Pourtant il existe bien une forme clinique d’enfant super actif, ne tenant pas en place et pissent au lit et qui s’intègre dans le comportement d’hyperactivité motrice et que l’on appelait aux Etats Unis MBD, Minimal Brain Dysfonction et ces enfants sont encore et souvent mis de façon excessive sous traitement, ce traitement s’appelle la «Ritaline».

 

On estime que 10% des enfants aux Etats-Unis reçoivent ce traitement.

On ne peut souscrire à une telle surenchère thérapeutique, les thérapies comportementales et les entretiens avec la famille et avec l’aide d’un petit traitement permettront souvent de résoudre le problème.

 

Une collaboration bienveillante des parents permettra de faire disparaître spontanément cette énurésie qui disparaît souvent à l’age de la puberté.

Toutefois dans tous les cas il faudra éliminer des petites causes locales telles qu’un phimosis voire des oxyures qui favorisent des petites affections locales.

 

La phytothérapie apportera un élément intéressant en agissant sur l’hyperactivité et l’émotivité de cet enfant qui s’inonde toutes les nuits.

 

Deux plantes sont particulièrement intéressantes que l’on peut donner isolement ou en association:

 

  1. L’ Escholtzia Californica qui est donc le pavot californien qui est sédative et hypnotique que l’on peut donner en teinture ou en nébulisât:

  1.  
    • la teinture mère ce donne de 50 à 100 gouttes le soir

    • le nébulisât doser par gélule à 0.5g voire à 2g par jour.

 

 

 

 

  1. Le Cyprès (Cupressus Sempervirens) qui à un effet eutonique vésical, on utilise l’extrait fluide de cyprès:

  • la teinture mère 25 à 100 gouttes par jour

  • le nébulisât en donnant 0.5g à 3g par jour

on peut associer:

  • le nébulisât Escholtzia Californica à 0.5g 0.02g voire à 0.1g par gélule associer ou Cyprès doser à 0.05g à 0.4g par gélules.

 

  1. Enfin, on peut donner une galette d’Ortie qui agit au niveau prostatique.

 

 

Certains auteurs proposent des plantes parasympathicolytiques en faite ces plantes ont toutes un danger par leurs toxicités.

 

  1. Le Datura a été proposé, il est maintenant interdit à la vente et ne peut être prescrit.

 

  1. La Belladone dont on utilise la feuille et la racine et l’on donne une goutte de teinture mère par année, par age et par jour.

 

  1. La Jusquiame hyosciamus niger qui a un alcaloïde superposable à celle du datura et qui ne doit pas être donné car elle est difficile à manipuler.

 

  1. Enfin la seule plante qui est parasympathicolytiques que l’on puisse donner est le Nénuphar Blanc, Nymphea Alba dont on utilise la fleur et le rhizome qui et beaucoup moins toxique que les précédentes et l’on peut utiliser la fleur en infusion.

 

 

D’autres plantes peuvent être utilisé dans l’énurésie, il faut citer:

 

  • L’aigremoine

  • L’avoine

  • L’huile de germe de blé

  • Nous avons cité l’ortie (gâteau de graine)

  • Le sumac odorant (Rhus Aromatica)

 

Enfin devant cet enfant hyperactif, on peut donner des plantes sédatives, elles sont en nombre de cinq;

 

  1. La ballote, Ballota foetida dont on utilise les sommités fleuries qui est antispasmodique et sédative, on utilise soit l’extrait fluide ou la teinture mère en sachant quelle a un mauvais goût

 

  1. La passiflore Passiflora incarnata dont on utilise les feuilles et les fleurs, cette plante est antispasmodique, sédative, agit sur l’anxiété et l’insomnie.

Elle est souvent associée avec le saule, la valériane et l’aubépine.

 

  1. La valériane, dont on utilise le rhizome, elle est d’autant plus sédative s’il existe une excitation de l’enfant et agit sur l’insomnie et sur les palpitations.

Mais on ne doit impérativement jamais la donner à haute dose du fait de ses possibles réactions secondaires.

 

  1. Le saule dont on utilise le chaton qui a une action sédative génitale.

On fait des infusions de chaton, on peut également faire des décoctions d’écorce, la décoction d’écorce a plutôt une action sur l’appareil urogénital et antispasmodique.

 

  1. L’aubépine elle est sédative, légèrement hypnotique, on la donne en teinture mère, en nébulisât dosé de 0.1g à 0.6g par jour.

 

 

Ephedra:plante Dopante de la Liste Française 2011

                              L’  EPHEDRA

Plante Dopante institué par loi Française en 2011.

Trop souvent citée et entrant dans des compositions  ou mal contrölées,ou entrant dans des composants d’automédications oû l’état de santé du malade  ou maladies annexes sont peu vérifiées( Dixtit Les medias :semaine du 26/032012 au 31/03/2012).La pseudo-ephédrine était de ce nombre.

Si l’effet dopant est indiscutable pour les épreuves sportives(interdit),l’autorisation de l’Ephédrine est autorisée paradoxalement pendant l’entrainement.Les composants associant caféine et ephédrine pour les régimes amaigrissant n’ont aucune justification,alors que ce fait est retrouvé curieusement en vente à ce jour.Il importe de revoir cette plante trop ancrée dans la tradition ancienne et en particulier dans la tradition chinoise,le fameux  Ma HUANG,classé  traditionnellement comme Tonique Mineur ce qui  sur le plan pharmacologique est inexact. 

Plusieurs type d’Ephedra ,un Gymnopresme ,seront passés en revue

*GNETOHYTA:GNETUM la notre,fait partie de 70 espèces

*EPHEDRA SINENSIS

*EPHEDRA VERIDIS ou THE DES MORMONS

*EPHEDRA DISTACHYA:le RAISIN DE MER,espèce protégée en FRANCE

ephedra

               EPHEDRA type GNETOPHYTA ou GNETUM

Elle se confond avec la PRELE et la racine de CHIENDENT

L’espèce retenue est celle qui contient de l’EPHEDRINE LEVOGYRE

La dose admise d’utilisation et de surveillance est de 8 mg/j d’Ephédrine pour 400mgr d’Ephedra.L’Ephedra majeure contient 2,5 % d’Ephédrine..On considère par les essais de laboratoire mortels  appelé DL 50 est de 3 gr/jour.la dose maximale qui a été par le passé admise  de 32 mgr à 60 mgr /j,ce qui parait important

Enfin de compte on se base maximale de Chlorydrate d’Ephedrine sur la dose de 0,01 g à 0,05g/jour.

TRADITIONNELLEMENT

On utilisait 1g d’Ephedra en décoction pour 100 cc d’eau pour des vertues:Tonifiante,Diurétique,AntiArthrosique.

LES INDICATIONS  ETENDUES JUSTIFIANT UN SERIEUX REAJUSTEMENT

Ces indications ne tiennent pas compte des affections intercurrentes et traitements en cours,il est annoncé brutalement,sans les référentiels réactualisés.

*Asthme

*Anti-Tussif

*Hypotensive

*Anti-Asthmatique

*Dépression

ephedra

Les SURDOSAGES 

Ils font partie des accidents liés à son usage abusif:

*Troubles prostatiques.

*Irritabilité

*Céphalées

*Tachycardie

*Insomnie

*Vertiges

*Convulsion

*Décès

Il est dit que les troubles sont irréversibles si usage concommitant avec la Cocaïne..Naturellement,cette pratique est inadmissible.Les effets les plus constants sont l’effet hypertensif et stimulation du système nerveux central,donc effets loin d’être anodins.

Ainsi depuis 11 mars 2008,la Canada a interdit son usage sous toutes ses formes.Bien que la législation française, soit limitative ,l’étude pharmacologique et les interactions médicamenteuses devraient  inciter de revoir les interdictions à la hausse,même s’il est écrit que les Leucodelfinedol de l’Ephedra sont anti-inflammatoires et anti-tumoraux.

PHARMACOLOGIE DE l’EPHEDRA

*Musculotrope et Neurotrope

*sympaticomimétique mineur

*Accélérateur Cardiaque

*Vasoconstricteur vasculaire d’oû hypertension artérielle

*Augmente le tonus utérin

*Bronchodilatateur

*Stimule le Centre bulbaire du Sytème nerveux central

*Provoque une Mydriase pupillaire

*Ralentit le transit intestinal,donc constipant.

*Elève la Glycémie

*La plante totale est moins hypertensive que l’Ephédrine

CONTRE-INDICATIONS ABSOLUES DE L’EPHEDRA

description

*Troubles coronariens

*Affections cardiaques

*Hypertension Artérielle

*Dommages Cérébraux d’origines vasculaires

*Troubles hormonaux:Thyroïde,Surrénales,Diabète

*Hypertrophie Prostatique

*Troubles Psychologiques:Dépression,Anxiété,Agitation

*Enfant de moins de 6 ans,en fait,dose à permettre à l’adolescence mais sous-estimée

*Femme Enceintes

         INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

1)Anti-diabétiques:Ephedrine Hyperglycémiant.

2)IMAO:Facteur de risque Hypertensif

3)CORTICOÏDES type Dexaméthasone:dont l’efficacité  chute

4)DiGOXINE et EPHEDRINE=ARYTHMIE Cardiaque

5)ERGOT DE SEIGLE et EPHEDRINE=HYPERTENSION ARTERIELLE

6)Il faut réinsister sur l’illogisme d’associer Ephedrine et Cafeine,comme stimulant et amaigrissant chez les sportifs.Cette association s’est révélée mortelle.

                 EPHEDRA VERIDIS

LES publications et contre-expertises ,polémique sont été nombreuses sur l’Ephédra,favorisant la promotion de EPHEDRA VERIDIS,THE des MORMONS.EPHEDRA VERTE,THE des INDIENS censé contenir moins d’Ephédrine 

Il existe toutefois un paradoxe puisque la forme veridis est impliquée pour sa toxicité si ingéré par les cheptels de moutons et vaches.

On la cite comme decongestionnant et anti-dépresseur.Moore 1979/Sumner 2000/Glugliltia 2000.

L’usage traditionel : les maux de dos et Diurétique dans le Sud Ouest des USA(Moore.1970)

Sumner(2000) donne des indications thérapeutiques de la forme Veridis:Asthme/Bronchite/Stimulant cardiaque.Ces indications rejoignent celles de Hickman(1933),Mac Muffin,Kardessa,Lung,Tucker (2000).

Est-ce convaincant ? Certaines publications n’hésitent pas à rappeler que la forme Veridis était ajoutée dans la bière pendant la période de la prohibition;

Nous laissons le soin aux Facultés et Pharmacologues de faire le point,d’autant que l’on voit des Ultimate-Burner ou Brighan Tea vendu en sachet de 28 gr,dont il n’est pas fourni de référencement pharmacologique parfaitement ou suffisamment indentifiable.

    EPHEDRA DISTACHYA ou RAISIN de MER

Il n’apartient pas à la thérapeutique et est protégé par deux arrêtés:décembre1990 en région Rhône-Alpes et Mai 1994 en Aquitaine.Protégé ou non,on ne peut pas  toujours le protéger en se cachant derrière une dune de sable.Pourtant il présente les mêmes risques que l’Ephédra commune:Ephédrine,Pseudo-Ephédrine,Norephédrine,Adrénaline

c

        EPHEDRA SINENSIS ou MA HUANG

Elle est classée dans la nomenclature traditionnele chinoise comme PLANTE TONIQUE MINEURE,ce qui sur le plan pharmacologique est inexact.

Traditions chinoise

*Saveur:chaude et sucrée

*Méridiens activés :Poumon et Rein

*Stimulant

Il est dit:permet de rester éveillé,en alerte,améliore les perceptions.Les moines Taoistes l’utilisaient avant la procédure de méditation.On dit qu’il permet de flotter ou s’élever.Il est considéré comme un médiateur contrôlant le Poumon,permettant respiration profonde,méditations.

Son action sur les méridiens Rein et Poumons résument les actions diurétiques et bronchiques des traditions européennes.Pour les Poumons,il est plus efficace si l’Ephedra est mixé dans la bière.

Modes de préparations chinoises du MA HUANG

1) Stimulant circulatoire

Prendre 10 tiges de 2,5cm d’Ephedra , puis on ajoute un peu de Cinnamone.Le tout est bouilli pendant 15 mn puis on ajoute encore pendant 5 mn de la Cinnamone.on  laisse reposer,utilisé pour réchauffer la peau,stimuler la circulation.,surtout pour les mains et pieds.En cas de fièvre la potion améliore la transpiration.

2)Thé d’Eveil de Gensis Khan

Sont associé Ephédra,Racine de Réglisse,Cinnamone,Racine de Ginseng.

3)Potion Energétique et d’Eveil:Le  SUK GOK

Associe Ephedra,Astragale,Reglisse

chine

                 CONCLUSIONS PARTIELLES

L’EPHEDRA demeure une plante dopante soumis à legislation,ses effets cardiaques,circulatoires ,neurologiques sont loin d’être anodins et posent de fait son contrôle notamment des composants complexes  présentant les même alcaloïdes pour traiter entre autre rhinite,bronchite,états grippaux,mais aussi posent les limites de l’encadrement plus stricte de ces composants donnés en automédication et déremboursés..Il est posé clairement aussi le problème du bénéfice et du risque de l’Ephedra.Il faut dans tous les cas s’informer,consulter des professionnels et utiliser des plantes à effets similaires mais moins dopantes.

                                  

EPILOPODIUM ,Epilobe,Anti-Microbien,Anti-Inflammatoire ,Action 5-Alpha-reductase sur Hypertrophie Prostatique

image japon31565_001fondphytob3phyto032 copieLes espéces Epilodium poussant entre autre en Europe, au nombre de 200 dont les plus citées Augustifolium et Parviflorum de la famille des Onagracées,traditionnellement,le Laurier de St Antoine est utilisé pour éclaicir la peau,les inflammations gastro-intestinales  et hypertrophie prostatique.

Les études cliniques sont peu nombreuses mais légitiment une relance cordonnée pour définir l’action prostatique et antiseptique

 

 

Prudence

 

Epilobium ne doit pas être assoçié avec les progestatifs et contraceptifs et ne doit pas être donné durant la grossesse..

 

Les études sont avant tout pharmacologiques expérimentales isolant les composants polyphénols actifs , Flavonoïdes,Acide Phénoliques,Tannins:Oenotheine A  et B.

 

Les extrait expérimentés montrent des effets anti-Microbien,Anti-Prolifératif,Anti-inflammatoire,Analgésique,et Anti-Oxydatif ayant pour composant   dominant actif  l’ OENOTHEINE B.Pour l’essentiel les faits de laboratoire corroborent les faits thérapeutiques  traditionnels:usage externe et inflammations gastro-intestinales.Par contre,aussi loin qu’est évoqué EPILOPODIUM dans l’Hypertrophie Prostatique trop peu d’études permettent d’encadrer cette action.;pourtant les faits de laboratoire sont engageants mais en 2016,les essais cliniques utilisant souvent des préparations à concentration non superposable et surtout des composants mixtes oû l’Epilopodium ne suffit pas à lui-seul d’exprimer une action en relation directe avec son effet 5 alpha-Réductase.En effet,une étude en phase 2 ProstateEZE Max montre certes une bonne tolérance du  complexe mais assoçie Epilobium Parviflorum,Curcubita Pepo,Lycopène,Pygeum Africanum,,Serenoa Repens.D’autre études associe Epilopodium et Sereona Repens.

Des études  avec Epilobium seules et comparatives avec des plantes princeps  type Sereona,Pygeum,Curcubita,Urtica,apparaissent indispensables

 

Pharmacologie

 

Flavonoïdes

Tannins

Phytostérol

Triterpènes

Ellagitine Oentheine A et B Stimulent les cellules NK,et abaissent les cellules T kinases

Acta Pharm Hung 02/32014.Sillihho,Vaga,Selak,Meraz

Jour Immuno.Jiun 2015 Ramsteadt,Shepehran

Jour Chron 20.nov 2015 Baert,Kuwen,Salmwen: Oenotheine A et B antiprolifératifs  sur cellules cancéreuses ,anti-inflammatoire,analgésique,Anti-oxydant

Myrcétine,Quercetine,Kaempferol Jour.Pharm,Janvier 2009.Heves,Blazics,Kus

Action anti-inflammatoire,action prostatique,antibiotique,astringent

Phyto.Res.Mai 2009/Hevés,Hughton,Habtenmaran.:Action anti-peroxydation lipidique,Inbihtion COX 2,décroit les PGE2;antagoniste recepteur stéroidien.

 

Principales Recherches

 

1)Activité immunomodulatrice de l’OENTHEINE B.action dose-dépendante de ce tannindimerique hydrolysable   avec induction des fonctions des phagocytes,incluant le flux de Calcium Ca 2+ intracellulaire,production de réactions oxydo-réductrices,activation NF-KappaB,production de Cytokine pro-inflammatoire,induction chimioattractive des keratinocytes

Jour Immuno.Nov 2009.Schepetkin,Kirpotina,Khlebnokov,Blaskovich.,Juila,Quinn

 

2)Influence de l’Epilobium sur la biosynthése des Prostaglandines.l’extrait aqueux d’Epilobium  Augustifolium réduit de façon importante l’oédeme induit par la carrageine et réduit prostaglandines I2,E2,D3

Jour.Ethnopharm.08.1986/Hierman,Juan,Sametz

 

3)Evaluation des capacités anti-oxydantes et protecteur des radicaux libres.Action des flavonoides,Chlorophylle a et b,caroténoïdes,vitamine C et protéines solubles.:activités anti-oxydantes de superoxyde dismutase,catalase,peroxydase,réduction de glutathione.Action avec l’extrait de feuilles.

Phytothera.Res Dec 2007/Stainer,Popovic,Boza.

 

4)Propriétés Anti-Bactériennes  Gram positif et Négatif de l’extrait de feuille  entière d’Epilobium Angustifolium

Action anti-phlogistique externe et désordres prostatiques et gastro-intestinaux,antiseptique des plaies surinfectées

 

*Action sur Micrococcus Lutéus,Staphylococcus aureus,Escherichia Coli,Pseudomonas Aeruginosa

Biol.Res Nurs.Janvier 2012/Bartfay Wj;Bartfay E;Johson.

 

*Action in vitro antibiotique d’extrait de feuilles et fleurs sur Pseudomonas,Proteus Mirabilis,Candida Albicans,Escherichia coli

Cur Drug Target 08.2014/Kosalec,Kopjan,Kremer

 

*Action bactérienne Gram Plus et négatif

Biol.Res .Nurs.Janvier 2012/Barlay,Johson,

 

5)Action sur Recepteur Apha-Oestrogéne et Béta-m RNAs

Gnikol.Pol 08.2010/Kulaswki,Mrozikicwicz,Bogalz,CichocKa and co

 

 

5)Action PROSTATIQUE;

Avenir,Future thérapeutique d’Epilobium Angustifolium

 

*Induction Apopotique sur Cancer Prostatique

 

Jour.Pharm.Juillet 2014/Stojlarcyk,Naruszewicz,Kuss

 

*Effet de l’Epilobium Angustifolium et Seronea Repens sur la régulation du signal non genomique des kinases:Les niveaux de Mapk1 et Mapk3 MRNA sont accrus par l’extrait des deux plantes Epilobe et Seréonea.Pas d’interférence avec médicaments hormonaux dépendants

 

Ginekol Pol.Avril 2014/Kuiaski,Bogacz,Wolski,Czerny,Grzeskowiak and co

 

*Etudes des extraits d’Epilobium Angustifolium sur la croissance des organes sexuels accessoires du rat.

 

L’extrait aqueux décroit le poids des vésicules séminales chez le rat normal et accroit les organes accessoires chez le rat castré.

J;Ethnopharm.Fevrier1997/Hiermann,Bucar

 

 

 

*Inhibition de la 5 Alpha-Réductase et Aromatase par les Ellagitannins Oenotheine A et B:Ayant pour résultat l’inhibition de la reconversion de la Testostérone en Dihydrotestostérone

Planta Med Sep.1997/Ducrey,Marston,Göhring,Harmann,Hostettmann.

 

 

*Effet antiProlifératif des cellules souches protatiques PZ-HPV-7 par Epilobum Angustifolium.Cet effet  anti-prolifératif est le prélude à suivre et conclure l’action d’Epilobium dans l’Hypertrophie Prostatique

Farmaco Mai-Juillet 2001/Vitalone;Bordi;Baldazzi,Mazzanti,Saso,Tita

 

 

*Action anti-bactérienne,anti-inflammatoire,anti-oxydant des traitements phytothérapiques dans le traitement d’hypertophie bénigne prostatique et les prostatites.L’extrait alcoolique d’Epilobium Parviflorum inhibe  les effets des COX 1 et 2 catalysant la biosynthèse des prostaglandines,effet anti-oxydant et antibiotique sur Escherichia Coli.

J Ethno.Janvier 2006/Steenkamp,Gouws;Gulumian;Elgorashi;van Staden

 

 

 

Deux Etudes Importantes

 

A)Composant de l’epilobium et métabolites extraits du micobiote intestinal:Ellagitannins,Urolithines inhibent le cancer hormono-dépendant prostatique LNCaP

Etudes faites avec les variétés Epilobium Angustifolium,Parviflorum,Hirsutum.

Action prouvée avec Oenothéine B,Quercétine -3-0-glucoronide,myrcetine-3-O-Rhamnoside.L’Oenothéine B a une action la plus importante.

Phytothera.Res Decembre 2013

Stolarczyk;Piwowarski;Granica;Stefansska,Naruszewicz;Kiss

 

 

B)Phase 2 randomisée,double-aveugle,placebo avec le produit ProstateEZE Max,dans l’hypertrophie bégnigne Prostatique,

57 hommes agés de 40 à 80 ans étude sur 3 mois.

Le produit associe:Epilobium Parviflorum,Cucurbita Pepo,Lycopéne,Pygeum Africanum,Serenoa Repens

Mesures du Score IPSS: réduit de façon significative,réduction des frequences de mictions diurnes et nocturnes.

Complement Ther.Med Juin 2013/Coulson;Rao;Beck;Steels;Gramotnev;Vitetta

Non seulement bon résultat et bonne tolérance,étude significative.

Epuisement Professionnel

dessin8fondphytob3

Epuisement Professionnel ou Burn Out

Ce phénomène de désadaptation s’est réactualise progressivement dans les médias touchant entreprises ou tout milieu professionnel et même médical,avec une extrême dramathurgie oû apparaissent nettement abstraction du stress ,démotivation facilitée par des taches dévalorisantes ou considérées comme telles,posant le problème de qualifications et repartions des taches ou simplement le manque d’objectifs communs ou de surcharges émotionnelles.dessin11
Pourtant,la notion de Burn Out a été officialisée par H.Freudenberg(Journal of Social Issues /1974-30 ;15O-165 et accompli de son livre principal »La Brûlure interne,le prix élevé du succès »ed.Comp.Inc.1982
Antérieurement,le terme Burn Out s’appliquait au syndrome de fatigue chronique,d’épuisement et démoralisation.Pour les psychiatres,il s’agissait ni plus ni moins d’une mort sociale.Plus élégamment,le monde des affaires se dote du phénomène en le nommant »The executive syndrome » ou « syndrome du cadre stressé ».D’autres parlent de syndrome de démoralisation ou dépression occupationnelle,qui en fin de compte n’est que le stade tardif du Burn out,avec ses tragédies médiatisées posant clairement la mise en place,en amont, de structures d’anticipations médicales et de régulations socio-professionnelles .
Définition du Syndrome d’Epuisement Professionnel
Il s’agit d’un état d’épuisement général à la fois physique,émotionnel,mental avec dévalorisation massive de sa compétence et diminution importante du rendement,associé à des conditions difficiles de travail ou conditions mal acceptées(problèmes des compétences et de leurs niveaux,connaissances ou insuffisantes ou indaptées,absence de projet collectif valorisant,surcharges excessives)sur des longues périodes.Propositions et informations proposées par Edelwich et Brodsky(Burn out/Stages of desillusionment in Helping Profession/1980) mais se ne sont pas les seules.Les évènements récents ont fait resurgir la problématique du sujet avec de nombreux articles médicaux et sociologiques ,commissions et propositions nationales

dessin10

QUATRE SEQUENCES DU BURN OUT
1)Phase ZEN,
Phase d’enthousiasme
Tout est bien,grands idéaux,on tranforme le monde,on va voir ce qu’on va voir,c’est cool
2)Cela patauge dans la semoule
Phase de Stagnation
Les choses ne bougent pas vite ou ne se passent pas comme prévu,les chefs ou l’administration ne coopèrent pas.
On passe à la vitesse supérieure,augmentation des efforts et du travail mais les résultats ne sont pas aux rendez-vous
3)Qu’est-ce que je fous dans cette galère
Phase de Désillusion et de Frustation :phase médicamenteuse
A quoi cela sert ?Celà vaut-il le coup ?Suis-je capable ?Ai-je fait bonne route ?L’entourage professionnel semble me montrer de l’irrespect,ou ne me soutient pas.Il faut leur montrer que j’ai du punch ,à l’indifférence ,je dois répondre et me désinhiber,prendre un verre le soir pour retrouver mes motivations et me calmer,enfin de semaine je prends de la cocaïne pour me stimuler et rattraper mon retard,je commence à avoir une double vie.J’ai fait face et saurais contrôler mes médicaments sédatifs ,mon alcool et ma cocaïne,d’autres l’ont fait pourquoi pas moi ?
4)Je suis cramé
Phase d’apathie et de démoralisation
Il est dépassé,devient incompétent face à ses collègues,il ne crois plus à sa mission,il se sent sursitaire,néglige ses dossiers,manque ses rendez-vous.Il est brûlé,cerné,c’est le désespoir
DESCRIPTION du BURN OUT Chronique
1)Symptômes comportementaux :
Désintérêts des postes expliqués et accentués par l’absentéisme
Relachement vestimentaire et hygiénique
2)Symptômes somatiques
Fatigue
Etats de tensions chroniques(aggravés par alcool et cocaïne)
Douleurs diverses
Troubles du sommeil(Réveil,insomnie,endormissement lent)
Troubles neuro-végétatifs :cardiaques,digestifs,cutanés,urinaire
3)Symtômes émotionnels et affectifs
Irritabilité
Saute d’humeur
Tristesse voire état dépressif(apathie et douleur morale)
Relations catastrophiques avec le conjoint
4) Symptômes cognitifs
Troubles de l’attention,de concentration,mémoire et jugement surtout nette si prise de stupéfiant

dessin7

CONDUITES A TENIR
1)Démasquer les faux-fuyants,les double-vies
Alcoolisme
Tabagisme
Toxicomanie médicamenteuse
Toxcicomanie aux stupéfiants surtout cocaïne ou amphétaminiques
2)Rationnaliser :
il est clairement entendu que ce un champ médical ou médicalisé

a)Diminuer le rendement professionnel excessif
b)restaurer une image positive,gratifications pour modifier l’image de soi-même,une renaissance et un retour à une vision authentique de soi-même
c)Les médicaments
-Corriger les problèmes de santé
-Retrouver son corps,reprise attentive du sport
-Lutter contre alcool,tabac,stupéfiants
-Prévoir des coupures de relaxation et de repos
d)Retrouver le nid familial convivial avec les sentiments profonds d’appartenance et de participation
Ainsi,préventions, repérages et échelles d’évaluation de la vie(type Holmes et Rahe),permettront de résoudre un problème complexe mais selon H .Grantham ,en le globalisant permet non pas de parler de Burn out comme d’un statut industriel mais de troubles d’inadaptation avec inhibition au travail(Courrier Médical/1985)
LE traitement Phytotherapique du Burn out
Malgré toutes les réserves et les espérances impliquant une régulation sociale,pour l’essentiel l’épuisement professionnel implique de corriger le stress,de réguler l’équilibre nerveux,angoisse,sédation
Le stress
Stress et alcool ne font pas bon ménage,et il faudra outre traiter le stress mais aussi la dépendance à l’alcool en s’attachant à

1) cibler le cortex cérébral
2) équilibrer les constantes sympathiques et parasympathiques
3) moduler le Diencéphale et le sommeil
Définition du Stress
Le stress est une réponse de l’organisme aux facteurs d’agressions physilogiques et psychologiques(émotions agréables ou désagréables) justifiant une réponse/Dictionnaire Petit Robert
Face à l’urgence,fuir ou combattre,on observe chez l’homme : accélération circulatoire,dilatation des vaisseaux musculaires,vasoconstriction cutanée,glycogénolyse,lipolyse,augmentation des hématies circulantes,hyperventilation.la plupart des réactions sont sous la dépendance de sécrétion accrue des cathécolamines.
Ainsi on trouve cliniquement :
Céphalées,troubles visuels
Sueur,moiteur de extrémités,faiblesse musculaire
Congestion nasale,sécheresse de la bouche,pâleur du visage
Vertiges ,agitation,tremblement,nervosisme,insomnie,
Tachycardie ,palpitations,élévation de la tension artérielle
Polypnée, dyspnée
Problèmes digestifs,perte d’appétit
Ainsi expérimentalement,on sait que :
Le discours public éléve l’adrénaline(stress passif faible)
Le saut en parachute élève adrénaline et nordadrénaline(stress passif fort)
La course en automobile élève les deux(émotion active forte)

Aspects Biologiques du Stress :
Elévations des cathécolamines,lipides,ACTH,GH,TSH ,Corticostéroïdes,baisse de l’insulinosecrétion,mobilisation glucique hépatique.A partir des critères de normalité des effets du Stress on peut définir les attitudes suivantes :
SOUTIEN HORMONAL DU STRESS
1)HYPOTALAMIQUE
2)GLANDES SURRENALES
3)PANCREATIQUE

1)PLANTES STIMULANTES HYPOTHALAMIQUES
a)L’Anis
b)L’Aunée
c)La Réglisse stimulant l’ACTH et surrénales
Ne pas oublier les plantes qui freinent l’action de l’hypothalamus ,aux indications connues chez la femme et mais dont les indications chez la femme stressée devront être pesées :
Chaton de Bouleau(sédatif)
Grémil(lithospermum)
Gattilier(Vitex Agnus)

2)PLANTES STIMULANTES DE LA CORTICO-SURRENALE
a)Le Romarin (Rosemarinus officinalis)stimulant les fractions 4 et 5 des 17 Hydroxycorticoïdes
pour l’huile essentielle de Romarin ne jamais dépasser 3 à 5gouttes ,3fois par jour
b)Réglisse déjà cité
c)Eglantier(Rosa Canina)
d)Chêne(Quercus Pedonculatus)
e)Huiles essentielles de Basilic,Pin,Sariette,Thym en rappelant les rêgles de prudence d’utilisation .Les labiées :Basilic,Lavande,Thym,Sariette,Sauge,Origan ont toutes une action surrénalienne
f) SEQUOIA(Seqoia Gigantea) agit sur les 17 Cétocorticoïdes
Il faut connaître qu’au contraire l’Angélique,Verveine,Ylang-Ylang sont des freinateurs cortico-surrénaliens

3)LES PLANTES STIMULANTES DU PANCREAS
Notre stressé pillonne son foie avec l’alcool et martyrise le pancréas justifiant une régularisation des constantes glycémiques :
Alchemille
Eucalyptus
Geranium Robertianum
Genièvre
Galega
Myrtille
Olivier
Oignon

4)LES PLANTES de la Fatigue,riche en VITAMINE C
Le choix est large puisque l’on peut proposer ,toujours d’actualité
Cassis(Ribes Nigrum)
Eglantier(Rosa Canina)
Argousier(Hyppophae Rhamnoïdes)
Hibiscus(Hibiscus Sabdaffira),intéressant car reconnu agissant sur la dépendance alcoolique
Enfin ,il ne peut être oublié le CHRYSANTELLUMM,Chrysantellum Americanum qui est la plante de l’alcoolique et du cirrhotique,colopathe,agissant sur la micro-circulation,normolipidémiant,d’action reconnue sur l’hépatite
Cloarec /1982 ;CHU,St Antoine, Couderc(1982/Bordeaux)Cros(1978/Toulouse)Netien(1977/Lyon)Elisabeth Motte(ACTT/1980)Burkill Plantes of West Africa/1985)

5)LES PLANTES ANTI-STRESS
Cinq plantes majeures
Le Ginseng
Le Rhodiola
L’Euthérocoque

Schizandra Sinensis

Withania Sominfera

 

1)LE GINSENG Panax Ginseng
tradition :
plante de la jeunesse
Appelée en Chinois :
Jin shen :homme plante
Pei Si :Cuisse d’homme
peut être falcifié avec Carotte ,Angélique
introduite en Europe par les Arabes au IX ème siècle,à la pharmacopée française en 1974,libérée en 2O10
Actions
Stimulant cellulaire,immunostimulant ,stimulant cérébral,anti,stress,adaptogène,anti-tumoral ;protège contre les radiations ionisantes
Chimie :stérol,vitamines B1 B6 B12,Hormones de type oestrogène
Posologie
Tradition 9 g /j
Nébulisât :0,4g 4fois par jour,éviter les surdosages,gélule dosée à 10% de panaxénol,de 200 à 800 mg/j
Principales actions
Adaptogène :
Anti-stress, anti-fatigue
Cardiologie :hypotenseur artériel,agit sur les fibres lisses
Hypoglycémiant,potentialise l’action de l’insuline
Abaisse la résorption intestinale du cholestérol et glucides
Hépato-protecteur
Augmente la synthèse des protéines
Stimulant du cortex cérébral(plante du vieillard)

 

2)RHODIOLA ROSEA RHODIOLA
Surnommée racine d’or ou dorée, originaire des régions polaires ou arctiques russes,alpine dans l’Altaï ou de Kouznetz en Oural
Tradition
En infusion contre le sumenage et la fatigue
A été expérimentalement utlisé dans la Shizophrénie avec la teinture de Rhodiola à 15 (proportion1 /1 avec de l’alcool à 40 % ;à 25 gouttes 3 fois par jour
Tourova la cite pour normaliser la mémoire de certains névrosés et les stimuler
Cette plante était gardée jalousement ,nécessitant d’être initiée,fut étudiée par l’acadèmie Russe en 1961
Biologie
La racine du Rhodiola augmente les taux de sérotonine et dopamine et agit sur les les beta-endorphines
Son odeur est due à une forte concentration de Géraniol
Elle contient de la Rosiridine(Kurkin/1983/1985/1986) et son étude par van Diermen(2009 )a montré une inhibition des IMAO
Les études ont isolés des produits des la classe des Rosavines(rosavine,rosarine,rosin) et précisé que pour être actif l’extrait de Rhodiola doit contenir Rhodioloside et tyrosol
Des essais cliniques à dose de 340 à 680 mg/j ont montré leur efficacité dans la dépression nerveuse modérée.
Darbinyan,Spasov (2000),Shevtov(2003) ont démontré une action bénéfique dans les performances intellectuelles, burn out et asthénie,Olsson(2009) et amélioration de l’attention et fatigabilité sur une administration de 4 semaines,Olsson(2009)
L’effet immunostimulant est reconnu ,supérieure à celui du Ginseng,normalise le système immunitaire en agissant sur les cellules T
Effets antimutagènes Duhan(1999)
Action cardioprotectrice et anti-adrénargique Maslova(1994)
Effets secondaires
Il a été noté irritabilité et insomnies à la dose de 1,5 à 2 g d’extrait dosé à 2% de rosavine,Kelly(2001)
A la dose normale prise le soir le Rhodiola ne provoque pas d’insomnie

Contre –Indications
Grossesse et allaitement
Troubles bipolaires
Etat de nervosité ou de tension intérieure
Enfant de moins de 12 ans

le RHODIOLA revient au premier rang des plantes adaptogènes russes ,supérieures au Ginseng (5 fois moins toxique)et ses actions doivent être rappelées :
Stimulant du système nerveux central :vigilance,fonctions cognitives,concentration,apprentissage.(essais sur des cosmonautes)
Immunostimulant
Resistance au Stress
Anti-oxydant contre les radicaux libres
Cardioprotecteur à préciser

 

3)ELEUTHEROCOQUE ,ELeutherococcus Senticosus

 

Araliacée,très tôt promotionné par Lazaref et Brekman,considéré comme un complément alimentaire pour certains comme Holsteadt ( in Thème Docphytoplus:Eleutherocoque)

Avant-tout Adaptogénes ,cité par l’OMS,Commission Européenne,Escop

:Shairin 1984/Kozlov 1984/Barkan 1984;Très bien étudié par Tourova de 1985 à2001

Euleutherocosides antistress

Polysaccharides Immunotimulateur

Syringine augmente Corticoïdes et ACTH

Anti-Oxydant

Anti-viral A et Herpès

Hypoglycémiant

Orexigéne

Améliore vision nocturne et des couleurs

Excellent adaptateur au coup de froid,grippe,coup de chaleur;altitude

Renforce défenses suites agressions,Traumatisme,Toxi-infections

Excellent produit psychomoteur,cognitif (Essai positifs sur les cosmonautes)

En Russie donné en Extrait fuide 50 gouttes 3 fois par jour

En Europe forme la plus fréquente en Nébulisat gélules

 

 

4)WITHANIA SOMNIFERA  NEEM ou ASHWANGHANA

Adaptogene,Tonique anti-Stress ,Aphrodisiaque

à 500 mg/2 Jour

Jour Ethno Med Dec 1994 Grandhi,Mazunder

Sport Nut Nov 2015;Wankhedi,Joshi

Withaferine:Hépatoprotecteur.Anti-Inflammatoire,Anxiolytique,Sédatif.

Chopra 1956 ,Pharmacopia of India.

 

 

5) SCHIZANDRA SINENSIS  le LIMONIK

Grande plante adaptogéne des fruits séchés des trapeurs sibériens.

Etudes Russes Tourova 1980-1985/Panossian 2009

Shizandrine A dopaminergique et sédatif,Anti-Oxydant

Schizandrine B Neuroprotecteur et sédatif

Huangh,Xuang Ethno.med 2007

Phytomed Mars 1999.

Equilibre Neuro-Psychique et Formulations Classiques Chinoises

Download-1 copie 3463502_10150721323730491_74049357_o                  

Approches de l’Equilibre neuropsychiques 

                       Formulations Classiques Chinoises

Les formules rapportées sont celles utilisées en Chine Continentale,Tawain,Corée et Japon.Pour la plupart les symptômes rapportés sont ceux  définities par l’organisation antique des maladies.certaines sont intrigantes mais pour la plupart,la memorisation et éveil des performances occupent une part importante;Certaines formules mériteraient d’être revivisitées  dans la mesure apparaissent les relations du Coeur  , centre de l’esprit et sa relation  d’équilibre avec les organes.Ce rectificatif fait,des formulations peuvent apparaitre en première ligne dans l’équilibre psychique,conceptualisée en terme de préventiion.

Les formules seront expliquées selon la tradition et leur source,et les composants déterminants selon la  pharmacologie en cours.la plupart des formulations se retrouvent dans le Shang Han Lun (Traité des Froids Nocifs) Jin  Gui Yao Lue( Synopsis de la Chambre Doré) et Hi Ji Ju Fang( Formules de Bien-Etre du bureau de pharmacie Populaire)

479309_10150721235715491_1278031520_o

                            Formules avec indications traditionnelles:

                                  Polypharmarques à visée Neurologique

 

  • Chai-Hu Jia Long-Gu Mu-Li-Tang:

Decoction de Buplureum Plus Os de Dragon et Ecaille de coquillage

Racine de Bupleurum+Racine Scutellaria,Tubercule de Pinellia+racine de Ginseng+Os de Dragon+Rameau de Cinamome+Ecaille de Coquillage+Rhizome de Rhei+Racine de Zingiber++Poria+Fruit de Zizyphus:Harmose keshao Yang,calme les frayeurs et calme l’esprit,Traoite les cause de froid inapproprié touchant la poitrine,état de de frayeur et de paroles incohérentes,prévention de mieux être et inhbition de mictions

  • Ban-Xia Hou-Po-Tang

Decoction de Pinellia et Magnolia:

Tuberculede Pinellia,+ecorce de Magnolia+Rhizome Zingiber+Pirellia Caulis+ +Poria :Equilibre de l’Energi Qi,Reduit la déprssion? et transformes l’orientationdes “Phlegmes”.traitre l’humeurdéprssive et en pariculier un état global dit hystérique,avec sensationde plénitude thoraciqueet respiration rapide dans un contexte d’hystérie ,état d’excitation douloureuse avec vomissement

  • Ding Zhi Wan

Pilules d’Orientation et d’Equilibre:

Racine Ginseng+Poria+Rhizome d’Acorus Graminueus+Racine Polygala:Active le Qi et fortifie le coeur,ouver les méridiens et calme l’esprit;traitre les palpitations émotionnelles et appauvrissement mémoriel

  • Gui Pi Tang

Decoction d’inversion de l’action de la Rate:

Rhizome d’Atractylodes Ovata+Racine d’Astragale+Racine de Ginseng+Racine de Saussure+Racine Angelica Sinensis+Racine Polygala+Arille de Longanée+Graines de Zizyphus:Fortifie la rate et stimule Qi,améloire les échanges sanguins et nourrit lee coeur.Vacuité du Coeur et rate et insuffisance de Qi sont lesigne de fatique de l’esprit et du corps,palpitations cardiaques,insoinie,mémoire amoindrie,avec difficulté circulatoire et sang dans les selles et urines ou hémorragies utérines.

  • Gui-Zhi Jia Long-Gu Mu-Li Tang:

Decoction de tiges de CinnamonePlus Os de Dragone et Ecaille de coquillage

Rameau de Cinnamone+Racine Pivoine+Racine Glycirriza+Rhizome Zingiber+Fruit Zizyphus+Os de Dragon+Ecaille de Coquillage:Rechauffe le yang,dissipe le froid,accroit les contractions.Traite la vacuité du froid de l’abdomen sous tension,agit sur l’éjaculation, ou impuissance,insomnie avec rêves envahissant et fuites urinaires

  • Ren-Shen Yang Rong Tang:

Decoction de Ginseng d’Energie et de Métabolisme

Racine Ginseng+Racine Astragale+Rhizome Atrctylodes Ovata+Poria+Racine Angelica Sinensis+Racine de Rehmania+Racine Pivoine+rameau de Cinnamomum+Fruit de Schizandra+Racine Polygala+Exocarpe de Citron+Rhizome de Zingiber+Fruit de Zizyphus:Stimule le Qi et la circulation,nourrit le coeur et calme l’esprit.traite la vacuité du Qi et du sang,fortifie l’esprit et la force,les palpitations nerveuses et insomnie

  • Gan Mai Da-Zao Tang:

Decoction de Reglisse,Blé et Jujube

Racine Glyccirrizha+Graine de Triticium+Fruit de Zizyphus:Nourrit le coeur et calme l’esprit,.Traite les agitations viscérales avec tristesse,perte d’émotion,agitation,frustration,Pleurs

A la lumière des indications de quelques formules,il faut retenir que le Coeur était considéré en Chine ancienne comme le siège de la pensée,et les indications annexes témoignent avant tout une prépondérence des signes du domaine neuropsychologique,et l’analyse des plantes fait apparaitre avec netteté la prépondérence de plantes à visée neurologique dominante.S’il existe de indications annexes pour ces formules ; pour l’essentiel ces polypharmaques sont du domaine préférentiellement neurologiques.

Devant la diversité des formulations de la medecine traditionnelle;il faut s’attacher à un point commun thérapeutique convergent,permettant d’affiner la thérapeutique et d’éviter quelques égarements que la tradition risquerait de faire connaitre

Profils Neurologiques des plantes utilisées

20080823_Viet_1988 copie

PINELLIA:ne doit pas être prescrrite car contient de l’Ephédrine.interdite au USA depuis 2004

Ginseng:action cognitive,(action hippocampique)euphorisante,neuroprotection,action anti-glutamique,

Jujubier:Sédatif,hypnotique

Sculellaria;neuroprotecteur,anti-oxydatif,action anti-apoptosique

Astragale:dépression post-partum,Tonique,neuroprocteur , envisagé pour démence.

Polygonum:Neuroproctecteur sur substance noire,incidence sur Parkinson

Poria Cocos:Neuroprotecteur,action contre substance amyloïde

Saussurea:anti-convulsiviant,tonique,calme les crise dite d’hystérie(nervosisme extrême )

Atractylodes:souvent associè avec la Pivoine.Tonifie le Qi,Foie et Rein

Reglisse +Pivoine:anti-convulsiviant

Magnolia:Anti-Stress,anxiété,dépression,Alzheimer

Bupluerum:associé dans formule Kami-Shuyo-San (avec Pivoine,Reglisse,Angélique)piur trémulations du Parkinson./Assoçié au Scutellaria contre la neurodégénérésence.

 

 

 

Ergot de Seigle,Toxicité, Du Déremboursement à  son exclusion?

                                        Ergot de Seigle ou Claviceps Pururea

Historiquement connu depuis l’an mil pour l’intoxication du champignon Claviceps contaminant les cérérales,Ergotisme ou Mal des Ardents ou Feu de Saint-Antoine.Isolé au 18 ème siècle.,ses extraits connaitrons une embellie pendant plus de 50 ans,alors que la thérapeutique s’appuira sur des usages et peu sur des essais concordants.

Faut-il tenir compte des servives médicaux rendus en regard de sa potentielle dangerosité dénoncée depuis 2003,le déremboursement officiel est-il suffisant en date du 4/12/2012 ?,Sa place en automédication n’est pas justifiée ,sa place comme médicament  a été formellement dénoncé dans l’utlisation des dérivés ergotés  agonistes dopaminergiques dans la maladie de Parkinson,de produit type pergolide,cabergoline,bromocryptine (ergoline).En 2003,18 valvulopathies furent identifiées chez des patients parkinsoniens prenant de la Bromocryptine.

Dans la Revue médecine Interne n°25/avril.2004, par l’usage de dérivés ergotés, 40 cas de fibroses cutanées,pleurale,pulmonaire ,pleuro-péricardite,rétropéritonéale sont isolées.Des valvulopatthies induites par Pergolide et Carbergiline  ;d’incidence variant de 3 à 4 % à 30 %,variable en relation avec dose cumulée et supérieure à 3 mg.Lancet/2004/363.1179-61(VanCamp;Flamez;Cosyns )et An; Intern.med/1992;1717-502 (Redfied-Nicolson;Edwards)

Si le cas du Parkinson et dérivés ergotés est définitivement clarifiés et donc écarté,il se pose donc si un simple déremboursement des dérivés du seigle de révèlent suffisant étant donné le champ large des indications des dérivés de l’Ergot de Seigle dans la migraine et vasodilateurs,(prévalence des migraineux dans la population:12%/Stewart:1995/ Henry :1993/Critères IHS 1998) voire traditionnellement  comme stimulant des contractures utérines ou hémorragie utérine avec avis négatif de la commission européenne .Une clarification s’impose.

1)PARKINSON ET ERGOT DE SEIGLE

C’est définitivement non,du domaine médical,les référentiels thérapeutiques se sont modifiés pour une maladie difficile à stabiliser.

2MIGRAINE ET ERGOT de SEIGLE

De façon paradoxale bien que connue depuis 1583 et appartenant à la pharmacopée anglaise en 1938 son utilisation thérapeutique est définie par son usage et rarement par des essais probants malgré son risque d’Ergotisme chronique et d’interactions médicamenteuses qui doivent dans tous les cas le placer dans le champ médical et il n’est pas sûr que son statut médicamenteux lui soit maintenu..C’est l’archétype de suites d’études pharmacologiques et thérapeutiques  justifiant une clairication

3)OBSTETRIQUE ET ERGOT DE SEIGLE

On retrouve des préparations gynécologiques chez les classiques:hémorragie obstétrique, régles hémorragiques,difficulté d’expulsion placentaire.Indications que l’on retrouve dans la médecine ayurvédique ou la médecine greco-indienne Unani:spermatorhrée,leucorhhée,impuissance,Hypertrophie prostatique

En fait l’Ergot de Seigle demeure une contre-indication absolue pendant la grossesse et la commision Européenne écartera le Claviceps du champ obstétrical  en regard des résultats peu fiables et potentialité dangereuse ,peu d’effets sur l’utérus non gravide.

Le POINT SUR LA MIGRAINE ET L’ERGOT DE SEIGLE

Il faut le répéter,les essais sont ou insuffisants ou ininterprétables pour valider l’ergot de seigle dans la migraine  et les essais sont relativement récents (1992 et 1993) alors que les doses prescrites recommandées sont de 6 mg/j à 10mg/semaine,dose définie par l’usage.Ce cheminement pharmacologique et thérapeutique est l’archétype de la difficulté d’établir un modèle thérapeutique aux vues des données traditionnelles censées être établies

RAPPEL DE LA MATIERE MEDICALE DU CLAVICEPS.

Le champignon contient:glucides,lipides,stérols,amino-acides,dérivés anthraquinoniniques,ergochromone.Sutrout les alcaloïdes de l’Ergot de seigle ont une configuration spataile analogue à la NordAdrénaline,Dopamine,Serotonine.Cette configutation a implicitivement orienté une vision de régulation dopaminergique cérébrale,en particulier pour la migraine mais dont les essais n’ont pas toujours été probants.:

                                DERIVES NATURELS

*Ergotamétrine:ocytiactivité,hypertonique uérin contesté.

*Ergotamine:vasoconstricteur alpha-adrénergique de type sérotinergique

*Dérivés Hydrogénés des Alcaloïdes:

*9-10 -Dihydroergotamine:veinotonique,diminue l’action agoniste au niveau des recepteurs adrénergiques alpha

*9-10-Dihydrotoxine:action sur les recepteurs centraux,vasodilatation périphérique et métabolisme neuronal

                                    Dérivés Synthétiques Thérapeutiqes

*Méthysergide:Migraine,algies faciales

*Nicergotine:Vasoditateur cérébral,anti-aggrégat plaquettaire,artérite

*Bromocryptine:indication parkinsonnienne abandonnée,hypergalacttinémie(troubles cycjes menstruels,impuissance,gynécomastie,ihbition de la lactation

*Lisuride:Parkinson,à revoir

*LSD:hallucinogène,Interdit

*Méthylergométrines:hémorragie utérine en intramusculaire et en per os pour  régles hémorragiques et suite d’Ivg

*Ergotamine associé à la caféine:migraine

*Dihydroergotamine (DHE) :le plus connu pour

*Migraine

*Insuffisance veino-lymphatique

*Hypotension Orthostatique

Devant le rejet  par la commision européenne sur les indication gynécologiques du Claviceps et devant le dérembousement de l’ergot de seigle en FRANCE aux vues des fibroses rétropéritonéales,que devient la saga Migraine et Ergot de Seigle

Principales Contre-Indications des Dérives de l’Ergot de Seigle

1)Médicaments

*Triptans(Anti-migraineux)

*Macrolides (Antibiotique)

*Anti-Protéase(VIH)

*Phenylpropanoline

*Alcaloïdes de l’Ergot de Seigle type Pergoline ou autres

*Symapthimimétiques alpha:Synephrine,Phényléphédrine

*Sympathomimétique indirecte:ephédrine,phényléphrine

*Betablocant

2)Affections

*Grossesse,allaitement

*Conduite automobile

*Angor

*Syndrôme de Raynaud

Conséquences des crises migraineuses et abus médicamenteux

*Surdosage en Ergot de seigle,ergotisme

*Abus d’antalgiques,Tabac drogues illicites:Risques x2,2% (Breslau/Davis.1993)

*surdosage en sédatifs à action neuroleptique(benzodiazépines,somnifères)

LA SAGA DE LA MIGRAINE ET DE L’ERGOT DE SEIGLE

Alors que la prévalence de la migraine est de 12 %,touchant 6,1% les hommes,17,6% les femmes,le ratio Femme/Homme est de 3,85 ,l’âge d’expression est de 30 à 39 ans,peu d’études de grande envergure,métaanalyses ont été pratiquées :

*Macintyre et Oldman en 1977

*Baszanger 1995

*Forsythe 1996

*Inserm 1996-1998 Henry et Tzourio

*Etude Camera 2004

*BMJ janvier 2011

Les difficultés se sont révélées multiples

*Les Critères d’inclusion

*Le rôle social,économique ,familial

*La part du cadre nosologique neuro-psychique

*Empirisme et réalités physiopathologiques

*Les incidences thérapeutiques nées de pratiques sans référencement authentique ou insuffisant ,débouchant sur une surenchère thérapeutique ou inappropriée.

CRITERES D’INCLUSION IHS DE LA MIGRAINE

1)Migraine sans aura

2)Migraine avec Aura(Sensitive,Auditive,Ophtalmique,Rétinnienne

3)Syndrôme périodique de l’enfant

4)Complications des migraines:Etat de de Mal;Infarctus Migraineux

5)Désordres migraineux sans les critères précédents

LES FACTEURS PIEGES ASSOCIES

1)Hypertension Artérielle:étude prospective avec risque vasculaire et association hypertension,migraine(Forcdsmam;Rosmam/1974)

2)Epilepsie (de 1 à 17 %/Andernman/1997)

3)Accident Vasculaire cérébral

4)Depression et Anxiété,peu d’études :Breslau(1991/1994-Davis 1991)

LES FACTEURS FAVORISANTS (concernent 1/3 des migraineux)

1)Psychologique:Stress et Anxiété

2)Périodiques féminins:hormonales,à la Puberté,rêgles,ovulation,améloiration pendant la grossesse(Henry/Stewart 1992).la contraception peut augmenter la fréquence de la mifraine de 15 à 50 %(Kudson;1975/Ryan,1978).La chute d’oestradiol est facteur déclenchant  des crises mentruelles.Ces migraines sont un facteur handicapant chez la femme(Henry/1993-Michel;1997)

3)Rythmes de vie:Surmenage,stress,Désaptation,lectures prolongées

4)Facteurs alimentaires:Vin rouge,chocolat,sauces,oeuf

5)Climatique:froid,chaud,vent violent

6)Post-traumatique

INTRICATIONS DES FACTEURS PSYCHOLOGIQUES ET MIGRAINE

Ils induisent ou modifient les caratères cliniques migraineux mais il est estimé que sexe ,présence ou abscence de troubles d’anxièté généralisé sont les seuls modèles influançant le modèle migraineux(Merikangas ,Angst 1990),Stewart(1989 )a établi le lien entre troubles psychiques et excès de risque de migraine.

Souvent l’anxiété précède la migraine qui elle-même précède la dépression (Breslau;Davis/1993).Breslau et Andveski 1998 évoquent une comorbidité migraines et troubles affaetifs surtout dans les migraines avec Aura (Marikangas/1993).

La typologie est difficile à déterminer entre personnalité et migraine:déprssif,hypochondrie,hystérie.        

HYPOTHESES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA MIGRAINE

Le problème de la pathogénie des migraines est complexe faisant intervenir deux modes:régulation des neurotransmetteurs et hypoperfusion cérébrale

1)L’implication de la sérotonine avec son élimination accrue est évoqué par Antony (1963).Phénomènes réétudiés par Malmgreen;Hadelmark (1998) et Ferrera (1993) avec une baisse de concentration plaquettaire en sérotonine ou  5 hydroxytryptophane (15 H T).en en 1991,Hamington évoque migraine et anomalie  primitive plaquettaire de stokage en 5 HT,en fait ces phénomènes seraient d’origine secondaire sans affecter l’origine des crises.

2)On évoque le taux des interleukines et chemokines présentant une activité de libération histaminique.,en fait le taux d’HRF(Histamine Realese factor)reste inchangé

3)L’immunoréactivité plasmatique de l’endothélines des cellules endothéliales:puissant vasoconstricteur(Gallai/1994)

4)Vulnérabilité des migraineux au stress oxydatif (nitroglycérine dégradée en monoxyde d’azote,NO),d’oû libération d’histamine

5)Hypothèse Ischémique(Baron/1991).Diminution du débit cérébral de façon biphasique(Diminution puis augmentation) avec concentration élevée d’oxygène des zones cérébrales hypoxygénées.

*Hypoperfusion postérieure de l’hémisphère,cortex visuel avant le début des signes (Oleness/1992),sutout migraine avec Aura.en fait ce phénomène serait mixte pour Olesen(1987)

*Hyperfusion du Débit cérébral pour les migraines sans Aura (Olesen;1981/1991)

*Hyperfusion bilatérale (Woods;1994/Weiller;1995).

*7 études sur 18 montrant une hyperfusion circulatoire  retardée jusqu’à une heure avec des différences cliniques

La conséquence de l’Hypoperfusion serait une Dépression envahissante et manifestation de l’Aura (Olesen;1985)

MODES D’ADMINISTRATIONS

La disparité des recherches et de la pathogénie peuvent expliquer la multiplicité des administrations  justifiée seulement par l’usage  et peu de contrôles validés  et en sachant que les dérivés Ergotés ont une faible disponibilité orale

1)DHE nasale avec ses effets indésirables à partir de 3 mgr

2)Injectable:non évaluée (Winner/1993;Weiss/1994)

3)Voie Transcutanée seul essai de Kapper et Stanton 1992

4)Voie intra-veineuse non contrölée

ESSAIS COMPARATIFS

1)L’Aspirine a une action supérieure à 2 mgr de DHE (Praladier/1995)

2)DHE seule ou associé à 1 gr de paracétamol plus efficace que le placebo(Hoernecke Doenicke 1993)

3)Un seul essai discuté sur le tartrate d’Ergotamine(Sibertein;Houg/1995)

4)Les AINS action supérieure à l’Ergotamine

*Naproxene(Praladier;1995)

*Ketoprofene:Kangasasiemi,Kanza 1992)

Conclusions

Il est dit que la dose recommandée de tartrate d’Ergotamine est de 6 mgr /j à 10mgr/semaine or nous avons vû que les facteurs favorisants en dose cumulées pour l’apparition de fibrose rétropéritonnéale  pour des doses supérieures à 3 mgr .

Les réactions secondaires sont classiques recensées par Lipton(1997)

*Congestion nasale et troubles digestifs.les anti-émétiques sont sans effet

*Vasoconstriction et Hypertension artérielle

*A dose fortes donne des céphalées chroniques

*Ergotisme chronique sérotinergiques,vasoconstriction

Le trop grand nombre d’incidents et d’interactions médicamenteuses par rapport aux bénifices ne plaident pas en faveur de l’Ergot de Seigle et dans le cadre de l’automédication n’a pas sa place,le risque évident d’un élargissement de la therapeutique  de l’hypotension orthostatique ou insuffisance veineuse touchant les sénoirs  en nombre croissant et surtout polymédicamentés,invite à revoir la place  ,encadrement ou l’exclusion du claviceps.

 

Etat Fébrile

Etat fébrile

C’est un syndrome dénommé ainsi faute de preuve.

C’est un effet pseudo-grippal, grippal, bref, j’ai la crève, les jambes coupées, courbatures, fatigue inhabituelle mais ne vois rien de particulier. La température est supérieure à 37°.

La température est prise au repas, avec vérification, avec le même thermomètre des boissons chaudes ou froides n’ont pas été prise avant la prise de température.

La température n’est pas perturbée par la prise de médicaments, par exemple;

  • Anti-cholinergique diminuant la sudation

  • Sédatifs diminuant la capacité à réagir aux variations de températures extérieurs.

Elle dure depuis plus de 48 heures consulter.

De symptômes abdominaux, céphaliques sont inhabituels consulter. Une grossesse est évolutive, consulter dans tous les cas.

Le professionnel de santé est là pour vous examiner, vous orienter, vous traiter que l’infection soit d’origines respiratoires, urinaires ou autres.

Dans tous les cas, l’hydrater pour compenser les pertes et ne pas oublier soupes et jus de fruits apportant les apports nécessaires en sels minéraux et vitamines. Il est inutile de passer en revue touts les pathologies occasionnant des états fébriles.

Elles justifient de toutes façon l’appel ou professionnel de santé et il n’est pas lié à ce chapitre d’évaluer toute une encyclopédie médicale.

L’infectiologie et la pathologie ont bénéficié des progrès considérables de la bactériologie et de la virologie.

On oublie souvent que les pathologies infectieuses ont été des grandes pandémies : Grippe Espagnole de 1918 avec 20 millions de mort, dont le spectre fut avancé avec la grippe aviaire, tout il existait de similitudes.

Il ne faut pas  oublier le  SIDA  dévastateur des années 1985-1995, la tuberculose a  encore un prix lourd. On est loin des de Nostradamus médecin et « astrophile » qui après 1555, après l’édition des « Centuries » fut appeler à la cour de Catherine de Médicis avec ses prédictions sur les faits que l’on sait.

Ce que l’on sait le moins c’est qu’il se fait connaître par la fabrication d’un antidote à bases de plante censé prévenir la peste qui sévissait à Aix-en-Provence en 1546.

Son livre « traité sur la peste » le fit connaître.

Pourtant les mesures pratiques furent simples : isolement, vêtements brûlés, cadavres inhumés à la chaux, maison passé à l’essence de hêtre.

Par ailleurs, une désinfection, appelé «  des quatre voleurs » fit fureur, il associait ;

  • Lavande

  • Absinthe

  • Rue

  • Menthe

  • Romarin

  • Thym

  • Genévrier

  • Cannelle

  • Girofle

  • Muscade

  • Ail

  • Camphre

    • Chaque apothicaire avait son secret

Plus proche de nous, Van Gogh (1853 – 1890) peint 879 tableaux et autant de dessins dans des périodes d’exaltation et d’hyperactivité.

Mort à 37 ans, on pense qu’il était maniacodépressif et souffrait de crises épileptiques temporales aggravées par l’intoxication à l’absinthe, digitale et camphre.

Il semble bien que les huiles essentielles, surtout à base de thuyone et de terpène sont responsables des symptômes.

En ce qui nous concerne, nous touchons du doigt l’utilisation des huiles essentielles dans les processus infectieux ou généraux dont l’usage s’est banalisé à même le jour, l’aromathérapie, thérapeutique par les huiles essentielles qui nécessites une révisitation.

PRINCIPES GENERAUX  DE L’UTILISATION DEs HUILES ESSENTIELLES(De 1985à 1995-Selon les travaux  dirigés de la Faculté Paris-Nord)

Les huiles essentielles sont par essence de même nature thérapeutique ;

  1. Antiseptique ou bactérique, voire antiviral

  2. Antispasmodique

  3. Sédative du système nerveux central et souvent épileptogène

Justifiant l’interdiction des huiles essentielles riche en thuyone, et sous contrôle pharmaceutique ;

  • Absinthe

  • Petite absinthe

  • Armoise

  • Cèdre

  • Hysope

  • Sauge

  • Tanaisie

  • Thuya

  • Cyprès

A Paris Van Gogh abusa de l’absinthe et du cognac et fumait beaucoup. Hospitalisé à Arles, pour dormir il imbibait son oreiller et le matelas au camphre (riche en terpène).

Son ami Paul Signac, l’empêcha de boire une bouteille d’essence térébenthine.

Aussi Van Gogh absorbait un cocktail riche en thuyone, terpène responsable de trouble gastrique, de combustions et troubles de la conscience.

L’absinthe riche en thuyone fut un véritable problème de santé publique au XIXeme et début XXeme . Elle fut interdite en 1922. La structure d’une terpène du camphre et caractéristique pharmacologique est proche de celle de la thuyone.

La marge convulsivante entre camphre et thuyone est plus étroite encore.

Van Gogh était un accro au terpène, facteur aggravant voire étiologique de ces troubles psychiques (Jama 1988).

L’aromathérapie

Stricto sensu l’aromathérapie se définit comme une méthode de traitement des maladies par les huiles essentielles (encore appelées huiles volatiles, essences, essences aromatiques, essences végétales), obtenues selon différents procédés : par distillation à la vapeur d’eau (cas le plus général), mais aussi par expression, incision, solvants organiques, enfleurage.

Cette définition peut s’étendre aussi aux aromates c’est-à-dire à « tout parfum d’origine végétaux utilisés en médecine sous forme d’infusés, de décoctés, de poudre, ou encore dans les préparations culinaires comme épices, condiments et aliments proprement dits peuvent agir eux aussi dans certains cas grâces à leurs teneur en essence.

Ceci pour l’aromathérapie interne, car l’aromathérapie externe est de son coté diversifiée, allant du simple contact corporel au bain de vapeur en espace clos (dans une atmosphère par conséquent saturée en huile volatile) en passant par l’inhalation à la vapeur d’eau ou même l’inhalation à sec.

Les huiles essentielles se rencontrent à peu près dans tout le règne végétal et tous les organes de la plante peuvent en renfermer. Elles se forment dans les cellules non différenciées, mais, le plus souvent, elles se localisent dans les organes dits « sécréteurs » : poches sécrétrices des myrtacées, des rutacées, canaux excréteurs des ombellifères, poids sécréteurs des labiées, des composées.

Historiquement, on peut considérer que l’huile de romarin fut isolée au XIII eme siècle par des moines et les processus d’extraction relèvent de l’alchimie procédure physique mais surtout philosophique pour approcher la nature de dieu. L’achimie touchant donc aux mathématiques, physiques, chimie, philosophie.

Caractères généraux des huiles essentielles

  1. On peut fabriquer des hydrides interspécifiques, type dans les lavandes ou menthe.

  1. Elles se caractérisent par un polymorphisme chimique. Il existe « des crus » d’huiles essentielles ;

    1. Le chémotype ; on trouve 7 chémotypes pour le thym ou l’élément dominant est le thymol.

    1. Elles peuvent changer par mutation avec des aberrations chromosomiques.

    1. Sensible aux radiations.

    1. Varie en concentration selon l’écologie, le climat, la géographie, l’attitude.

Par exemples pour le cas du basilic, Ocimum gratissimum on peut voir des concentrations différentes ;

  • Cote d’Ivoire : riche en thymol

  • Seychelles : riche en eugénol

  • Iran, Népal : riche en citral

La concentration voire en fonction de la floraison tel, la sarriette riche en huile essentielle en juin – juillet, plus bas en octobre.

Cette variabilité, impose une traçabilité parfaite, puisque les huiles essentielles bénéficient d’un statut thérapeutique.

Il est évidant que le basilic des Seychelles ressemble plus en action à celle de l’eucalyptus et les actions bactéricides de l’huile essentielle de Cote d’Ivoire seront supérieures à celle de la France.

Problème d’autant plus important à soulever que certaines huiles sont reconstituées et n’ont donc pas le même impact thérapeutique que les huiles essentielles naturelles.

La variabilité, l’action antibactérienne, l’action stimulante ou inhibant les systèmes hormonaux ou neurovégétatifs conditionneront l’utilisation des huiles essentielles. L’utilisation devra tenir compte également des effets allergisants, qui limiteront pour certains, leurs actions qu’en local.

Telle l’huile essentielle de Melaleuca Aternifolia qui est antifongique, antibactérienne et antivirale.

Elle est interdite pour la femme enceinte et pendant l’allaitement. Elle n’a pas d’interaction médicamenteuse mais ne doit pas être utilisée par voie orale.

Les limites des actions des huiles essentielles limiteront leurs champs d’action.

Elles peuvent être bien sûr être utilisées en hormonologie (voir plus tous) ou neurologie mais leurs caractères additionnelles de leurs fonctions thérapeutiques limitent leur utilisation dans le temps, l’effet cumulatif aura toujours un effet pervers à long terme sur le système nerveux central.

Il faut donc limiter leur utilisation, de manière séquentielle, l’interdire ou femme enceinte et enfants (l’huile de menthol provoquent des spasmes de la glotte) au dessous de 6 ans.

L’impact essentiel des huiles essentielles se trouve ainsi dans les infections ou sur infection telles que ;

  1. Sinusites à répétition

  2. Surinfection des bronchites chronique

  3. Certaines infections dentaires

  4. Infection urinaire chronique

  5. Infection cutanée microbiens et mycosiques.

L’utilisation des huiles essentielles ayant pour but ;

  1. D’éradiquer l’infection

  2. De limiter l’usage des antibiotiques et limiter les résistances à ceux-ci.

  3. De favoriser les défenses de l’organisme en limitant la surenchère thérapeutique, anti-infectieuse inutile.

Par contre, il est hors propos et inapproprié d’utiliser les huiles essentielles sous le terme générique d’huile de terrain, qui ne signifie pas grand-chose, car il est question de traitement d’affection chronique même chez un sujet sensibilisé.

Les termes d’huiles majeurs, medium ou de hasard sont également à rejeter. Une huiles essentielle est ou n’est pas anti-infectieuse et bactéricide.

L’utilisation d’aromatogramme, véritable antibiogramme aux huile essentielles, permet de choisir l’huile essentielle appropriée active si elle est mineure, elle n’a pas d’intérêt dans le cadre infectieux. Et si on est face à un terrain allergique, on prendra soin de tester les huiles essentielles, car certaines sont fortement allergisantes.

Des artifices sont pratiqués pour augmenter l’action ou élargir l’utilisation des huiles essentielles. Ces huiles essentielles ne sont pas officinales n’appartenant pas à la pharmacopée ;

  1. Huile essentielle déterpénées qui peuvent être 5 fois plus concentrée en produit actif

  2. Huile reconstituée, d’approche approximative, d’usage volontiers cosmétique ou parfumerie.

Une huile essentielle ne recouvre pas l’action de la plante. Par exemple ;

L’huile essentielle de lavande

Produit aromatique obtenu par distillation par l’eau. L’huile essentielle fait partie intégrante de la panoplie thérapeutique. L’action de cette huile essentielle ne se superpose pas avec celle des nébulisâts ou des poudres de plantes.

Huile essentielle :

  • Bactéricide

  • Hypotensive

  • Augmente la contraction des fibres musculaires utérines

Sommités fleuries utilisées surtout dans :

  • Nervosisme

  • Toux

  • Antispasmodique

  • Cholagogue

Paradoxalement, les huiles essentielles sont plus connues du grand public et des médecins et souvent par un défaut d’information car répétons-le, l’action d’une huile essentielle ne recoupe pas toujours celle de la plante entière.

L’action d’une huile essentielle varie selon le biotype et l’écosystème de la plante. Il existe « des crus d’huile essentielle » comme il existe des crus de vins.

Incompatibilités pharmaceutiques

Acide chromique :

Réaction énergique avec :

  • Alcool

  • Chlorhydrate d’hydroxylamine

  • Collodion

  • Glycérine

  • Matières organiques

Décomposition avec :

  • Eau oxygénée

  • Ether

  • Permanganate de potassium

  • Phénacétine

  • Sels de plomb

  • Tanin

  • Tannâtes

Cannelle ; Essences ; Noix de galle ; Kola ; Noyer ; Tormentille.

  • Cannelle

Incompatibilité des essences et des résines.

  • Essences

Teinture d’iode.

Acide chromique, chloral, chloral antipyrine, hypochlorites, ichthyol-ammonium, trional, tétronal.

  • Essence d’amande amère

Acides, glutathion (antidote).

  • Essence d’eucalyptus

Iode (déflagration).

  • Essence de menthe

Est solubilisée dans l’eau par le sulfoichthyolate d’ammonium.

  • Essence de moutarde

Musc (odeur atténuée).

Mise en évidence du pouvoir antimicrobien

A l’heure actuelle, l’activité antimicrobienne d’une substance peut être mise en évidence par un grand nombre de techniques classiques aussi bien solide qu’en milieu liquide.

Professeur M. Simeon de Buocherg et le Docteur J. Allegrini ont mis au point une technique reproductible permettant de calculer la concentration minimale inhibitrice des huiles essentielles.

Activité antimicrobienne des huiles essentielles en fonction

des espèces végétales

D’une façon générale, une huile essentielle correspond à une espèce végétale bien déterminée, à une composition chimique définie qui lui donne en principe sa personnalité et a, par conséquent, une activité antimicrobienne qui lui est propre.

Activité antimicrobienne des huiles essentielles en fonction

des chimiotypes

Il arrive qu’une même espèce végétale, parfaitement définie botaniquement, donne des huiles essentielles dont la composition chimique est différente en fonction des individus.

C’est le cas de Thymus vulgaris L. (Labiée), chez laquelle le professeur R. Granger et le docteur J. Passet ont montré l’existence en France de 6 chemoptypes caractérises par la présence quasi exclusive d’un seul constituant ou par la prépondérance d’un groupe de composés qui semblent biogénétiquement liées (chemoptypes : Géraniol, Linalol, a terpinéol, carvacrol, thymol, trans-thuyanol 4-terpinéol 4).

Ces chemoptypes constituent, un cru, une « race chimique ».

Propriétés pharmacologiques des huiles essentielles officinales

1er groupe : Un pouvoir antiseptique puissant ;

Les huiles essentielles officinales de sarriette et de thym, c’est-à-dire celles qui dont obtenues avec l’espèce Satureia montana (en ce qui concerne la sarriette) et avec la race chimique à thymol de l’espèce Thymus vulgaris (en ce qui concerne la thym) ont une activité antibactérienne très nette à faibles doses (0.1 à 0.5mg/ml) vis-à-vis de nombreux germes pathogènes chez l’homme (Klebsiella pneumoniae, Streptococcus pyogenes…) mais aussi sur des souches rendues antibio-résistantes (Escherichia coli, Staphylococcus aureus…).

Elles sont aussi actives sur des champignons responsables de mycoses chez l’homme (Trichophyton interdigitalis, Candida albicans…).

Certaines essences sont d’emblée très actives sur de nombreux germes. Parmi les plus actives, citons les huiles essentielles de sarriette, de thym, de lavande, de pin et d’eucalyptus.

Celles de girofle, basilic, hysope sont légèrement moins actives ; quant aux essences d’agrumes (Citron, Orange), elles ne sont que faiblement antiseptiques.

Application thérapeutique en odontologie

Le deuxième exemple d’application thérapeutique se situe dans le domaine de traitement aromathérapique en odontologie conservatrice.

Ces essais comportent une recherche in vitro et une étude in vivo de l’action antibactérienne d’huiles essentielles de labiées méditerranéennes sur la flore endocanalaire de prélèvements effectues au cours de traitements de dents à pulpe nécrosée.

Les prélèvements endocanalaires sont réalisés sur des sujets atteints de caries du 4e degré, ce qui permet de faire l’inventaire des germes bactériens et de tester leur sensibilité vis-à-vis d’une douzaine d’antibiotiques à larges spectre.

Parallèlement ont été évaluées la sensibilité du même éventail de germes sur ces essences ainsi que leurs concentrations minimales inhibitrices (C.M.I) ce qui a permis de sélectionner une huile essentielle pour le traitement aromathérapique.

L’étude clinique réalisée par le Centre de Recherche en Odontologie a été effectuée sur des patients présentant des dents à pulpe nécrosée n’ayant subi au préalable aucun traitement local ou général.

Tout au cours du traitement aromathérapique local, des prélèvements endocanalaires ont permis de suivre l’évolution de la flore bactérienne. A chaque prélèvement a été noté la présence ou l’absence de douleur, de mobilité, d’œdème ou d’écoulement purulent.

Cette expérimentation effectuée in vivo confirme l’action antibactérienne de l’huile essentielle sélectionnée et montre son effet thérapeutique certain en odontologie conservatrice, à condition évidemment d’en connaître les limites.

Traitement des infections ;

Nous avons utilisé deux formes galéniques : solution et gélule.

  1. Dilution d’essences dans l’alcool éthylique

Les huiles essentielles sont introduites au compte-gouttes dans de l’alcool éthylique à 60°.

Chaque essence se trouve dans une proportion de 5 à 10%.

L’administration de cette préparation est effectuée par dilution de la dose prescrite dans un verre d’eau. Cette préparation a été rapidement abandonnée devant le refus d’absorption, souvent présenté par les malades, dû au fait de son goût très désagréable.

Pour le traitement des infection urinaires, les huiles essentielle les plus actives, au vue de l’aromatogramme, sont par ordre d’activité décroissante : Thym, Niaouli, Cannelle, origan, Amandes amères, Sarriette, Térébenthine, Myrte, Basilic, Genièvre, Thuya.

  1. Gélules

Les huiles essentielles ne dissolvant pas la gélatine, il est possible d’administrer des gélules ne contenant que la ou les essences actives sans excipient.

On peut cependant préparer des gélules contenant une quantité déterminée d’excipent comme le lactose ou l’aérosil et ajouter au compte-gouttes la ou les huiles essentielles choisies.

Activité antimicrobienne des huiles essentielles en fonction du cycle végétatif de la plante

Le pourcentage des principaux constituant chimiques d’une huile essentielle subissant des variations au cours du cycle végétatif de la plante a donc conduit à l’étude antimicrobien de l’essence en fonction de l’époque de récolte.

4 essences en fonction des principales étapes du cycle végétatif ont été sélectionnées.

L’essence 1 correspondant à la récolte du mois de mai en contient un fort pourcentage de carvacrol.

L’essence 2 provient de la récolte du mois de juillet.

L’essence 3 est extraite à partir de la récolte du mois de septembre et contient un taux égal de carvacrol et de p-cymène.

L’essence 4 contenue en fin cycle végétatif, contient un taux important de p-cymène.

L’étude du pouvoir antibactérien de ces essences sur une sélection de souches sauvages du staphylocoque montre que la concentration minimale inhibitrice varie au cours du cycle végétatif de la plante.

Si les concentrations actives de l’essence sont proches pour les récoltes des mois de mai et de juillet, on constate par contre, une baisse sensible de cette activité à partir du mois de septembre. En particulier, on note, pour l’essence provenant de la récolte du mois d’octobre, une activité 2 fois plus faible sur toutes les souches testées.

Activité antimicrobienne de l’huile essentielle en fonction de la culture de la plante

Il est intéressant dans un but pratique, de savoir si la culture de la plante modifie l’activité du produit.

En comparant le pouvoir antibactérien d’essences provenant respectivement d’une espèce aromatique cultivée et de plantes sauvages de la même espèce dans la nature, il s’est avéré, que les résultats sont sensiblement identiques.

Application thérapeutiques

La dernière étape qui conduit vers le médicament est évidemment celle des applications thérapeutiques.

Dans le cas des « huiles essentielles », les résultats probants obtenus in vitro et les problèmes posés par l’abus de l’antibiothérapie et de la chimiothérapie ont amené à penser qu’une utilisation thérapeutique des essences en antisepsie locale pouvait présenter un certain intérêt.

Application thérapeutique en dermatologie

Les essais de tolérance locale des formes médicamenteuses sont ensuite effectuées sur le lapin après épilation de la région lombaire et scarification de certaines plages épidermiques.

Ces préparations médicamenteuses bien tolérées par la peau de l’animal à des doses très supérieures aux doses antibactériennes ont été réalisés sur un certain nombre de sujets, porteurs de dermatoses : ulcères variqueux.

Infectés, plaies atones et escarres, acnés du dos pustuleuses ou non, dermatoses infectieuses sèches et suintantes, mycoses en particulier à trichophyton.

Des résultats intéressants ont été notés dans les dermatoses et dans les mycoses.

Traitement des escarres :

L’application cutanée des huiles essentielles a été réalisée à l’aide de mélanges à parties égales de chaque essence de d’oléosorbate 80. Le pansement est effectué à l’aide de compresses de gaze hydrophile stériles, imbibées par cette préparation et appliquées au niveau des escarres. Il peut être procédé à plusieurs applications quotidiennes (trois à quatre) durant trois semaines à un mois.

Pour le traitement des escarres, le mélange le plus fréquemment utilisé est le suivant :

Huiles essentielles de cyprès, lavande, thym, sauge, eucalyptus, romarin et oléosorbate 80 en quantités égales.

Ce mélange est présenté dans un flacon en verre coloré, muni d’un bouchon avec compte-gouttes.

2e groupe : Propriétés irritantes, expectorantes et diurétiques ;

L’exemple classique d’une huile essentielle irritante est l’essence de térébenthine qui, en usage externe, engendre une augmentation de la circulation capillaire et épidémique, et une rubéfaction intense.

Par ailleurs, au niveau pulmonaire, les essences d’eucalyptus et de pin stimulent directement des cellules à mucus, fluidifient les sécrétions et augmentent les mouvements de l’épithélium cilié bronchique, d’où l’effet expectorant.

Enfin, au niveau rénal, l’essence de genévrier engendre une vasodilatation des capillaires et un effet diurétique, mais son usage doit être limité car elle est irritante et peut engendrer de l’hématurie.

3e groupe : Propriétés antispasmodiques et sédatives

Certains huiles essentielle (anis vert, basilic, camomille, cannelle, carvi, coriandre, fenouil girofle, menthe thym…) possèdent un tropisme gastro-intestinaux, tout en augmentant les sécrétions stomacales.

D’autres essences ont un tropisme neurovégétatif. C’est le cas des essences de lavande et de mélisse, utilisées en clinique contre l’agitation, l’anxiété et le nervosisme.

De plus, certaines substances ont une affinité particulière vis-à-vis du système nerveux autonome : c’est le cas de l’essence de marjolaine, à propriétés sympatholytiques, utilisée contre l’hypertension et ses divers conséquences (maux de tête, etc.).

Mais, à doses élevées, ces substances ont également une forte affinité pour le système nerveux central et présentent alors des phénomènes de toxicité.

Modalité de prises des huiles essentielles

Médication administrée par voie interne

  1. Voie orale

  1. Les gouttes buvables

En phytothérapie

Gouttes buvables constituées par des mélanges de teintures allopathiques ou homéopathiques sous forme de teinture mère ; obtenues par simple mélange sans aucun problème galénique.

En aromathérapie

Gouttes buvables utilisant des huiles essentielles (H E) dans le but thérapeutique.

Nous les voyons souvent prescrites de la façon suivante :

HE x 1 g

HE x 1 g

HE x 1 g

Alcool à 90° qsp 60 ml

Posologie:

30 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau tiède. Ou encore la même formule en solution dans une huile végétale.

Cette façon de prescrire semble critiquable pour les raisons suivantes :

  • Le H E de ces mélanges homogènes, voire même hétérogènes quand le degré alcoolique du solvant est faible, remises en milieu aqueux, vont précipiter, puisqu’insolubles dans l’eau et surnager en raison de leur densité inférieure à celle de l’eau.

  • Des gouttelettes d’H E pures se déposeront sur les parois des récipients tandis que l’alcool des solutions alcooliques se mélangera à l’eau. Le malade va donc absorber les H E à l’état pur. Ces huiles mises en contact avec les muqueuses de la bouche auront un effet désagréable avec un goût très prononcé et cette saveur acre et brûlante qui sont caractéristiques de ces substances.

Un gaspillage des principes actifs s’en suit obligatoirement dans ce cas.

Pour ces raisons, une solution des huiles essentielles dans une huile hydrophile est préférable.

  • Aucune toxicité locale des muqueuses, aucune allergie n’a été constatée.

L’emploi des labrafils est très important dans l’industrie pharmaceutique, alimentaire et cosmétologique. Ce qui est la démonstration de l’innocuité totale des huiles interesthérifiées.

Conclusion :

C’est un excipient huileux, amphophile, (lipohydrophile) modificateur de la tension superficielle, produit conforme au Codex, pur et constant ; agent de diffusion ou de pénétration mouillant doux, excipient retard par rapport à l’eau, accéléré par rapport à l’huile.

Notre formule classique devient :

HE x 1 g

HE y 1 g

HE x 1 g

Huile de maïs

Huile de maïs hydrophile

= Labrafil 2125 CS aa qsp 60ml

Posologie :

30 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau.

La solution ainsi obtenu en présence d’eau va donner une boisson laiteuse, facile à absorber, dont le goût est acceptable car les sphérules d’H E mises en émulsion dans l’eau sont entourées du film interfacial de Labrafil qui masque en partie le goût des H E qui, ainsi camoufflées, seront mieux supportées.

Enfin, la forme « gouttes buvables » permet un dosage souple, fractionné et précis. Elles sont souvent appréciées et pratiques pour une thérapeutique infantile parfois difficile à conduire.

  1. Gélules d’huile essentielles

La silice choisie est le Tixosil 38 A dont nous utilisons la propriété de « conditionner » les substances en les faisant passer de l’état liquide ou pâteux à l’état pulvérulent.

Le façonnage se fait facilement.

La formule initiale classique d’H E dans l’alcool

HE x 1 g

HE y 1 g

HE z 1 g

Alcool à 90° qsp 60 ml

30 gouttes 3 fois par jour,

va devenir:

HE x 0.01

HE y 0.01

HE z 0.01

Silice précipitée (Tixosil 38 A) qsp pour conditionner les H E.

Posologie :

3 gélules par jour, selon le raisonnement suivant :

1 ml de solution d’H E dans l’alcool = 50 gouttes dans un flacon de 60ml nous avons

50 x 60 = 3000 gouttes.

3000 gouttes contiennent 0.01g d’H E.

une prise de 30 gouttes contiendra 0.01 g d’H E.

Le patient qui avale sa gélule d’H E n’a pas le désagrément du goût. De plus, les H E sont souvent mieux supportées sous cette forme ; une meilleure tolérance gastrique est constatée.

L’adsorption sur silice donne un léger effet retard, la biodisponibilité en a été étudiée et les résultats sont très satisfaisants.

Huiles essentielles majeures a action bactéricide

  • Origan d’Espagne

  • Thym

  • Sarriette

  • Cannelle.

  • Girofle

  • Melaleuca Alternifolia